Révolte des Ondrènes : Différence entre versions

De Marches du Nord
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Si l'an 10 ([[È.I.]]) avait été une mauvaise année pour l'agriculture, l'an 11 est une année ''pourrie''''' : un été pluvieux entraîne des moissons misérables, auxquelles succède bientôt un hiver particulièrement rude, laissant les trois duchés nordiques ([[Anguedale]], [[Lorune]] et [[Orsane]]) au bord de la famine pour la première fois depuis des décennies. <br>
+
'''Si l'an 10 ([[È.I.]]) avait été une mauvaise année pour l'agriculture, l'an 11 fût une année ''pourrie''''' : un été pluvieux entraîna des moissons misérables, auxquelles succèda bientôt un hiver particulièrement rude, laissant les trois duchés nordiques d'[[Anguedale]], [[Lorune]] et (dans une moindre mesure) [[Orsane]] au bord de la famine pour la première fois depuis la '''[[Guerre des Lunes]]'''. <br>
 
Les colonies [[ondrènes]] au [[Pays des Vents]] connurent également la disette, d'ailleurs aggravée par le ravitaillement de leurs duchés, et les colons passèrent leurs nerfs sur les immigrés fehnri lors d'[[:Catégorie:Les Fehnri#Persécutions|un des pires pogroms de l'histoire impériale]].
 
Les colonies [[ondrènes]] au [[Pays des Vents]] connurent également la disette, d'ailleurs aggravée par le ravitaillement de leurs duchés, et les colons passèrent leurs nerfs sur les immigrés fehnri lors d'[[:Catégorie:Les Fehnri#Persécutions|un des pires pogroms de l'histoire impériale]].
  
Aux premiers jours des [[Calendrier|Fenaisons]] de l'an 12, lorsque les légats viennent collecter l'impôt impérial, les paysans [[ondrènes]] affamés les accueillent à coups de pierres aux portes des cités et, bientôt, le '''duc [[Lothard d'Orsane]]''', descendant du roi "[[Rhoalberd|Rhoalberd des Ondhoroen]]", y voit l'occasion qu'il attendait pour appeler au soulèvement des Ondrènes contre le joug impérial. Lorsque Lothard fait exécuter le légat impérial d'Orsane et toute sa maisonnée, la colère populaire se joint au ressentiment des nobles et le jeune empereur Modram en appelle à ses bannerets anguedais, lorunois et lyciens pour qu'on lui livre la tête du renégat : peine perdue, Lorune et Anguedale se joignent à la révolte, Lycène restant prudemment "neutre".
+
Aux premiers jours des [[Calendrier|Fenaisons]] de l'an 12, lorsque les [[sénéchaux]] virent collecter l'impôt impérial, les paysans [[ondrènes]] affamés les accueillent à coups de pierres aux portes des cités et, bientôt, le '''duc [[Lothard d'Orsane]]''', descendant du roi "[[Rhoalberd|Rhoalberd des Ondhoroen]]", y vît l'occasion qu'il attendait pour '''appeler au soulèvement des Ondrènes contre le joug impérial'''. Lorsque Lothard décapita de sa propre main le légat impérial d'Orsane et fît exécuté toute sa maisonnée, la colère populaire se joignit au ressentiment des nobles et le jeune empereur Modram en appella à ses bannerets anguedais, lorunois et lyciens pour qu'on lui livre la tête du renégat : peine perdue, Lorune et Anguedale rejoignirent aussitôt la révolte, [[Lycène]] restant prudemment "neutre".
  
