Nasheda Liman

De Marches du Nord
Version du 10 mars 2021 à 06:21 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
Nasheda.jpg
À 24 étés, Nasheda Liman ("Partie-Sans-un-Mot") a déjà eut une vie très remplie et en a tiré un caractère que ses frères de clan trouvent "compliqué". Pour autant, après une énième crise politique, elle a été élue cheffe du clan Elloran, principal allié indigène de Tal Endhil.


Apparence & Attitude

Malgré son teint clair, ses cheveux de jais, ses yeux en amande et sa taille dénotent un peu de sang "semi" (ce qu'on appelle une "semishen") : Nasheda est de fait à peine plus grande qu'une rémane.
Son physique et sa tenue ne sont guère plus faciles à lire que son caractère car, si elle arbore la musculature fine d'une chasseuse, un tildhan renforcé "de guerrière" et porte les armes, sa coiffure est traditionnellement associée aux chamans et aux bardes.
Même ses "tresses sociales" semblent un peu contradictoires, puisqu'elles indiquent des responsabilités claniques que ses autres insignes n'expliquent pas (normalement, les chefs ont à cœur d'indiquer de quoi ils sont chefs), le célibat mais aucun intérêt pour la gaudriole...
"C'est compliqué", qu'on vous dit.

La plupart des Elloran vantent sa sagesse, ses connaissances diverses, son courage et sa résolution (c'est à dire que, contrairement à beaucoup d'Emishen, ne lui faut pas trois jours de méditation pour se décider) : Nasheda Liman parlent en effet au moins 3 langues en plus de celle des Vents (dont, curieusement, le Vieux Hornois), sait à la fois se battre et soigner, connaît les rituels chamaniques et le commerce (au point de pouvoir traiter efficacement avec les Dirsen)... Mais, comme son nom l'indique, ses facultés sociales sont bien inférieures à ses compétences : pour une Elloran, Nasheda s'explique peu, n'exprime guère ses sentiments, s'emporte parfois "comme une Dirsen" et disparaît fréquemment pour de longues promenades solitaires, juste « histoire qu'on lui lâche les tresses ».

On lui connaît de fait peu d'amis, au sein de son clan comme parmi les Talendans : son ex-époux Kal Feilan et probablement la seule personne à pouvoir se vanter de vraiment la comprendre (lui qui élève aujourd'hui leurs deux enfants avec son mari luthier, oui : "c'est compliqué"), le vieux guerrier Vanhed Rey, la pêcheuse-guerrière Gehmshil-Aenell ("Carpe-Bondissante") qui est un peu son "bras droit" à Tal Endhil et Mérane "Roulier", l'une des rares personnes à qui Nasheda se confie... De fait, si les elloran du village-miracle s'adressent volontiers à elle lorsqu'ils ont un problème, la plupart préfèrent éviter de se mêler de sa vie privée (une fois n'est pas coutume).
D'ailleurs, depuis la bataille de Tal Endhil, les relations de Nasheda avec le Capitaine Durgaut ont été aussi instables qu'ambiguës...


Deux clans, deux mariages et beaucoup d'enterrements

Nasheda Liman est née dans la vallée du Dramguil, au sein d'un campement tallalnen massacré par les Dirsen lors des représailles de l'an 22, et fût adoptée par les Elloran à l'époque où les deux clans commencèrent à partager un territoire.
Pour des raisons politiques autant que spirituelles, elle a alors été élevée par Solwayg, la veuve du chef elloran Ahndro'shar, comme la sœur adoptive de Malondil (lui-même ex-chef des Elloran) et Mona Ma'od (aujourd'hui une cheffe korme : tout ça nous fait donc une famille assez complexe...).

Elle a passé très tôt son rituel d'adulte (sans doute vers 12 ans) pour devenir la disciple du fameux chaman Kal Lerken, fondateur de la "Fraternisation".
Alors qu'elle était encore novice, peu après la bataille des Deux-Collines, elle recueillit un Hornois blessé qui errait dans les Monts d'Azur : celui qui deviendrait le légendaire Ron Nehril... trois étés plus tard son époux !

Lorsque Kal Lerken a été assassiné et que Ron Nehril a rejoint la rébellion korme (il y a 7 ou 8 étés), Nasheda a abandonné ses études chamaniques pour prendre les armes à son tour. Ce n'est qu'après que le Korme-Hornois ait été tué en duel (?) par Lashdan (!?) que Nasheda est revenue dans le giron du pacifisme emishen
Peu après, elle s'est unie en seconde noce avec le jeune chaman Kal Feilan, dont elle a eut deux enfants... avant de s'apercevoir que leur relation était probablement condamnée (étant donnée que Feilan préfère les hommes).


Talendane ou Elloran ?

Nasheda Liman a efficacement participé au siège de Tal Endhil à la tête des "troupes" indigènes, ce qui fît d'elle la première alliée emishen de Durgaut. Elle habite par ailleurs dans le quartier lacustre du village-miracle, elle a de longtemps soutenu le mouvement de "Fraternisation" entre les peuples, elle préside souvent au négoce des siens avec les bateliers Sotorine et, avec ses pêcheurs, participe largement au commerce de poisson de Mérane "Roulier".
À bien des égards, on pourrait donc dire qu'en plus de représenter sa communauté dans les décisions politiques, elle est donc une Talendane à part entière.

Et pourtant, la légèreté avec laquelle le Capitaine Durgaut a jusqu'ici traité ses engagements envers les pêcheurs elloran (en particulier sa promesse de reconstruire solidement le quartier sur pilotis qui menace sans cesse de s'effondrer dans le lac) et les tensions autour de la Frontière de l'Orage (qui ont abouti à la démission de son frère adoptif, Malondil, du poste de chef du clan) ont rapidement compliqué les rapports entre eux (qui n'avaient jamais été simples pour commencer)...
Plus récemment, le racisme des pèlerins accompagnant la visite de Son Éminence le Primat, en particulier quelques altercations violentes entre les Emishen et les chevaliers du baron Werek de Harden, semblent avoir démontré à se yeux que Durgaut n'était pas vraiment disposé à assurer la sécurité des autochtones dans la "Zone de Paix".

Il semble que la dame en ait finalement eut marre à la fin de la huitaine passante des Fenaisons, et qu'elle aie quitté le village pour le Cercle des Cascades afin de s'y présenter à l'élection du nouveau chef des Elloran, faisant maintenant campagne sur un thème qui gagne rapidement en popularité : "les Dirsen dehors !"