Venderine (famille)

De Marches du Nord
Version du 6 mai 2020 à 23:17 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
Venderine.png
La plus puissante des quatre dynasties kerdanes fut la première à prendre effectivement pied sur le continent en ouvrant, il y a près de deux siècles, le comptoir de Narcejane, qui allait non seulement fonder sa propre prospérité mais initier le développement du commerce maritime kerdan tout autour du continent. De là, les Venderine remontèrent l'Arem jusqu'à Marale, puis Duriane en établissant là aussi des comptoirs profitables, et poussèrent finalement jusqu'aux Sylves en quête des fameux "arbres-ancêtres", si recherchés pour la construction navale.

Cette ascension inégalée leur a permit d'acquérir (et de conserver jusqu'à aujourd'hui) près d'un quart des sièges au Concile dirigeant les archipels Kerdans [1] ainsi que la "clientèle" des savants Celsine, des bateliers Agostine (qui commercent aujourd'hui jusqu'à Horne) et de plusieurs autres familles mineures.

Mais la domination de cette "dynastie dorée" sur les Archipels a longtemps tenu à leur alliance avec la "dynastie vermeil" des Torodine, militaires et bâtisseurs, avec qui ils ont lancé l'exploitation des Sylves et largement transformé la capitale kerdane, Altamire. Délaissant peu à peu les incertitudes du commerce au long cours pour la finance, la construction navale et "l'armement" maritime[2], les Venderine se sont ainsi recentrés sur les affaires "insulaires", quoiqu'ils restent les principaux émissaires de leur peuple auprès de l'Empereur de Rem.

Après plusieurs générations de cette hégémonie, il semble pourtant que les Venderine déclinent depuis quelques années : l'investissement au Concile des fortunes amassées au Sud par leurs ennemis Lusiarine menace désormais leur majorité, la retentissante faillite des Celsine a contraint leurs "patrons" à les abandonner et, depuis peu, le négoce du bois "ancestral" semble péricliter...
Alors, lassés de n'être que les seconds-couteaux du partenariat qui les a pourtant élevés au rang de dynastie, les Torodine ont tout simplement rompu leur ancienne alliance pour se chercher de nouveaux partenaires, dernièrement auprès de la famille montante des Melangoline...

  1. Ce qui est énorme, considérant que le Concile compte 80 sièges : 19 sont aux Venderine, 14 aux Lusiarine, 12 aux Torodine, 8 aux Melangoline... et une douzaine de "grandes familles" se partagent les 27 restants
  2. l'armement maritime désignant en fait la gestion des ressources d'un navire (équipage, provisions, matériel...) plutôt que la construction navale, quoique les Venderine pratiquent aussi cette dernière.