'''Le conflit éclate véritablement aux Moissons de l'an 12''', quand l'armée impériale menée par le duc [[Arsombald de Marale]], beau-père de l'empereur, défait les maigres troupes de [[Brigard d'Anguedale]] et franchit les Monts de la Lune pour attaquer Lorune, bientôt rejoint par la flotte de la duchesse Danaelle de Rigorne via le Golfe de Meren. Mais Lorune et Orsane, pourtant  assiégés autour de leur greniers vides, tiennent bon pendant toute une année, défendant chaque col et faisant payer chaque lieue conquise par Arsombald au prix du sang. Durant l'hiver 13, Orsane fait jouer son alliance avec les [[Melangoline (famille)|Melangoline]] pour être ravitaillé depuis Aroche, Darverane et Archerune, mais la nouvelle va bientôt se répandre...
+
'''Le conflit éclata véritablement aux Moissons de l'an 12''', quand l'armée impériale menée par le duc [[Arsombald de Marale]], beau-père de l'empereur, défît les maigres troupes de [[Brigard d'Anguedale]], captura la cité de Palerive et franchit les [[Monts de la Lune]] par les plateaux de Hendrigue pour attaquer Lorune, bientôt soutenu par la flotte de la duchesse Danaelle de [[Rigorne]] via le [[Golfe de Meren]]. Mais Lorune et Orsane, pourtant  assiégés autour de leur greniers vides, tinrent bon pendant ''toute une année'', défendant chaque col et faisant payer chaque lieue conquise par Arsombald au prix du sang. Durant l'hiver 13, Orsane en appela à son alliance avec les [[Melangoline (famille)|Melangoline]] pour être ravitaillé depuis [[Aroche]], [[Darverane]] et [[Archerune]], mais la nouvelle ne tarda pas à fuité...
  
'''Au printemps de l'an 14''', l'empereur convoque les Exarques des [[Kerdans#Les familles|quatre dynasties kerdanes]] et les menace de rompre tout commerce avec les familles Melangoline et [[Torodine (famille)|Torodine]] (qui s'est jointe aux livraisons de vivres depuis son arche de [[Felriane|Farlane]]) si elles continuent de ravitailler les insurgés et, après des débats houleux jusque dans les Îles Kerdanes, les dynasties cèdent et les deux duchés exsangues finissent par rendre les armes à la fin de l'été.
+
'''Au printemps de l'an 14''', l'empereur convoqua les Exarques des [[Kerdans#Les familles|quatre dynasties kerdanes]] et les menaça de rompre tout commerce avec les familles Melangoline et [[Torodine (famille)|Torodine]] (qui avait fait quelques livraisons de vivres depuis son arche de [[Felriane|Farlane]]) si elles continuaient d'alimenter les insurgés et, après des débats houleux jusque dans les Archipels Kerdans, les dynasties cèdèrent et les deux duchés exsangues finirent par rendre les armes à la fin de l'été.
  
Après avoir projeté de décimer les familles de Lorune et d'Orsane, l'empereur Modram renonce à sa vengeance sur les conseils avisés d'un prélat nommé [[Aristame de Gorme]] (dont c'est là le premier exploit diplomatique). S'il fait néanmoins exécuter "Lothard le Sanguinaire", écartelé sur la grand place d'Orsigile en guise d'exemple, la responsabilité du conflit retombera officiellement sur une erreur de calcul des légats défunts, le tribut des duchés ondrènes sera revu à la baisse, [[Lamdo d'Orsane|Lamdo fils de Lothard]] est confirmé comme héritier du duché d'Orsane et, en l'an 15, l'empereur fait de lui le "[[Conquête du Nord|Gouverneur du Nord]]".<br>
+
Après avoir projeté de décimer les familles de Lorune et d'Orsane, l'Empereur renonça à sa vengeance sur les conseils avisés d'un prélat nommé [[Aristame de Gorme]] (dont ce fît là le premier exploit diplomatique). Si Modram demanda tout de même la tête de "Lothard le Sanguinaire", écartelé par les Maréliens sur la grand place d'Orsigile en guise d'exemple, la responsabilité du conflit retomba officiellement sur une erreur de calcul des légats défunts, le tribut des duchés ondrènes fut revu à la baisse, [[Lamdo d'Orsane|Lamdo fils de Lothard]] confirmé comme héritier du duché d'Orsane et, en l'an 15, l'empereur fît de lui le "[[Conquête du Nord|Gouverneur du Nord]]".<br>
 
Pourtant, il faudra encore près de deux ans pour que les dernières poches de résistance ondrènes dans les nouvelles [[Marches du Nord]] cèdent finalement à l'autorité impériale, la toute dernière étant la place-forte de [[Solerane]] (en l'an 17).
 
