Dolomire

De Marches du Nord
Version du 6 juin 2021 à 06:54 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
Ne se contentant plus de la bannière du Culte des Pères, le Primat du Nord a établi son propre emblème, où l'Étoile Première, exceptionnellement en noir, s'étend sur la neige et l'or des Marches...
Lettré et manifestement versé en loi et autres tâches "cléricales", l'abbé Dolomire a été envoyé par le Primat pour préparer sa venue dans la vallée des lacs en Paliers à l'été 37. Malgré une onctuosité presque aussi énervante que ses accès d'autoritarisme et la manière obtuse dont il conçoit sa mission à Tal Endhil, Dolomire n'est pas complètement un imbécile : il est manifestement capable de diplomatie et formé à la politique, mais il ne connaît rien aux enjeux de la région et, contrairement à Daverom, il entend bien convertir les "sauvages".

Après des débuts plutôt "rugueux", les relations entre l'abbé et le Bailli semblent s'être améliorées, d'autant que Dolomire commence à manifester une certaine intelligence politique et prête volontiers aux besoins du bailliage les templiers de son escorte, commandés par le chevalier Eliassin de Léandre et sinon un peu désœuvrés. S'étant vu retirer l'hospitalité de Frère Daverom après avoir refusé de participer aux tâches ménagères "indignes de lui", Dolomire s'est installé une chambre confortable à l'Auberge du Cygne, où il reçoit les quelques Talendans avec qui il parvient à s'entendre : l'aubergiste lui-même, Maître Plirune, le charpentier Osric et Virgile de Narcejane.

Mais le grand moment de Dolomire est enfin arrivé lors de la visite de Son Éminence : le Primat, grâce à qui les Talendans ont obtenu le statut de bailliage, a en effet exigé qu'ils bâtissent une abbaye –incluant une commanderie templière– dont Dolomire prendra la tête dès qu'elle sera terminée. Soit d'ici quelques années, vu que les travaux ont à peine commencé.
En attendant, l'abbé-sans-abbaye (?) traîne fréquemment son escorte vers le chantier de Ker Endhil pour « explorer les alentours et préparer le terrain » , ce qui semble requérir d'admonester les voisins kerdans et de longues heures passées à soupirer autour du site qu'on lui a attribué...

Réservé aux protagonistes religieux :


Dolomire a en fait été nommé abbé de Brendorne il y a une vingtaine d'années : la cité n'a pas survécu assez longtemps pour qu'il puisse entrer en poste, mais les besoins du Culte des Pères en administrateurs variés (et plus particulièrement la prédominance de l'Ordre des Officiants) a néanmoins maintenu l'existence du poste. Son titre longtemps honorifique a pourtant permis à cet émissaire officiel du Primat de supplanter les hiérarchies locales et aujourd'hui, en récompense de ses loyaux services, il va enfin devenir réalité...