Catégorie:Felriane

De Marches du Nord
Aller à : Navigation, rechercher

Les îles de Felriane, dans le prolongement des Monts de la Lune, à l'Est du Golfe de Meren et au large du duché de Riger, forment une petite nation marine qui fut de longue date opposée à ses voisins ondrènes comme des Îles de Grès. L'archipel compte quelques dizaines d'îlots mais seulement une poignée d'îles habitées, dont la principale mesure un peu plus de 200 km de long pour 100 de large, hébergeant une demi-douzaine de véritables villes qui furent longtemps rivales avant que les reines de Farlane ne les unissent.
Si son littoral est moucheté d'une myriade de villages de pêcheurs, l'intérieur des terres –formées des pentes d'un volcan endormi depuis des siècles– est très largement couvert de forêts, aujourd'hui exploitées pour la construction navale.

L'archipel connut un essor notable durant l'Âge Sombre, à l'époque des Royaumes Côtiers (il y a environs deux siècles) grâce à son alliance avec les Kerdans qui lui apportèrent leur science navale en échange de son bois de construction : les Felrianais se lancèrent alors dans le commerce maritime en employant la monnaie côtière, la "coupille" de sel (qui avait alors cours de l'Estran jusqu'à Orsane) et devinrent ainsi le premier peuple de navigateurs-marchands du continent... Jusqu'à ce que les mêmes Kerdans commencent à y établir leurs propres comptoirs, imposant peu à peu leur influence à la petite monarchie des Malnides, descendant de l'Aînée Mæln.

Aujourd'hui le duché le plus oriental de l'Empire, le seul qui soit insulaire et probablement le plus petit, Felriane sait que son âge d'or est passé mais Farlane, sa capitale, héberge une importante arche des Torodine, qui sert de port d'attache à plusieurs autres familles kerdanes actives au nord de l'Empire : on y trouve bien sûr des Maletudine et des Sangrine ("clients" des Torodine), des Melangoline (donc des Negrine), des Sotorine, des Celsine, tout un tas de familles mineures et même des "concurrents" Venderine qui viennent faire des affaires. Farlane est par ailleurs un des bastions de la maison Loryame, originaire de Riger (de l'autre côté du détroit de Mæln).


Royaume-Ondrene.png


les Malnides

Revendiquant la parenté légendaire de l'Aînée Mæln, les Malnides forment une dynasties essentiellement matriarcale, dont le règne est attesté depuis au moins quatre siècles [1].
Si on en croit le Livre des Âges et les légendes locales, l'archipel aurait été découvert quand les Aînés jumeaux Mæln & Mærl, arrière-petits-enfants de Rem (et petits-enfants de Magem), auraient pris la mer vers le Levant à la fin de l'Âge Second (l'Âge des Aînés, précédent l'Âge Sombre). L'expédition ayant été frappée par le Cataclysme, Mærl se serait noyé dans la mer qui porte aujourd'hui son nom, avant d'être adopté/détenu par un "Peuple des Profondeurs" : en échange d'un splendide cadeau (?) et d'un droit de visite à la surface pour son frère, Mæln aurait alors accepté d'épouser un prince des profondeurs, fondant ainsi sa dynastie marine.
Les PJ ayant au moins Histoire 2 en savent un peu plus :


Un court paragraphe du livre sacré indique que les Jumeaux étaient en quête d'Atepaden, l'île-cité originelle sur la Mer du Levant par laquelle les Premiers seraient descendus des étoiles. Après bien des aventures pleines de tempêtes et de monstres marins, ils en auraient ramené un "puissant joyaux" avant d'être surpris au retour par le Cataclysme, Mærl se noyant en tentant de sauver la relique du naufrage.
Après plusieurs lunes à chercher et espérer, sa sœur survivante aurait vu surgir de la baie d'Émeraude un "Homme des Profondeurs" (traduction encore débattue aujourd'hui : certains y lisent un pêcheur de perles), annonçant que Mærl dormirait désormais sous les flots, mais lui offrant des visites saisonnières à la surface et le fameux joyau en échange de la main de Mæln, qui accepta et fonda leur dynastie.

