Berinor de Salviane : Différence entre versions

De Marches du Nord
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Sire Berinor, baron de [[Salviane]] et Prévôt de la [[Marche des Lisières]] est depuis plus de 25 ans l'un des principaux acteurs de la [[Conquête du Nord]].  
 
Sire Berinor, baron de [[Salviane]] et Prévôt de la [[Marche des Lisières]] est depuis plus de 25 ans l'un des principaux acteurs de la [[Conquête du Nord]].  
Il commença sa carrière il y a près de 30 ans comme chevalier du baron d'Issyane (au nord de Lycène) mais s'engagea très tôt comme officier dans l'armée du nord : il se fit d'abord connaître en escortant les colons tout le long du fleuve [[Dramguil]] et, nommé capitaine de régiment à 23 ans, explora la région des Licières, poussant sans cesse vers l'est en combattant tour à tour les [[Otlalnan]] et les [[Arkonnelkan]], prouvant à maintes occasions sa vaillance et ses qualités de stratège.  
+
Il commença sa carrière il y a près de 30 ans comme chevalier du baron d'Issyane (au nord de Lycène) mais s'engagea très tôt comme officier dans l'armée du nord : il se fit d'abord connaître en escortant les colons tout le long du fleuve [[Dramguil]] et, nommé capitaine de régiment à 23 ans, explora la région des Lisières, poussant sans cesse vers l'est en combattant tour à tour les [[Otlalnan]] et les [[Arkonnelkan]], prouvant à maintes occasions sa vaillance et ses qualités de stratège.  
  
Investissant ses gages et son héritage d'abord dans les mines puis dans les forges d'Aroche, il s'enrichit au fur et à mesure qu'il gravissait les échelons jusqu'au titre de général : allié au mercenaire anguedais [[Arund-le-Taureau]], il vainquit les Arkonnelkan à la bataille de [[Mont-Griffon]] et y fonda la citadelle qui garde aujourd'hui la rive occidentale du [[Fleuve Ombreux]]. Tout auréolé de gloire et maintenant riche, le Duc-Gouverneur le nomma prévôt de la Marche des Lisières en l'an 24-ÈI : il se montra alors un administrateur aussi doué qu'il fut un grand général, s'alliant étroitement avec les Melangoline et les Ducs de [[Lorune]] pour développer le port d'[[Aroche]], le négoce des chevaux avec la [[Marches des Lacs]], le commerce fluvial depuis la [[Marche des Gemmes]] et l'économie de [[la Conque]].
+
Investissant ses gages et son héritage d'abord dans les mines puis dans les forges d'Aroche, il s'enrichit au fur et à mesure qu'il gravissait les échelons jusqu'au titre de général : allié au mercenaire anguedais [[Arund-le-Taureau]], il vainquit les Arkonnelkan à la bataille de [[Mont-Griffon]] et y fonda la citadelle qui garde aujourd'hui la rive occidentale du [[Fleuve Ombreux]]. Tout auréolé de gloire et maintenant riche, le Duc-Gouverneur le nomma prévôt de la [[Marche des Lisières]] en l'an 24-ÈI : il se montra alors un administrateur aussi doué qu'il fut un grand général, s'alliant étroitement avec les Melangoline et les Ducs de [[Lorune]] pour développer le port d'[[Aroche]], le négoce des chevaux avec la [[Marches des Lacs]], le commerce fluvial depuis la [[Marche des Gemmes]] et l'économie de [[la Conque]].
  
 
Durant la décennie suivante, Berinor des Lisières s'enrichit sans cesse et, sa Marche bientôt devenue la plus peuplée du Nord, bénéficiait également de la plus vaste armée du pays et du soutien relatif des [[:Catégorie:Seigneurs du Nord|Seigneurs du Nord]]. Le Duc-Gouverneur, qui pensait ainsi le garder sous contrôle, le fît baron de Salviane en 31... et déchanta bientôt : Berinor n'était pas homme à servir un maître. Soupçonné de regarder vers le sud avec avidité du haut de sa puissante forteresse d'Aroche, alors qu'on lui demande de regarder vers l'est avec méfiance, le baron fut peu à peu mis à l'écart de l'état-major et, en 33, Lamdo d'Orsane découpa carrément une nouvelle Marche autour d'Aroche pour la donner à son fils Larmond.  
 
