Eliassin de Léandre

De Marches du Nord
Version du 22 février 2021 à 04:05 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
L'Étoile Première à huit branches, telle qu'on peut la voir sur la bannière des Soldats du Temple des Patriarches : chaque branche représente un des Premiers.
Eliassin de Léandre est le "chevalier du Temple" commandant l'escorte templière de l'abbé Dolomire : une 10aine de vétérans qui en réalité participent largement à la défense de Tal Endhil.

Quoique ça lui arrache un peu la moustache de le dire, le brave lieutenant Le Cornu doit bien admettre que "Quand qu'on met de côté qui boive point, c'pas le mauvais bougre...".
En l'occurrence, c'est une espèce de "chevalier-paysan" avec un accent lycien ("de Lycène") presque imbitable (sauf quand il gueule) avec la boule à zéro (il lui manque une demi-oreille, d'ailleurs) qui doit approcher les 40 ans et combat au marteau de guerre.

Eliassin possède une collection de cicatrices qui épate même Le Cornu (normalement recordman de la catégorie) et un niveau de bon sens assez anormal pour un templier : il ne semble pas voir de problème à être sous le commandement d'un capitaine "pas noble" pour peu qu'il ne contredise pas les ordres de l'abbé, il ne déteste pas les Emishen (idéologiquement parlant, il serait plus juste de dire qu'il en a rien à carrer) et va de temps en temps aux putes (après quoi il se confesse), prouvant aux yeux des mercenaires qu'il est humain...


► Introduit durant la Huitaine 7, le chevalier de Léandre fut un petit rôle récurrent pendant l'essentiel du Chapitre I, jusqu'à ce qu'il combatte et survive à une embuscade tendue contre Durgaut, en marge de la visite du Primat.