Ce serait là le mythe fondateur des rites des Eaux Jumelles qui avaient pour principal objet de "se concilier les mers" par des sacrifices et des cérémonies : il auraient eut jadis des pratiquants jusqu'à Lycène ou Orsane, mais ces traditions semblent avoir disparu avec l'arrivée dans ces îles du Culte des Pères...


Plus tangibles que ces origines mythiques, les plus anciennes chroniques conservées à Farlane datent apparemment de -370 ou -360 avant l'È.I. et racontent que, après une violente interruption provoquée par un terrible ras-de-marée, les reines malnides ont rétablit leur autorité sur l'archipel en s'engageant désormais à accorder différents droits à leurs vassaux comme aux ouvriers reconstruisant la cité (certains y voient donc une des sources de l'actuel système "parlementaire").
Depuis cette époque, leurs générations successives ont connue des fortunes diverses, mais l'histoire retient en particulier :

  • Eoralne, ayant régné de -263 à -249 et conclu une alliance avec les Ondrènes contre des "sorcières marines".
  • Melyanna (-195/-161), première reine de père kerdan, à l'époque où les Venderine dominaient l'archipel.
  • Marylion (-147/-129), un des rares suzerains mâles de la dynastie, tué au combat contre les Ondrènes en tentant de défendre Lycène.
  • Mauranne (-36/-4) qui prêta allégeance au Haut-Royaume en -21, devenant la première duchesse de Felriane.
  • Melyandre (19/32), mère de l'actuelle duchesse et qui consacra son règne à renforcer la position de la maison ducale dans son archipel, à Lycène et jusqu'à Riger.


Huit comtés

Depuis l'adhésion de Felriane au Haut-Royaume, les anciennes seigneuries de l'archipel ont vu divers remaniements (en particulier la séparation de Bastelle et d'Erival, puis l'intégration de l'île d'Orbel, autrefois indépendante) aboutissant à huit comtés, entourant le petit domaine ducal autour de Farlane et à peu près stables depuis quelques génération :

  • Bastelle,
  • Calonthe,
  • Cyprine,
  • Erival,
  • Lombrène,
  • Orbel,
  • Sielle et
  • Véruse


Aujourd'hui

Quand Melyandre mouru des suites de la grippe sylvestre (dont l'épidémie avait ravagé le nord de l'Empire deux ans plus tôt, mais fait seulement quelques centaines de mort dans tout Felriane), son époux Norval s'effondra à son tour en laissant l'héritière Malarise (12 ans) seule avec son jeune frère Daryl. Par édit de la duchesse défunte, la régence fut donc confiée à un oncle de la branche lycienne, le baron Borick des Coraux, qui l'exerça avec l'appui de sa propre suzeraine, Morgone de Lycène, jusqu'à ce que Malarise monte sur le trône en l'an 36.
La jeune duchesse, son petit frère et leur père "sénile" sont donc les derniers des Malnides, et ne contrôle vraiment ne contrôle directement que la cité de Farlane et, au-delà, ne peut s'appuyer que sur 3 comtés loyaux (soit Bastelle, Cyprine et Sielle) : tout le reste dépend des politiques locales, des influences étrangères et des opinions fluctuantes du Grand Conseil (expliqué plus bas). Heureusement pour Malarise, sa cour et les officiers de Farlane sont pleins d'une multitude de cousins généralement dévoués à leur dynastie, et le baron Borick est resté auprès d'elle comme conseiller, y gagnant au passage un nouveau titre felrianais : baron de Sainte-Maïse.
Leur priorité semble donc désormais de lui trouver un bon époux, qu'il leur faut nécessairement chercher parmi les duchés voisins puisque Felriane ne semble recéler aucun parti à la fois capable, loyal et issu d'une seigneurie assez puissante pour mettre au pas les comtés sous l'influence financière des Torodine ou des Melangoline, voire carrément alliés à la maison d'Orsigile.

