Rhilder le Boiteux

De Marches du Nord
(Redirigé depuis Rhilder le Fou)
Aller à : Navigation, rechercher

Le prévôt de la Marche des Lacs a toujours été une teigne : il serait né sur les contreforts nordiques des Monts Voilés il y a un peu moins de 40 ans, d'une famille de colons massacrés (suivant les rumeurs) par des So'Sherkan, des Arkonnelkan ou peut-être bien des brigands.
Contrairement à la croyance populaire, les Impériaux ne l'auraient pas surnommé "le Fou" à cause de son caractère pour le moins "extrême" mais de la position que lui attribuerait Son Éminence sur l'Échiquier du Nord : la plupart de ses administrés l'appellent plutôt Rhilder "le Boiteux", parce que ça l'énerve moins (et qu'il ne faut pas l'énerver).

D'abord mercenaire...

Enfant de troupe à 12 ans, soldat à 14, maniant un nerhil récupéré lors d'une escarmouche, il s'illustre bientôt au combat par sa férocité et sa malignité : chaque jour, il aiguise son arme et plonge la lame dans les latrines pour infecter les blessures causées.
En l'an 16, il est l'un des rares survivants des troupes du chevalier Salvor de Lycène, massacrées par les indigènes après la débâcle du Lac Linen. Rhilder atteint pourtant Melenire en portant la tête de l'Alen Neldaren des Halia'Hetan, et se voit ainsi nommé sergent

Lors de la bataille de Ley Temen (en l'an 17-ÈI, il devait donc avoir 19 ans), il aurait utilisé le fils du chef du clan Okina'en comme bouclier humain, s'ouvrant un chemin dans la mêlée jusqu'à atteindre le père, qu'il aurait ainsi forcé à donner sa vie pour sauver son fils. Cette défaite des So'Sherkan scellera peu après le sort de la tribu -contrainte d'abandonner ses terres aux Dirsen- et l'essor de la Marche des Gemmes.

Le prévôt Romald n'ayant pas su récompenser son initiative à sa juste mesure, cette brute d'à peine 20 ans rejoint comme lieutenant le régiment d'Orvel-l'Écorché, capitaine mercenaire basé à Darverane et resté célèbre pour sa cruauté. À la bataille du Lac des Traits, Rhilder a le genou broyé par la chute d'un cheval : il en gardera toute sa vie la claudication qui lui valu longtemps le surnom de "Rhilder le Bancal".
En 23, après avoir participé à la soumission des Rimdehl, "le Bancal" est capitaine-mercenaire au siège de Mont-Griffon où l'Écorché trouvera la mort (parmi beaucoup d'autres), Rhilder lui-même ayant miraculeusement survécu à une chute vertigineuse en basculant d'une falaise avec un chef arkonnelkan.

Désormais à la tête du régiment des Écorcheurs, réduit par les pertes mais couvert de gloire, Rhilder retourne à Darverane où il subit en 24 un premier soulèvement tribal : avec ses mercenaires de plus en plus nombreux, il parvient à repousser les Oloden de Kainen Tahrel et à mater les rebelles Rimdehl, organisant l'exécution massive des meneurs, de leurs alliés et de leurs familles (la légende parle de 7.000 morts en 3 semaines), réduisant les autres en esclavage pour développer les mines de Brasure qui, en échange de sa protection, devra désormais lui verser tribut.

... puis Prévôt

Nommé Prévôt de la Marche des Lacs en l'an 26, puisqu'il tient de fait toute la région avec ses Écorcheurs, celui qu'on appelle désormais "Rhilder le Fou" va s'enrichir sur le pays et prendre pour femme la fille d'un baronnet lorunois, morte en couche deux ans plus tard.

Sans appui de l'état-major et harcelé par les Kormes qui attaquent sans relâche les fermes et les caravanes de la région, Rhilder va s'enfermer de plus en plus dans la haute forteresse qu'il s'est bâtie. Jusqu'à ce que, au printemps de l'an 37, l'escalade des "incidents de frontières" l'amène à nouveau à faire la guerre aux Oloden.
Bientôt menacé jusqu'aux murs de sa cité par la coalition du chef Kainen Tahrel, le prévôt Rhilder a mis au point une méthode imparable : il a racheté quelques centaines d'enfants emishen, d'ordinaires employés comme esclaves dans les mines, et les utilisent comme otages. Chaque fois qu'un cavalier rebelle arrive en vue des hauts murs de la Cité des Lacs[1], Rhilder fait jeter une poignée de gamins depuis les créneaux, en leur attachant de longs rubans pour qu'on les voit de loin tomber dans les profondes gorges du Fleuve Grondant, et l'écho de leurs cris parachève le tout...

  1. Incidemment, la citadelle de Darverane a été récemment renforcée de fortifications conçues par Hadrien "Muraille"