Daverom

De Marches du Nord
Version du 3 septembre 2019 à 19:57 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher
Frere-Daverom.jpg
"Frère" Daverom est le chapelain de Tal Endhil, en poste depuis plus de 25 ans (il a dépassé la 50aine). Jadis un jeune prédicateur envoyé dans la Marche des Gemmes pour évangéliser les So'Sherkan, il s'y est heurté à une opposition plutôt brutale, ne survivant à ses premières tentatives qu'en cavalant à toutes jambes à travers le territoire des Tallalnen : recueilli par Kal Kirhan (qui le surnomme depuis "Lièvre Songeur") et bientôt placé sous la protection du "justicier", il a vite renoncé à convertir quiconque pour plutôt apprendre les coutumes emishen, et ses relations avec les indigènes s'en sont nettement améliorées.

Arrivé ensuite dans la Marche des Lacs et bientôt devenu le prêtre du "village-miracle" de Tal Endhil (avec l'appui d'un autre chaman, le fameux Kal Lerken), il y a bâti sa chapelle il y a un peu plus de 20 ans, et Daverom y accueille depuis une paroisse relativement tolérante qui a nettement facilité le processus de "Fraternisation".

Lettré et herboriste, le Capitaine Durgaut l'a temporairement embauché, à temps partiel, comme secrétaire et intendant du (futur) fief lorsqu'il a fallu éplucher la comptabilité pour le moins "irrégulière" de son prédécesseur, le lieutenant Armeld. Le capitaine lui a depuis fournit un assistant, Gildard, fils du traître Gaster : Daverom tente de lui apprendre la comptabilité et le respect d'autrui, mais son élève ne fait pas preuve de beaucoup de bonne volonté.
Tout récemment, Durgaut ayant appointé Tardil de Bedlam comme intendant "à temps plein", le bon chapelain a pur retourné à son herbier et ses prières.

Daverom est parfois bienveillant jusqu'à la naïveté (en une petite soirée de conversation, Adira Pratesh a réussi à le convaincre qu'il était honnête : c'est dire). Fort peu versé en politique et autres manigances, il a bien des difficultés à apprendre les notions d'Échiquier du Nord que Durgaut tente de lui inculquer.
Il ne déteste qu'une personne : l'abbé Dolomire, le très "politicien" émissaire du Primat, que le curé de campagne a un jour traité de "petit prélat d'alcôve" (c'est ce qu'il peut faire de pire comme injure).