Felmar-01.jpg


Culture "felmar"

Felriane est un duché impérial assez unique, tant par sa géographie que la culture "felmar" [2] qu'elle a engendrée, et qui mêle aux traditions malnides d'antiques influences solaires (et donc quasi-hormoises) comme de multiples apports ondrènes, rigériens et kerdans, dans un résultat assez peu "reman"...

À la grande époque des reines malnides est née une tradition chevaleresque valorisant non seulement l'honneur et la vaillance au combat, mais aussi la galanterie et "l'amour courtois". Sans doute une réaction à la "barbarie" ondrène et en partie inspirée par des coutumes solaires, cette chevalerie malnide eut jadis une énorme influence sur l'identité de l'archipel : quoiqu'elle tombe progressivement en désuétude, elle reste un sujet populaire dans la fiction et la poésie, tout en trouvant des chantres au sein de la petite noblesse d'épée, qui conserve notamment des devoirs de police et de secours.


Politiquement, Felriane est aujourd'hui un duché parlementaire quoique ploutocratique (comme Riger et l'Estran), où la jeune duchesse Masarile conserve les pouvoirs exécutifs et judiciaires, quand le pouvoir législatif appartient au Grand Conseil qui rassemble 32 membres : 16 sièges pour les huit comtés felrianais, 12 représentants des guildes et des maisons maritimes (dont les Parmes d'Orbel, les Loryame, les Torodine et les Melangoline), le Sénéchal impérial du duché, un Diacre (émissaire du Primat des Côtes) et l'amiral de la flotte de Farlane, auxquels le Grand Chambellan de la duchesse tente (péniblement) de présider.
Les luttes d'influence et revirement d'alliances y sont évidemment légion, fournissant aux habitants de la capitale (les seuls qui arrivent à peu près à suivre les votes et tractations) une source intarissable de divertissement et de plaisanteries politiques qu'on ne se permettrait nulle part ailleurs dans l'Empire.


Mais les Felrianais sont bien plus "libéraux" et certainement plus civilisés que le reste du Continent. La prospérité, la pluralité culturelle et un certain niveau d'alphabétisation (largement dû aux Kerdans) y promeuvent un grand foisonnement artistique, plus particulièrement en matière de musique, de peinture et surtout de théâtre (comédies, tragédies et aventures maritimes), pendant que la capitale résonne de la "Guerre des Poètes" : une féroce compétition d'orateurs et rimailleurs publics financés par diverses cliques politiques, dont ils louent les vertus tout en raillant –en vers !– leurs adversaires toujours changeants.
D'ailleurs, la mode farlanaise précède souvent celle d'Arnelore (dernièrement, on y porte des bliauds chatoyants sur de longues jupes ou des chausses étroites et, pour les plus élégants, assortis de larges bérets ou de poulaines remplacent peu à peu les bottillons), nobles et grands bourgeois arborant leurs plus belles tenues dans les bals d'été ou à la cour de la duchesse. Les marins et pêcheurs, eux, portent encore le bonnet malnide typique (qu'ailleurs on appellerait "phrygien").
Mais c'est peut-être la gastronomie qui tire le plus grand profit du mélange culturel, puisqu'on trouve dans les auberges locales de multiples spécialités poissonnières, les ragoûts de légumes et "piperades" de l'Estran, la charcuterie et les condiments kerdans [3], un engouement grandissant pour les épices exotiques et toute une gamme de vins aromatisés, en particulier l'hypocras de Véruse.


Les Noces Marines

En commémoration de la légende de Mæln, les reines malnides d'autrefois et les duchesses d'aujourd'hui renouvèlent chaque année leurs épousailles avec la mer lors d'une cérémonie qui se tient à l'équinoxe de printemps, après une semaine de carnaval, de bals et de banquets, à la fin d'une procession qui se termine dans la baie d'Émeraude, au pied du château de Farlane.
S'il se raconte que ce rituel s'accompagnait jadis de sacrifices et d'une véritable épreuve pour la suzeraine, la cérémonie actuelle est essentiellement festive, très jolie et éminemment touristique.


