Theodrome de Lorune

De Marches du Nord
Version du 19 septembre 2019 à 06:50 par Florent (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Theodrome de Lorune, duc en titre, est un héritier crédible de la dynastie royale puisqu'il est l'arrière-petit-fils de Rhoarberd (comme le Duc-Gouverneur, mais Theodrome est lui "un bon ondrène" anti-impérial). Âgé de 39 ans, il n'en avait que 14 lorsque la Révolte a vraiment éclaté et, pourtant, il a aussitôt mené le soulèvement de Tharguel, alors le plus grand port de Lorune, bondissant sur les navires impériaux une torche dans une main et la bannière paternelle dans l'autre, brûlant, noyant et empalant même les vils collecteurs de taxes impériaux sur la hampe de ladite bannière (il y a une chanson à ce sujet). Bientôt à la tête d'un petit tiers des armées lorunoises, il n'a perdu "que" 2 batailles sur 5 durant les 18 mois suivants, en démontrant beaucoup plus de vaillance (et même une témérité inquiétante) que de finesse stratégique. Lorsque son père a souhaité consolider son alliance avec Orsane (en l'an 14), Theodrome fût fiancé à la très jeune Rywen de Delarane, techniquement sa petite-cousine et potentiellement héritière du comté éponyme, quoique les noces n'aient eut lieu que 8 ans plus tard, quand Rywen fût enfin nubile (à 13 ans) et la révolte fermement terminée.

Depuis deux décennies, Theodrome a engendré 2 filles, un fils survivant (elles mariées, lui fiancé à une Tharguel), il a tailladé moult pirates Grésans, participé à la bataille du Lac des Traits (son seul fait d'armes dans les Marches du Nord, ou il fût sérieusement blessé) avant d'aller guerroyer dans les Sylves (où son régiment s'est illustré par sa brutalité), il a même fait la chasse à plusieurs sorciers (!)... En gros, il a surtout vécu une vie d'aventures bourrines en attendant que le vieux Theoben trépasse (à 71 ans !) pour sortir enfin de l'ombre paternelle, qui avait bien eut le temps de défraichir sa gloire. Depuis deux ans qu'il est à la tête du duché, il a surtout rassemblé une cour grandissante de séparatistes, mercenaires, mécontents, pirates (!) et intrigants comme Sigrell d'Elorsame ou ce cher Ærgabald, en exprimant de plus en plus ouvertement son intention de restaurer le Trône des Ondrènes. Il semble que son armée embauche d'ailleurs, et son régiment "sylvain" constitue le fer de lance des troupes que Lorune a récemment expédiées "en renfort" dans la Marche des Gemmes (et qui ont affronté Alon Sorhan à Malorne).