Fehn

De Marches du Nord
(Redirigé depuis Empire de Fehn)
Aller à : Navigation, rechercher

À des milliers de milles marins au Sud de Horne, par delà les Mers Serpentines et leurs Îles Mordorées, s'étend l'immense matriarcat de Fehn, que la rumeur prétend cinq fois plus vaste et dix fois plus peuplé que l'Empire de Rem mais où aucun Reman n'a jamais été admis. Fondé à l'Âge Premier par la sorcière Fehen, hérétique et rebelle, dans les vastes jungles du Continent Équatorial, Fehn a eut bien des siècles pour développer une civilisation raffinée, complexe et infiniment étrangère aux "barbares" adorateurs des Premiers.
Longtemps une contrée trop lointaine pour être d'avantage qu'une légende colportée par les Exilés fehnri de l'Empire, Fehn vient pourtant de faire irruption dans nos Chroniques par son étrange "consulat", le Khujayan de Farlane fondé par la Lignée de Lalnyha, et qui a expédié des ambassadrices vers les Marches du Nord au printemps de l'an 38...

Fehn-01.jpg



EN TRAVAUX


Sur le continent sud l'empire de Fehn s'étend sur une large partie de la cote Nord et s'enfonce au cœur d'une jungle inextricable le long d'un d'un fleuve immense et de ses affluents. Le royaume médiéval du Siam vous donne une idée assez proche de ce qu'est visuellement l'empire de fehn. La ressemblance s’arrête la, l'empire est en fait un matriarcat. La caste dirigeante des matrones elle même très hiérarchisé gouverne la population fenrhi qui est innombrables. En effet le matriarcat est peuplé de plus de 30 millions d’âmes sans compter que la population est en perpétuelle croissance. En effet si la vie n'est pas facile dans la jungle une natalité très forte est encouragé et explique cette croissance.

La capitale du matriarcat est Malayorahna, la "capitale sculptée" est gigantesque, établie loin dans la jungle sur les rives du Fleuve Tissé, la voie de communication principale dans le matriarcat : véritable entrelacs de rivières, de confluents et de bras morts, il relie les villes et villages dispersés dans la jungle aux ports côtiers de l'empire et à sa capitale. Car à de rares exceptions prés, l'empire de Fehn ne dispose pas de routes terrestres : l'envahissante jungle dévore pistes et chemins en quelques jours. C'est donc le long des fleuves, sur la côte et dans le delta que la plupart des cités sont fondées. Une véritable flotte de bateau à voile, de pirogue et même de radeaux navigue en permanence pour transporter voyageurs, troupes, marchandises et courriers sur des milliers de kilomètres.

Si la géographie du matriarcat est animée par les nombreuses montagnes, lacs, failles et îles qui forment sont relief dentelé, une jungle épaisse recouvre tout le pays, formant comme des vagues sur un océan vert. La faune et la flore de la jungle de fehn sont autant une grande richesse qu'un fléau pour les fehnris. La luxuriance des plantes permet de cultiver facilement, tous pousse en terre de fehn mais d'un autre coté la jungle envahit tout en quelque jour il faut donc lutter en désherbant régulièrement. Pareillement l’élevage est difficile, les enclos sont en permanence envahis par la jungle et les bêtes attaqué par les insectes parasites. En revanche la chasse bien que dangereuse est toujours giboyeuse.


POPULATION & CULTURE

Les fenrhis ne forme qu'une ethnie, ils sont noir de peau et bruns (type hindou). La plupart sont petit et sec mais il n'est pas rares de croiser des individus plus grand et mieux bâtis surtout parmi la caste dirigeante. La chaleur étouffante les 2 tiers de l’année a amené un code vestimentaire simple: la majorité des fenrhis porte le sarong le pagne ou d'autre variante sur le corps et sur la tête un turban. Si le vêtement est unique les couleurs, surtout les plus vives et les motifs sont très variés (dessins d'insecte, de poisson, de serpent ou tous autre animaux de la jungle sont légions). Très peu de différence régional sont sensible dans le matriarcat, les fenrhis n'hésitant pas à voyager pour le travail fondant de grande famille se mélangeant au gré des mariages arrangé et soumise a un seul dogme le culte de fehani. La famille est la cellule culturel des fenrhis, la fertilité très importante et une médecine de qualité supérieur aux autre nation permet de grande famille. il n'est pas rares qu'une femme ai 5 ou 6 enfants et donc a la génération suivante un grand nombre de petit enfants. En quelque génération les familles fenrhis forme de véritable clan soudé.

La religion dans le matriarcat est le Culte de Fehani, genèse du peuple fenrhi enseigné par les matrones. Fehani ou Fehen pour les remans, la Déesse Noire maîtresse des secrets, de la sorcellerie et des insectes. Aucun autre culte n'est représenté ce n'est pas une affaire de liberté, c'est seulement que personne n'a essayé de s'implanter ou y a même songé (on se demande bien pourquoi).

Les échanges commerciaux avec les autre empire ou nation dépasse rarement les ports côtiers (a part les fenrhis nul ne s'aventure dans la jungle), les kerdans ont établie des relations avec plusieurs famille et échange métaux, outils et tissus contre essence d'arbre, épices et teinture.

Le Lyun-shang (jeux de GO) est répandu dans tous le matriarcat et pratiqué par les 2 sexe. Les paris ne sont pas absent de la pratique du jeux et quelque fois de véritable fortune change de main en une seule partie.