Durant la décennie suivante, Berinor des Lisières s'enrichit sans cesse et, sa Marche bientôt devenue la plus peuplée du Nord, bénéficiait également de la plus vaste armée du pays et du soutien relatif des [[:Catégorie:Seigneurs du Nord|Seigneurs du Nord]]. Le Duc-Gouverneur, qui pensait ainsi le garder sous contrôle, le fît baron de Salviane en 31... et déchanta bientôt : Berinor n'était pas homme à servir un maître. Soupçonné de regarder vers le sud avec avidité du haut de sa puissante forteresse d'Aroche, alors qu'on lui demande de regarder vers l'est avec méfiance, le baron fut peu à peu mis à l'écart de l'état-major et, en 33, Lamdo d'Orsane découpa carrément une nouvelle Marche autour d'Aroche pour la donner à son fils Larmond.  

Version du 8 avril 2013 à 19:53

Sire Berinor, baron de Salviane et Prévôt de la Marche des Lisières est depuis plus de 25 ans l'un des principaux acteurs de la Conquête du Nord. Il commença sa carrière il y a près de 30 ans comme chevalier du baron d'Issyane (au nord de Lycène) mais s'engagea très tôt comme officier dans l'armée du nord : il se fit d'abord connaître en escortant les colons tout le long du fleuve Dramguil et, nommé capitaine de régiment à 23 ans, explora la région des Lisières, poussant sans cesse vers l'est en combattant tour à tour les Otlalnan et les Arkonnelkan, prouvant à maintes occasions sa vaillance et ses qualités de stratège.

Investissant ses gages et son héritage d'abord dans les mines puis dans les forges d'Aroche, il s'enrichit au fur et à mesure qu'il gravissait les échelons jusqu'au titre de général : allié au mercenaire anguedais Arund-le-Taureau, il vainquit les Arkonnelkan à la bataille de Mont-Griffon et y fonda la citadelle qui garde aujourd'hui la rive occidentale du Fleuve Ombreux. Tout auréolé de gloire et maintenant riche, le Duc-Gouverneur le nomma prévôt de la Marche des Lisières en l'an 24-ÈI : il se montra alors un administrateur aussi doué qu'il fut un grand général, s'alliant étroitement avec les Melangoline et les Ducs de Lorune pour développer le port d'Aroche, le négoce des chevaux avec la Marches des Lacs, le commerce fluvial depuis la Marche des Gemmes et l'économie de la Conque.

Durant la décennie suivante, Berinor des Lisières s'enrichit sans cesse et, sa Marche bientôt devenue la plus peuplée du Nord, bénéficiait également de la plus vaste armée du pays et du soutien relatif des Seigneurs du Nord. Le Duc-Gouverneur, qui pensait ainsi le garder sous contrôle, le fît baron de Salviane en 31... et déchanta bientôt : Berinor n'était pas homme à servir un maître. Soupçonné de regarder vers le sud avec avidité du haut de sa puissante forteresse d'Aroche, alors qu'on lui demande de regarder vers l'est avec méfiance, le baron fut peu à peu mis à l'écart de l'état-major et, en 33, Lamdo d'Orsane découpa carrément une nouvelle Marche autour d'Aroche pour la donner à son fils Larmond.

Malgré ses protestations, et sous la pression du Culte des Pères, Berinor du finalement transféré sa capitale à Salviane et entreprit d'y bâtir une nouvelle citadelle (sa troisième). Aujourd'hui âgé de 46 ans, très riche, marié en seconde noce à Eolane de Lorune et père de 7 enfants, dont trois fils déjà officiers dans son armée (mais la rumeur veut que la moitié de ses chevaliers soient ses bâtards), Berinor de Salviane n'espère plus qu'une chose : le titre de comte des Lisières... Ce que les récentes défaites de l'armée impériale, aujourd'hui en grand besoin de son soutien, pourrait bien finir par lui amener.