Esprits

De Marches du Nord
Version du 28 avril 2015 à 13:10 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Si les Esprits tiennent une grande place dans la culture emishen, la défiance des Dirsen envers ce qu'ils considèrent comme une hérésie -voire carrément de la sorcellerie démoniaque- autant que l'abord très subjectif du Peuple du Vent entoure le sujet d'énormément de mystère.
Le contenu de cette page est donc largement "secrets", même si les Talendans, de par leur proximité aux Emishen, sont de moins en moins rares à en avoir quelques notions...


Le Vaste Rêve

Du point de vue des sorciers Remans comme du chamanisme emishen, le monde est à la fois matériel et spirituel, puisque presque tout ce qui vit ressent, désire, souvent rêve et, pour les bestioles les plus évoluées, pense. L'ensemble de cette masse d'émotions et de pensées forment le Vaste Rêve (qu'on traduit généralement par "le Songe" en Langue des Pères) : il s'étend comme une atmosphère ou un océan onirique recouvrant le monde matériel.
Et dans cet océan flottent (notamment) des créatures "vivantes", en tous cas "sensibles", parfois conscientes d'elle-même et dès lors capable d'agir dans ce monde spirituel. Si les Dirsen se méfient largement de ces "monstres" qui hantent d'avantage leurs craintes et leurs contes cauchemardesques, les Emishen ont tendance à considérer les "créatures oniriques" comme une branche du vivant, la faune particulière du "Vaste Rêve" : il y en a des utiles et des nuisibles, des bienveillantes et des méchantes, des débiles et de plus intelligentes que n'importe quel humain...

Les chamans se préoccupent en général assez peu de l'origine de toute cette faune, pas plus qu'ils ne s'inquiètent de savoir d'où viennent les élans et les renards : y en a, c'est tout.
Néanmoins, les chamans emishen qui s'en soucient admettent plus volontiers que les Remans des explications variées suivant les créatures : certaines naissent des rêves des humains, d'autres ont précédé l'humanité et sont "portées par le Vent"...

Totem-01.png


Oiseaux-Totems

Chaque clan emishen possède un "Oiseau-Totem", c'est à dire un esprit-tutélaire avec lequel ses chamans ont, depuis des temps immémoriaux, conclu un pacte : le totem guide ainsi le clan dans sa vie spirituelle (et même parfois quotidienne, à travers les oiseaux de sa lignée), intercède pour lui auprès des autres esprits, l'aide à interpréter le Vent et guide ses défunts à travers le Vaste Rêve jusqu'au territoire mythique de leurs ancêtres. En échange, les membres du clan lui font des offrandes, préservent leur territoires, soignent ses enfants animaux (les "vrais" oiseaux) et leur rendent des services variés dans le monde matériel.

Les relations des clans à leur totem varient néanmoins, à la fois selon le degré de proximité entre les humains et les ("vrais") oiseaux et en fonction de la concordance entre le caractère (ou les exigences) du totem et le comportement du clan. Par exemple, si les Elloran vivent en bonne intelligence avec les Éperviers-Pêcheurs, cultivent un mode de vie très spirituel et ont donc d'excellentes relations avec leur totem, qui est pour eux une sorte d'aïeul bienveillant et un compagnon régulier, les Edell'Okhil semblent avoir des rapports plus tendus avec leur Aigle-à-Tête-Blanche, qu'on décrit parfois comme un vieux rapace irascible (quand il ne peut pas l'entendre)...

Ancêtres

Les Ancêtres forment la deuxième catégorie d'esprits avec lesquels les Emishen entretiennent le plus de relations, car les plus proches de leur réalité humaine : ils comptent à la fois les aïeux bienveillants, les personnalités historiques du clan ou de la tribu et ces fameux "Anciens" mythiques, souvent cités mais rarement expliqués.
Au sein du Vaste Rêve, cette population antique et légendaire habite un reflet spirituel du territoire du clan, où ils accueillent les âmes de leurs descendants défunts... du moins celles qui parviennent à trouver leur chemin jusque là, guidées par leur Oiseau-Totem.


Il semble en effet exister une vaste contrée onirique, le "Pays Sauvage", qui sépare le monde des humains du territoire des Ancêtres : une sorte de région primale, immense et pleine de dangers (probablement assez proche de l'idée que les Dirsen se font de l'actuel Pays des Vents) que les âmes doivent traverser pour rejoindre dans le clan mythique.

C'est là la mesure du renoncement des Kormes : en renonçant à leur nom et à leur vie sociale (notamment à leur clan), ils se coupent également de leurs guides spirituels et, alors même que leur mode de combat les promet à une mort violente et prochaine, leur choix les condamne ensuite à errer sans issue dans le Pays Sauvage jusqu'à s'y dissoudre dans l'oubli ou à y être dévorés par les bêtes qui y rôdent.

Pour combattre l'envahisseur, les Kormes ne sacrifient donc pas seulement leur entourage, leur identité et -probablement- leur vie, mais également leur après-vie...

Il est à noter que si chaque tribu et chaque clan possède ses propres Ancêtres, le Peuple du Vent tout entier possède des aïeux communs (plus ou moins "divinisés" de par leur proximité aux "Anciens"), sensément de puissants esprits présents dans chaque tribu sous la forme d'archétypes, tels que la Grande-Mère (une sorte de maman idéalisée de l'ensemble du peuple), l'Oncle Rusé (un [1] qui réclame souvent des offrandes, joue des tours pendables et met les Emishen à l'épreuve) ou le Chasseur Patient, qu'on aperçoit parfois rôdant à travers les forêts oniriques, toujours en quête de proies pour nourrir les autres Ancêtres.


Animaux

Les esprits animaux semblent former la principale population onirique : probablement plus anciens et certainement plus "génériques" que les Ancêtres, ils sont apparemment plus proches du monde matériel, plus actifs et mieux en prise avec l'actualité de leur espèce "terrestre", capables de communiquer avec elle et, si le cœur leur en dit, avec les chamans.

Si la cosmologie emishen attribue donc à chaque bête une sorte de lien mystique avec son représentant spirituel, elle prétend également que les espèces les plus évoluées et les plus "sociales" possèdent à leur tour une forme de "chamanisme animal" qui permettrait à un groupe "d'invoquer" l'assistance de leur esprit d'espèce pour des résultats extraordinaires.
Si les Oiseaux-Totems sont évidemment parmi ces espèces d'animaux "spirituels", diverses légendes attribuent des pouvoirs particuliers aux corneilles et aux loups...


Esprits Élémentaires


Pour le moment, on connait peu de type d'esprits :
  • les Oiseaux-Totems
  • les esprits animaux (dont font partie les totems)
  • les "esprits du froid", qui sont plutôt dangereux
  • au moins un esprit du feu, le "Dévoreur"
  • les "esprits des ancêtres" qui sont liés aux suivants
  • les "archétypes", donc, qui représentent un rôle social ou un principe de manière anthropomorphe
  • les "démons" venus du monde inférieur