Forges de Rundella

De Marches du Nord
Version du 16 mars 2019 à 12:56 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Rundella "la Grosse" est une armurière et guerrière orsani (certains avaient entendu dire qu'elles existaient) dans la trentaine, qui porte fort bien son surnom (elle doit peser presque un quintal) et une grande épée à deux mains étrangement noircie.

Fille d'une maroquinière de Felriane et d'un forgeron de la côte nord-est de la baie des Grisards, massacré lors d'un raid de pirates grésans (ainsi que tout le village en fait, et la forge fut incendiée), elle a récupéré l'épée paternelle puis, à défaut de meilleure perspective, est partie vers les Marches du Nord. Elle s'y est d'abord jointe à l'armée d'Arund-le-Taureau comme cantinière, puis armurière, puis une retraite sanglante (après la bataille des Deux-Collines) a démontré son ardeur au combat et elle a été promue mercenaire de plein droit. Après six ans de ce nouveau service (et 14 ans d'armée en tout), elle avait économisé assez pour s'installer comme forgeronne sur le port d'Archerune... qui a évidemment cramé il y a deux mois.
Elle a donc repris la route et le métier des armes : arrivée à Solerane à l'été 37, parmi la forte troupe assemblée par le Chef Muerghold, elle y a rencontré Herle de Lorune qui l'a engagée comme mercenaire le temps d'une mission à Celanire.

Finalement arrivée à Tal Endhil, elle s'est empressée de "déposer les armes" pour rejoindre l'équipe du maître-fondeur Marsherd et de son cousin le maréchal-ferrant Talbard dans les forges nouvellement bâties. Spécialisée dans l'armurerie, elle a bientôt rencontré le Lieutenant "Le Cornu", qui depuis lui rend visite presque quotidiennement "pour s'enquérir de son nouveau casque" (qui est déjà "à cornes" : ça fait beaucoup ricaner ses subordonnés).
Mais, surtout, à mesure que grandissent les besoins en armement de l'armée de Tal Endhil, la grosse orsani gagne elle-même en autorité dans les forges, au point qu'elle en soit devenue la maîtresse d’œuvre et entraîne aujourd'hui 4 apprentis.