Baies Jumelles

De Marches du Nord
Version du 27 novembre 2020 à 13:55 par Sebastien (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

On appelle "Baies Jumelles" les deux bras de mer tempétueux joints par le "Détroit des Oubliés", et qui relient le comptoir kerdan d'Écume 6 (donc toute la région de Tal Endhil) au Golfe Cinglant. La Baie des Langueurs (à l'ouest) et la Baie des Oubliés (à l'est) forment ensemble l'une des voies maritimes les plus périlleuses de tout le continent, puisque elles sont hérissées de récifs et de hauts-fonds, étranglées par des détroits dangereux et agitées par des tourbillons capricieux.
Bien que les "Jumelles" soient la porte maritime vers Écume 5, Écume 7, Aroche et le reste des Marches, il n'est donc pas étonnant que les intrépides Sotorine soient les seuls à oser y faire voile, bénéficiant pour cela de l'excellence de leur Coppavento et de précieux carnets de navigations, établis il y a des décennies par le célèbre Arenzio et régulièrement complétés depuis, dont la famille kerdane conserve jalousement le secret...


1) Les Marais

Le chenal qui mène à Écume 6 est assez tordu, puisqu'il serpente à travers des tas de petits îlots marécageux et des hauts-fonds bourbeux. Mais comme le chenal est creusé par le puissant courant du Fleuve des Lacs en Paliers qui se déverse à côté du comptoir, un navire agile mettant le cap plein est peut s'y glisser à vive allure : c'est comme un tapis roulant, faut juste pas s'envaser contre les berges ou se cogner les rochers qui dépassent...
Vers le nord-est, les marais se prolongent en suivant la côte jusqu'à Gehan'Argeb.

Baies-Jumelles.jpg

2) Brise-Langueur

Une ligne de brisants qui coupe la baie presque du nord au sud, affleurants à marée haute et émergés à marais basse. Il y a un passage sûr au premier tiers sud (et seulement connu des Sotorine), toute tentative de passer ailleurs risquant vite de se solder par un méchant naufrage.

3) Détroit des Oubliés

De chaque côté des falaises qui forment cet étroit pertuis, deux tourbillons perfides attendent le navigateur imprudent, changeant de sens et de puissance avec les marées. À marée descendante, celui de la baie des Langueurs est le plus fort et il repousse les navires venant de l'ouest ; à marée montante, c'est celui de la baie des Oubliés qui risque d'engloutir les embarcations.

4) Hauts-fond traîtres

À l'embouchure du fleuve Cainil où fut construit Écume 5, une large hanse à l'air calme abrite pourtant de longues bandes rocheuses ou sableuses, toutes noyées d'algues et d'écume. Si certaines sont toujours émergées, la plupart sont tapies sous la surface à marée haute, menaçant la quille des navires. Encore heureux que les Sotorine aient récemment réactualisé leurs relevés du chenal, car le fleuve semblent pousser les hauts-fonds toujours plus loin dans la baie...

5) Les Marais Salés

Si les fleuves qui trempent les marécages qu'on appellent les "Eaux Noires", sont théoriquement navigables, les Sotorine évitent l'endroit à cause d'une mention dans les carnets hérités de leur ancêtre Arenzio, découvreur de la région, et qui indique clairement "Attention : dragon !!!", qui semble crédibiliser les légendes emishen.
En tous cas, de nombreux étangs retiennent au sud l'eau de mer des marées hautes et, en été, des cavaliers Liam'Lon passent irrégulièrement le long de la côte pour y récolter du sel.

6) Le Détroit des Griffes

Menant de la Baie des Oubliés vers le Golfe, l'endroit doit son nom à son littoral déchiqueté : les côtes n'y sont que falaises dentelées et des récifs pointus s'avancent assez loin dans les eaux. Mais c'est surtout le vent qui s'engouffre entre les falaises et les vagues qu'il provoque qui risquent alors d'y drosser les navires.
Vers l'est, le détroit s'ouvre sur ce que les Sotorine appellent la "Baie des Griffes".