Catégorie:Golfe de Meren

De Marches du Nord
(Redirigé depuis Golfe de Meren)
Aller à : Navigation, rechercher

Le Golfe de Meren est un large bras de mer très découpé qui sépare les Monts de la Lune (au Sud) des contreforts des Monts Voilés (au Nord), s'ouvrant à l'Est vers la Mer du Levant, et de là sur la Mer d'Écume (au Nord-Est). Situé entre Felriane, Rigorne et l'ancien Royaume des Ondrènes (aujourd'hui divisé entre les duchés de Lorune, Lycène, Orsane... et techniquement d'Anguedale), le golfe et ses environs forment une vaste région maritime dans laquelle on peut inclure la Mer de Mæln et les Îles de Grès, Riger et l'archipel de Felriane, qui est depuis la plus haute antiquité le lieu d'un important commerce maritime ...et donc de pas mal de piraterie.
Car le golfe proprement dit, ses mers connexes et leurs multiples archipels (non seulement Felriane mais Ordione et les Eridines, les Orcandes, les Îles Tritons, les Lucanes...) ont longtemps été le théâtre de raids côtiers, qui restèrent une composante majeure de l'économie régionale jusqu'à une époque récente [1] , tant à cause de l'ancienne rivalité entre les Ondrènes et les Royaumes Côtiers que de la proche menace des barbares grésans.


Qui dit "commerce maritime" dit nécessairement "Kerdans" : la présence des Venderine et des Torodine est attestée dans la région depuis plus de deux siècles, ils furent ensuite rejoints par les savants Celsine rayonnant à partir de Felriane, les explorateurs Sotorine, les armateurs Melangoline, leurs clients Negrine... et dernièrement par les corsaires Maletudine, bien décidés à éliminer la piraterie qui y persiste encore. On trouve ainsi des dizaines d'arches et de comptoirs kerdans de tailles très variées sur tout le pourtour du golfe, d'Orsigile à Rigorne et de Tharguel à Orbel, que les équipages orsanis et felrianais sont encore bien loin de concurrencer...


Histoire régionale

Cités portuaires de l'Âge des Aînés : "Ereyhnrad" → probablement sur le site d'Enssyane, "Ateparhonrad" → Senacore. Après le Cataclysme et sans doute avant même la restauration solaire, côte relativement protégée permet l'émergence de cultures maritimes à partir de la Rige et de Felriane.

Antiquité solaire

EN TRAVAUX par Rovisto Celsine
À l’époque du royaume solaire est créé un réseau de ports et de forteresses s'étendant sur des centaines de kilomètres sur l’Archipel de Felriane. Ce dernier, nommé Le Promontoire du Levant a laissé des vestiges d'Efferdame, tout au nord de l'archipel, en passant par Farlane, Cassarenne[2], Sielle, Bastelle... Au delà de Felriane, le Promontoire du Levant semble comprendre un ensemble plus large de ruines tout autour du Golfe de Meren.

Accessible à Esébilio le Brasain ou Rovisto Celsine


Aux alentours du Vème siècle avant l'Ère Impériale, l’un ‘’’des deux royaumes solaires’’’, les Boréaux (ceux du Nord donc), se sont alliés aux Malnides, pour s'ouvrir une escale Atepaden. Le Promontoire du Levant ne sera finalement jamais bâti pour atteindre son objectif initiale et donc s’orienter vers l’Est, mais se tournera vers l’Ouest, pour lutter contre les adorateurs des Eaux Jumelles et leurs hiérophantes, que les mythes décrivent en fait comme les fameux Muréniens.

Le Promontoire du Levant ne se limite pas à Felriane, il va au nord jusqu’à Efferdame, puis, vers l’ouest, à Orsigile[3], Délarane, Élorsame, puis vers la partie sud ouest aux îles Lucanes et Léandre. Sans compter d’autres ruines perdues au cours de l’histoire.

Le royaume solaire s'éffondra et disparu dans les méandres de l’histoire sans laisser de traces autres que leur influence sur la culture Malnide et nombre de ruines autour du Golfe de Meren.

Accessible à Esébilio le Brasain ou Rovisto Celsine


Malgré les multiples indices d'un Second Cataclysme, qui se serait produit au siècle suivant la création du Promontoire du Levant, mais largement oublié des chroniques, ce seraient plutôt les Muréniens qui auraient finalement eu la peau des Boréaux, finissant par s'étendre quasiment jusqu'au Pays des Vents (en tous cas la Péninsule des Épées) au Nord, et encore plus loin vers le Sud (?!).

On peut toutefois trouver des traces du royaume solaire jusqu’aux abords des îles de grès, suggérant que les solaires auraient affronté les grésans. C’est notamment dans la Baie des Murènes que l’expédition tragique du chevalier Rhobard s’était aventurée, pour retrouver un navire solaire naufragé, transportant le Bouclier de Horbram.


Rites des Eaux Jumelles

Accessible à Esébilio le Brasain ou Rovisto Celsine


L'antique "sceau des Eaux Jumelles", utilisé comme emblème par la "secte des eaux jumelles", ressemble étrangement aux armoiries de Felriane. Il pourrait aussi désigner les aornkrolid[4] que les solaires ont mit en place après avoir constaté que mettre fin aux rites avaient de fâcheuses conséquences. D'après de vieux papiers consultés au Chapitre d'Histoire, il devait y avoir un tel "sceau" dans chacune des citadelles solaires du Promontoire du Levant.

