Premiers

De Marches du Nord
Version du 9 juillet 2019 à 20:09 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
L'Étoile Première telle qu'elle figure généralement sur les temples de l'Empire. Les grandes pointes représentent les Pères et les petites leurs épouses (initiales rouges), soit de gauche à droite : Rem et Melen au Couchant, Sem & Senel au Nord, Kerem et Elen au levant, Herem et Delem au Sud.
Presque tous les peuples partagent un même mythe fondateur, quoique ayant produit des interprétations variées et des religions souvent concurrentes puisque, si la cosmogonie peut se résumer à l'idée que "tout le monde a les mêmes ancêtres venus du ciel", chaque peuple trouve que son ancêtre à lui est vraiment bien meilleur que celui du voisin...

Aux débuts du monde, alors que la terre n'était que sauvagerie et chaos, les Premiers sont descendus sur terre depuis les Lunes jusque sur une grande île par delà-les mers du Levant, une île nommée "Atepaden", sensée être la "Source du Soleil", lieu paradisiaque d'une puissance gigantesque. Les Dix Premiers, frères et sœurs, ont alors voyagé jusqu'aux Terres qui n'étaient auparavant peuplées que de bêtes, ils y découvrirent les grands singes dont ils firent leurs esclaves (certains disent "compagnons"). Puis ils se marièrent entre eux pour peupler le monde :

  • Rem était le frère aîné et l'époux de sa sœur Melen,
  • Herem était le deuxième-né et l'époux de sa sœur Delem,
  • Sem était la troisième sœur et l'épouse de son jumeau Senel,
  • le quatrième couple était Kerem et Elen.

Fehen, la plus jeune sœur, refusa d'épouser son frère Teren, provoquant la première révolte de l'histoire du monde, la colère du frère éconduit et -suivant les traditions les plus patriarcales, à peu près tous les maux du monde depuis la crue des fleuves jusqu'à l'ongle incarné. Les quatre couples eurent une descendance, les Aînés. (Fehen, jalouse, séduit alors un serpent qui lui donna des filles et fonda avec elle sa propre lignée de femmes trompeuses.)
Les premiers, leurs Aînés et leurs esclaves bâtirent une civilisation, enseignant à leurs enfants le "Pouvoir des Astres et des Noms" (la magie) qui leur permettait de modeler les Terres, de commander aux bêtes, de faire croître les plantes et de partager leurs rêves. Teren, stérile et amer, corrompu alors les membres les plus faibles de la deuxième génération en leur confiant des secrets interdits, s'accouplant avec eux pour engendrer des générations de monstres (dont les Hommes-Fauves) et libéra les démons que ses frères avaient enfermé dans l'ombre des lunes ou au fond de la terre.


A cause de Fehen et de Teren, il y eut bientôt des guerres entre les Aînés des différentes lignées, certains se rebellèrent contre leur parents, toutes luttes qui employèrent des quantités astronomiques de pouvoir, épuisant sa source, les Premiers.
Ceux-ci finirent donc par se séparer, la lignée de Rem occupant les plaines autour du Grand Fleuve Arem, la tribu des jumeaux partant pour le nord, les fils d'Herem vers le sud, les enfants de Kerem s'installèrent dans les îles, les filles de Fehen changeant carrément de continent et les Terenides furent chassés vers l'ouest, par delà l'Échine du Monde. Ayant bientôt absorbé toute la force de leur père au point de le tuer (tout le monde n'est pas d'accord sur ce point), les Orphelins s'en prirent à leurs cousins pour voler leur pouvoir. Afin de les détruire une bonne fois pour toute, les Aînés consumèrent en grande partie le pouvoirs des Premiers, qui pour la plupart abandonnèrent leurs enfants et repartirent des Terres (pour Atepaden ou un autre continent, là encore c'est sujet à de multiples interprétation). Désormais soumis à la vieillesse, les Aînés finirent par s'éteindre et leurs lignées connurent des fortunes diverses, pour la plupart chaotiques et barbares, jusqu'à ce que les plus évolués d'entre eux redécouvrent les savoirs ancestraux ou en inventent de nouveaux.

Moralité générale, communément admise chez les Remans (et les Hornois) : les femmes ça fout le bordel et la magie c'est mal, même que ça tue vos parents. Comme seuls les Emishen ont inventé quelque chose qui s'approche de la psychanalyse, les autres peuples lisent souvent ces mythes au premier degré.