Pourtant, il faudra encore près de deux ans pour que les dernières poches de résistance ondrènes dans les nouvelles [[Marches du Nord]] cèdent finalement à l'autorité impériale, la toute dernière étant la place-forte de [[Solerane]] (en l'an 17).
  

Version actuelle en date du 2 décembre 2021 à 05:02

Si l'an 10 (È.I.) avait été une mauvaise année pour l'agriculture, l'an 11 fût une année pourrie : un été pluvieux entraîna des moissons misérables, auxquelles succèda bientôt un hiver particulièrement rude, laissant les trois duchés nordiques d'Anguedale, Lorune et (dans une moindre mesure) Orsane au bord de la famine pour la première fois depuis la Guerre des Lunes.
Les colonies ondrènes au Pays des Vents connurent également la disette, d'ailleurs aggravée par le ravitaillement de leurs duchés, et les colons passèrent leurs nerfs sur les immigrés fehnri lors d'un des pires pogroms de l'histoire impériale.

Aux premiers jours des Fenaisons de l'an 12, lorsque les sénéchaux virent collecter l'impôt impérial, les paysans ondrènes affamés les accueillent à coups de pierres aux portes des cités et, bientôt, le duc Lothard d'Orsane, descendant du roi "Rhoalberd des Ondhoroen", y vît l'occasion qu'il attendait pour appeler au soulèvement des Ondrènes contre le joug impérial. Lorsque Lothard décapita de sa propre main le légat impérial d'Orsane et fît exécuté toute sa maisonnée, la colère populaire se joignit au ressentiment des nobles et le jeune empereur Modram en appella à ses bannerets anguedais, lorunois et lyciens pour qu'on lui livre la tête du renégat : peine perdue, Lorune et Anguedale rejoignirent aussitôt la révolte, Lycène restant prudemment "neutre".

Le conflit éclata véritablement aux Moissons de l'an 12, quand l'armée impériale menée par le duc Arsombald de Marale, beau-père de l'empereur, défît les maigres troupes de Brigard d'Anguedale, captura la cité de Palerive et franchit les Monts de la Lune par les plateaux de Hendrigue pour attaquer Lorune, bientôt soutenu par la flotte de la duchesse Danaelle de Rigorne via le Golfe de Meren. Mais Lorune et Orsane, pourtant assiégés autour de leur greniers vides, tinrent bon pendant toute une année, défendant chaque col et faisant payer chaque lieue conquise par Arsombald au prix du sang. Durant l'hiver 13, Orsane en appela à son alliance avec les Melangoline pour être ravitaillé depuis Aroche, Darverane et Archerune, mais la nouvelle ne tarda pas à fuité...

Au printemps de l'an 14, l'empereur convoqua les Exarques des quatre dynasties kerdanes et les menaça de rompre tout commerce avec les familles Melangoline et Torodine (qui avait fait quelques livraisons de vivres depuis son arche de Farlane) si elles continuaient d'alimenter les insurgés et, après des débats houleux jusque dans les Archipels Kerdans, les dynasties cèdèrent et les deux duchés exsangues finirent par rendre les armes à la fin de l'été.

Après avoir projeté de décimer les familles de Lorune et d'Orsane, l'Empereur renonça à sa vengeance sur les conseils avisés d'un prélat nommé Aristame de Gorme (dont ce fît là le premier exploit diplomatique). Si Modram demanda tout de même la tête de "Lothard le Sanguinaire", écartelé par les Maréliens sur la grand place d'Orsigile en guise d'exemple, la responsabilité du conflit retomba officiellement sur une erreur de calcul des légats défunts, le tribut des duchés ondrènes fut revu à la baisse, Lamdo fils de Lothard confirmé comme héritier du duché d'Orsane et, en l'an 15, l'empereur fît de lui le "Gouverneur du Nord".
Pourtant, il faudra encore près de deux ans pour que les dernières poches de résistance ondrènes dans les nouvelles Marches du Nord cèdent finalement à l'autorité impériale, la toute dernière étant la place-forte de Solerane (en l'an 17).

Depuis, il paraît qu'il y en a qui complotent encore...