Sigrell d'Elorsame

De Marches du Nord
Version du 23 octobre 2019 à 10:47 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Bientôt 30 ans, récemment devenu comte d'Elorsame et proche des ducs de Lorune, le général Sigrell est un petit homme blond et bouclé qui n'a jamais vraiment été taillé pour le combat : ses intérêts militaires le portent plutôt à la stratégie.
Aussi, lorsqu'il ne conseille pas le Duc-Gouverneur Lamdo d'Orsane à l'état-major, ses compétences sont employées à la logistique : ce général très spécialisé commande en réalité à la plupart des transports militaires de toutes les Marches, gère les approvisionnements, la fabrication du matériel et la construction des véhicules (chariots, chars, navires, engins de siège...). La rumeur prétend qu'il s'enrichit grâce à la contrebande, mais lui-même fait assez peu de cas des rumeurs pour en avoir été victime toute son existence...

Promis il y a quelques années à la (très) jeune Soline de Loralne, sœur benjamine du duc Theodrome de Lorune, Sigrell attend depuis que sa fiancée atteigne l'âge nubile pour l'épouser en grandes noces. Un mariage rendu encore plus glorieux par le fait que, à la fin du mois des Fenaisons de l'an 37, le vieux comte Sigurd est finalement mort des suites d'une longue maladie, laissant son fief, son titre et de grandes ambitions au "comte-général" Sigrell.
Celui-ci n'était d'ailleurs que son troisième fils mais le second mourut avant d'avoir 12 ans et l'aîné, Sigmard, fût exécuté en l'an 31 pour son implication dans un complot contre le duc Theoben de Lorune, laissant la succession au petit dernier...


Sigrell est probablement l'homme à qui le Capitaine Durgaut devait son poste : après une algarade avec lui lors de son bref séjour à l'état-major de Bragone, notre fringant capitaine s'est vu muté à Tal Endhil (autant dire "au bout du monde") en plein soulèvement des Kormes : "merci, mon général".
Depuis, Sigrell d'Elorsame est ré-apparu plusieurs fois, mais presque toujours indirectement, à l'horizon politique des Talendans :