l'hivernage kerdan

À la fin de l'automne, généralement au début du mois des Charbons, la plupart des Kerdans délaissent les terres ondrènes et les Marches du Nord pour se retrouver à Felriane : s'entassant dans leurs navires, ils quittent en masse les Arches d'Aroche, d'Archerune et les comptoirs côtiers avant que le Golfe Cinglant ne devienne complètement impraticable. Pour ces navigateurs méridionaux, il s'agit autant d'échapper aux rigueurs du climat nordique que de rentabiliser une saison commerciale qui serait sinon paralysée à mesure que banquise et icebergs s'ajoutent aux dangers habituels de la Mer d'Écume.
Évidemment, cette migration est alors la pleine saison de la piraterie pour les Grésans, obligeant les familles habituellement concurrentes à oublier leurs querelles pour se rassembler en convois, escortés par tous les navires de guerre disponibles (pour la plupart des Maletudine, dont c'est la principale activité).

Mais les "écumeurs" sont alors loin d'être les seuls à débarquer sur le duché insulaire : des centaines d'équipages venus de Rigorne, des terres ondrènes et même de Narcejane envahissent alors les ports de Farlane et du reste de la baie d'Émeraude pour plusieurs huitaines d'un vaste marché maritime qui voit les familles kerdanes négocier une foule de marchandises, des services, des alliances et des mariages, mais surtout du personnel et des navires. Car sous l'influence conjointe de ses visiteurs kerdans et des exploitations forestières de l'île, chaque automne, la baie d'Émeraude devient, au moins pour quelques mois, un centre de construction navale rivalisant avec le grand port de Narcejane.
Loin des régulateurs officiels de l'archipel kerdan comme des collecteurs de taxes de l'Empire (les ducs de Felriane étant par tradition très "compréhensifs" avec leur associés des mers), toute cette activité commerciale et industrieuse est alors sensiblement compliquée par le complexe jeu de manigances financières et politiques auquel se livrent l'actuelle duchesse Malarise, les Loryame, Venderine, Torodine ou Melangoline et même, depuis quelques temps, d'insistants orsani...

► Un paquet de Talendans ont d'ailleurs profité de ce rassemblement annuel pour fuir le terrible hiver des Marches du Nord et se lancer dans quelques "aventures de vacances" durant les épisodes 35) "Hivernage à Felriane" et 36) "Profondeurs"...


Farlane, cité des Ponts

Située au creux de la baie d'Émeraude (aux eaux effectivement très vertes), sur une large lagune où se dispersent deux fleuves, la cité a connu un développement considérable en devenant la capitale de l'éphémère royaume des Malnides : sous le règne de la reine Melnia, un splendide palais entouré de jardins fût bâtit sur une presqu'île agrandie pour l'occasion, des dizaines de canaux furent creusés entre les fleuves et la mer, plus de 80 ponts de toutes sortes reliant peu à peu les îlots ainsi formés.

Quoique le réseau se soit en partie dégradé depuis l'âge d'or des Malnides (d'autant plus qu'on s'éloigne du palais, les canaux du nord-ouest ayant particulièrement tendance à s'envaser), il est toujours parcouru quotidiennement par des milliers de pirogues, gondoles, barges marchandes et même quelques voiliers qui se croisent parfois difficilement entre les quais et les arcades de style rigérien. Mais la grande attraction locale est encore le marché flottant qui occupe le canal "royal" entre le parc floral jouxtant le palais et l'Île du Phare, qui sépare la cité proprement dite de la vaste rade du port et de son Arche torodine, elle-même voisine du comptoir Melangoline.
L'habitude d'y peindre en même temps les navires et les boiseries des habitations anime d'ailleurs les quartiers populaires de couleurs très vives, et les rues plus bourgeoises mènent fréquemment à des placettes où les beaux jours voient la foule se détendre sous les arcades et autour des fontaines.
Sur les collines au Sud-Est, la vieille ville contient pour sa part des monuments datant de la période "solaire" de l'architecture felrianaise, comme le théâtre ou l'antique Temple du Levant, aujourd'hui converti en basilique du Culte des Pères.