Personne ne semble en savoir tellement sur la secte "des Eaux Jumelles". Elle revendique d'anciens rites plus ou moins disparus depuis la période solaire[5]. Elle aurait assassiné quelques étrangers et autochtones "traîtres" mais aucun de vous n'en sait plus, la seule victime célèbre était un officier de la Sénéchaussée impériale.


Royaume-Ondrene.png

Domination ondrène

Après que le Royaume Solaire ait largement abandonné les berges du golfe, les tribus barbares au sud des Monts Voilés s'unirent peu à peu pour former une nouvelle nation, sans doute au milieu du III° siècle avant l'Ére Impériale et –d'après la légende– sous l'impulsion du héros Horbram. Se réclamant de la (lointaine) parenté de l'Aîné "Onghar", ces barbares se baptisèrent Ondhoroen et établir les bases d'une société clanique, quasi-féodale, qui deviendrait le Royaume des Ondrènes en -203 avec le sacre de leur premier souverain, Nyoargald, dont la capitale est installée à Loralne.

  • Lorune → Orsane → annexion d'Anguedale
  • invasion de Lycène en -131


Influences malnides, kerdanes et rigériennes


Comptoirs et Arches Kerdans

L'importance présence Kerdane se fait ressentir tout au long des côtes du Golfe et ce, depuis l'arrivée des Venderine à Felriane, il y a près de deux siècles. En effet, on peut observer de nombreux comptoirs et Arches kerdanes dans les cinq duchés du Golfe de Meren.


Felriane, l'île par laquelle les kerdans sont arrivé dans le Golfe de Meren, et lieu de rassemblement annuel, lors de l'hivernage kerdan, accueille pas moins de quatre Arches (Torodine, Sotorine, Maletudine et Celsine) :

  • À Sainte-Maïse, on peut découvrir une Arche Torodine ainsi qu'un chantier naval Melangoline, construit par les Venderine, vers -160, racheté par les Torodine en -52 finalement cédé aux Melangoline aux alentours de l'an 15.
  • À Bastelle, s'élève l'Arche des Sotorine, devenue depuis quelques générations le véritable siège de ces "écumeurs" kerdans.
  • À Cassarenne, dans le comté de Calonthe, L'Arche Maletudine de la Pointe de la Lyre à contribué à la militarisation de la cité portuaire.
  • À Sielle, se dresse l'Academie Celsine, une des dernières possessions de la famille ruinée.


Les autres duchés comptent à eux quatre tout autant d'arches (Maletudine, Venderine et deux arches Melangoline !) que l'archipel de Felriane, ainsi que deux comptoirs Sotorine :

  • Orsane accueille, à Orsigile, l'un des principaux comptoirs continentaux et donc l'Arche des Melangoline, fondée par les Venderine puis rachetée à l'époque du duc Lothard.
  • Lorune dispose à Lorlane, d'une Arche Maletudine , fondée par les Torodine à partir de Farlane, et depuis, cédée aux Maletudine. Quant-à Tharguel, elle accueille le comptoir historique des Sotorine, le premier comptoir ils ont disposé sur le continent, établi il y a presque un siècle lorsque la traite du sel était prospère. Ce n'est d'ailleurs pas une "arche" centralisée mais plutôt un ensemble de quais, entrepôts, résidences et boutiques (dont une auberge) dispersé·es à travers une bonne moitié de la ville.
  • Lycène commerce avec les kerdans du Golfe, principalement à Paremine et Ensyanne. Le comptoir des Sotorine de Paremine se trouve sur les quais du canal Nord : une haute bâtisse rigérienne hébergeant une filature, flanquée d'une part par les ateliers alchimiques et de l'autre par une échoppe dédiée aux lettres (livres, chandelles, papiers, encres, écrivain public...). À Ensyanne, l'Arche des Melangoline, fondée en -75 par les Celsine, fût rasée lors de la destruction de la ville et le comptoir se vit récupéré par les Melangoline suite à la chute de la dynastie savante. L'arche dispose de ses propres quais qu'elle loue à ses compatriotes Sotorine et Maletudine, mais le reste du port est plein de navires de pêche, de cogues remanes, de knörir ondrènes et de caraques venues de Tharguel, Loralne, Orsigile, Rigorne, Felriane et même de Narcejane. En plus d'être l'un des deux plus grands ports sur le Golfe de Meren, en perpétuelle concurrence avec celui d'Orsigile,
  • Et finalement à Riger, c'est dans le grand port maritime de la cité ducale, Rigorne, que se dresse l'Arche Venderine.

Conséquences de la Guerre des Lunes

soumission des Ondrènes au Haut-Royaume en -58 mais absorption de Lycène, fin des Royaumes Côtiers et allégeance de Rigorne




  1. Si récente, en fait, que le duc Lamdo d'Orsane ne l'a criminalisée qu'il y a environs dix ans, incitant nombre des pirates orsanis à se joindre à l'Ondhor...
  2. La Porte des Solaires, sur la pointe de la Lyre, voisine de l'actuel port des Maletudine
  3. Les ruines d’un ancien temple solaire situé sous une crypte attenante au rivage de la Baie des Grisards
  4. Les fameuses Balises Solaires, qui n'en seraient en fait pas...
  5. cf le secret du paragraphe sur les Malnides

Sous-catégories

Cette catégorie comprend 2 sous-catégories, dont les 2 ci-dessous.

Pages dans la catégorie « Golfe de Meren »

Cette catégorie contient 3 pages, dont les 3 ci-dessous.