le Collège Ducal

Le Collège Ducal de Farlane est situé entre le quartier de la basilique et les jardins du palais, d'ailleurs accessibles par une petite porte derrière le collège de botanique. Centre d'études modeste mais déjà ancien (puisque fondé il y a plus d'un siècle sous l'impulsion des Celsine [4]), sa renommée s'est lentement étendue sur la côte du Levant jusqu'à inspirer l'université de Paremine, le collège fonctionne sous la triple autorité de la Duchesse, du Culte des Pères et des érudits kerdans. Car s’il est financé par la première et administré par le second, les troisièmes représentent encore aujourd'hui une part significative du corps enseignant.
Et si l'on retrouve des Kerdans parmi les étudiants, la plupart sont des fils (plus rarement des filles) de la noblesse ou de la grande bourgeoisie felrianaises, lyciennes ou rigériennes, qui profitent des complications hiérarchiques pour faire beaucoup de chahut dans le quartier, notamment lorsqu'ils prennent le chemin de l'Alidade, la taverne kerdane voisine.

La plupart des sciences modernes y sont représentées, mais sous l'égide de l'un des six "chapitres" principaux, chacun doté de leur propre bâtiment à deux étages jouxtant l'internat, et dont les maîtres respectifs constituent le conseil académique présidé par un Doyen :

  • le chapitre de Médecine est de loin le plus prestigieux, fournissant la plupart des doyens depuis des décennies tout en formant nombre des médicastres, pharmaciens, anatomistes et chirurgien de marine de la côte du Levant. Actuellement sous l'autorité théorique de la vieille doyenne Cléodine l'Ensellienne, la direction effective du chapitre est en fait assurée par le professeur Guillermo Negrine.
  • le chapitre d’Histoire, encore récemment dirigé par feu Jehol de Mélanque, enseigne la géographie, la cartographie, les langues anciennes, l'histoire régionale et particulièrement celle des dynasties malnides, des Royaumes Côtiers et du Royaume Solaire, dont les ruines sont nombreuses dans l'archipel et le reste du Golfe de Meren. Le Chapitre dispose aussi d'une bibliothèque largement fournie en livres, cartes et thèses étudiantes, ainsi qu'une large collection d'antiquités rapportées par divers archéologues, les professeurs, étudiants et quelques amateurs intéressés à la conservation des vestiges du passé, collection présentée dans une aile de l'internat qu'on appelle la galerie des Muses.
  • le chapitre de Lettres est le plus ouvert aux étudiants d'origines modestes puisqu'il forme non seulement des linguistes, rhétoriciens, philosophes, poètes et autres littérateurs distingués, mais surtout un grand nombre de scribes, enlumineurs, copistes et mêmes comptables (dénigrés par leurs collègues d'Arithmétiques) employés par les administrations ducales et plus particulièrement portuaires.
  • sous la direction de Rugiero de Veruse, le chapitre d'Arithmétique s'occupe aussi bien de mathématiques que d'astronomie, d'alchimie, d'architecture et plus largement d'ingénierie, ses diplômés fournissant notamment des experts à l'importante construction navale de l'archipel.
  • apparemment modeste, le chapitre de Botanique, sous la férule d'Oliane Celsine, comprend quelques salles de cours, de grands herbiers, un laboratoire d'étude et la petite section de zoologie (!). Mais son territoire s'étend en fait bien au-delà puisqu'il inclue les jardins du palais où se trouvent non seulement les multiples plantations auxquelles se consacrent les étudiants, mais surtout la vaste serre qui renferme une foule de plantes exotiques, venues d'aussi loin que les Marches du Nord, les Sylves ou l'Empire de Fehn.


le Khujayan

Comme des Talendans l'ont découvert en arrivant à Farlane, la cité ducale héberge depuis quelques années l'unique ambassade de l'Empire de Fehn sur le territoire reman. Et, même dans la très libérale Felriane, ce que les Farlanais appellent la Maison Brune n'a-t-elle pu être établie à la fin de l'an 35 (È.I.) qu'après de longues négociations et grâce à l'influence kerdane, plus particulièrement celle de la puissante "dynastie de sinople" des Lusiarine, qui font commerce des épices avec Fehn et la Maison Loryame.
Ces Vrais Fehnri de Fehn ont alors découvert que leur image publique était terriblement entachée par la réputation peu flatteuse des Exilés, soit ceux-là même que leurs Impératrices ont jadis jetés à la mère et qui se sont (notamment) échoués en terre remane, tout particulièrement la lourde renommée criminelle des Nocturnes : les émissaires du Khujayan font donc tout leur possible pour se distancier de cette racaille et se montrer d'irréprochables partenaires commerciaux autant que diplomatiques, appuyant volontiers le fragile pouvoir des Malnides (dont le matriarcat n'est pas pour déplaire aux Fehnri).


Sainte-Maïse

Jadis une bourgade indépendante, baptisée en l'honneur de la fille que l'Aînée Mæln aurait eut avec un "Homme des Profondeurs" (et dont le Culte des Pères a depuis fait une sainte [5]), Sainte-Maïse n'a cessé de croître depuis l'arrivée des Kerdans : sa large rade naturelle s'est vue doublée par un vaste bassin creusé avec l'aide des Venderine (vers -160), et le plus grand chantier naval du Golfe de Meren a ensuite été érigé à l'embouchure voisine du fleuve Calame (cette fois sous la férule des Torodine, après qu'ils aient racheté le comptoir en -52).
Comme Farlane, de son côté, continuait de s'étendre, la cité ducale a fini par intégrer Sainte-Maïse, qui n'est plus aujourd'hui qu'un de ses faubourgs. D'ailleurs, le chantier naval a encore changé de main il y a une vingtaine d'années, quand les Torodine l'ont cédé à leurs nouveaux alliés Melangoline.

Farlane-01.jpg


Bastelle

Siège d'une des baronnies maritimes les plus dynamiques du duché insulaire, la grande cité portuaire de Bastelle (presque 15.000 habitants) est nichée parmi les calanques du Nord-Ouest de la baie d'Émeraude. Si la légende veut que les bastelais aient autrefois été de fieffés pirates (!), ils vivent aujourd'hui du commerce maritime, de la verrerie ou de la pêche au gros (y compris les baleines) et accueillent une importante communauté orsanie ainsi que l'Arche des Sotorine, devenue depuis quelques générations le véritable siège de ces "écumeurs" kerdans.

Bastelle-01.jpg


Cassarenne

Si la région de Bastelle se civilise doucement avec le temps, le port de Cassarenne, à l'extrémité Sud-Ouest du comté de Calonthe, s'est nettement militarisé sous l'influence de l'Arche Maletudine : cette ancienne forteresse ducale qu'ils ont achetée et refourbie pour en faire la base de leurs opérations contre les pirates grésans fut elle-même érigée au cours du III° sicèle avant l'È.I. en réutilisant nombre de pierres de taille prise aux vestiges d'une antique citadelle solaire, située tout au bout de la Pointe de la Lyre (nommée d'après la constellation occidentale du même nom).
Autour de son port fortifié, la petite ville de Cassarenne est par ailleurs une cité côtière qui vit encore principalement de la pêche dans le détroit de Mæln, quoique les Maletudine espèrent en faire un port de commerce...



  1. Ce qui en fait l'une des plus vielles dynasties de l'Empire et même du Continent.
  2. du nom du dialecte local, mêlant dans un accent chantant les langues des Pères, kerdane et les patois ondrène comme rigérien.
  3. Par souci de conservation, ce peuple marin affectionne en effet de nombreux met à l'huile, en saumure ou en salaison.
  4. À l'époque où leur dynastie avait encore une influence sensible sur l'archipel de Felriane.
  5. Concept que le MJ n'a dû intégré à cet univers qu'en réponse à une invention de Florent : c'est donc sa faute s'il y a à Felriane une "Maïse, sauvée des eaux".

Pages dans la catégorie « Felriane »

Cette catégorie contient 5 pages, dont les 5 ci-dessous.