35) "Hivernage à Felriane" : Différence entre versions

De Marches du Nord
Aller à : Navigation, rechercher
(Meurtre au collège ducal)
Ligne 147 : Ligne 147 :
 
''Mais qui a tué Jehol de Mélanque ?''
 
''Mais qui a tué Jehol de Mélanque ?''
  
Vera, Esébilio, Vighnu et Enguerrand se rendent au [[Felriane#le Collège Ducal|collège ducal]] où la première souhaite consulter la botaniste [[Orianne Celsine]] au sujet de ses découvertes lors de l'épisode de [[28) "La Malédiction de l'Écorce"|la malédiction de l’écorce]] et le second, l’historien [[Jehol de Mélanque]] pour en apprendre plus sur les ruines solaires. Manque de chance pour le moine, ils apprennent à leur arrivée que le chapitre d’histoire est bouclé suite à l''''[[Jehol de Mélanque#Les derniers jours de Jehol|assassinat du Maître du Chapitre d'Histoire]]''', le fameux Jehol. Le coupable serait un certain [[Rovisto Celsine]], dit l'Antiquaire, réside actuellement dans les geôles du palais. À la demande du [[Hivelin_de_Calonthe|Chevalier Hivelin de Calonthe]], en charge de l'enquête, Esébilio est promu enquêteur officiel, assistés par ses camarades talendans. Enguerrand quand à lui servira de caution, permettant de garder l'inquisition à l'écart des affaires de la garde<ref>L'autorité des malnides étant déjà affaiblie entre autre les kerdans et le culte des pères, ne pas les impliquer évite de leur donner des munitions pour leurs différentes manoeuvres politiques</ref>. Le chevalier leur explique que Rovisto est un truand notoire, revendant des antiquités solaires, parfois montées de toutes pièces, qu'il est lié à l'[[ondhor]] et avait une relation mouvementée avec son Mentor, dû à ses activités. Ils se rendent donc dans les geôles où ils y rencontrent l'Antiquaire qui clame son innocence. Mais peuvent-ils lui faire confiance au vu de sa réputation ? Vighnu, habitué aux malfrats, pense clairement qu'il faut s'en méfier. Toutefois, au vu de l'état du prisonnier, baignant à moitié dans l'eau des geôles souterraines, offre de s'occuper de son état et de lui fait quelques bandages. Reconnaissant, le kerdan explique qu'il enquêtait avec sa soeur et Jehol sur le '''[[Rovisto Celsine#Le meurtre de Monrod de Kerheine|meurtre de Monrod de Kerheine]]'''.
+
Vera, Esébilio, Vighnu et Enguerrand se rendent au [[Felriane#le Collège Ducal|collège ducal]] où la première souhaite consulter la botaniste [[Oliane Celsine]] au sujet de ses découvertes lors de l'épisode de [[28) "La Malédiction de l'Écorce"|la malédiction de l’écorce]] et le second, l’historien [[Jehol de Mélanque]] pour en apprendre plus sur les ruines solaires. Manque de chance pour le moine, ils apprennent à leur arrivée que le chapitre d’histoire est bouclé suite à l''''[[Jehol de Mélanque#Les derniers jours de Jehol|assassinat du Maître du Chapitre d'Histoire]]''', le fameux Jehol. Le coupable serait un certain [[Rovisto Celsine]], dit l'Antiquaire, réside actuellement dans les geôles du palais. À la demande du [[Hivelin_de_Calonthe|Chevalier Hivelin de Calonthe]], en charge de l'enquête, Esébilio est promu enquêteur officiel, assistés par ses camarades talendans. Enguerrand quand à lui servira de caution, permettant de garder l'inquisition à l'écart des affaires de la garde<ref>L'autorité des malnides étant déjà affaiblie entre autre les kerdans et le culte des pères, ne pas les impliquer évite de leur donner des munitions pour leurs différentes manoeuvres politiques</ref>. Le chevalier leur explique que Rovisto est un truand notoire, revendant des antiquités solaires, parfois montées de toutes pièces, qu'il est lié à l'[[ondhor]] et avait une relation mouvementée avec son Mentor, dû à ses activités. Ils se rendent donc dans les geôles où ils y rencontrent l'Antiquaire qui clame son innocence. Mais peuvent-ils lui faire confiance au vu de sa réputation ? Vighnu, habitué aux malfrats, pense clairement qu'il faut s'en méfier. Toutefois, au vu de l'état du prisonnier, baignant à moitié dans l'eau des geôles souterraines, offre de s'occuper de son état et de lui fait quelques bandages. Reconnaissant, le kerdan explique qu'il enquêtait avec sa soeur et Jehol sur le '''[[Rovisto Celsine#Le meurtre de Monrod de Kerheine|meurtre de Monrod de Kerheine]]'''.
  
 
[[Fichier:Rovisto.png|150px|thumb|right|[[Rovisto Celsine]] : Le coupable ?]]
 
[[Fichier:Rovisto.png|150px|thumb|right|[[Rovisto Celsine]] : Le coupable ?]]
Ligne 165 : Ligne 165 :
 
Esébilio se prenant au jeu de l'enquête, soutenu par les conseils de Vighnu et l'aide discrète de Vera, arrive à se renseigner sur les autres activitées du prisonnier. Il apprend notamment qu'il a participé à la récupération de nombreux d'artefacts ondrènes<ref>Recherches relatées sur la page de [[Rovisto Celsine#Une carrière d'archéologue chargée|Rovisto]]</ref>, régulièrement pour le compte de Monrod de Kerheine. Artefacts servant à avancer la carrière politique de Monrod, espèrant obtenir le titre de Baron de Kerheine. En tous cas, cela lie "l'Antiquaire" via son employeur à l'Ondhor et indirectement, à la conspiration des ondrènes<ref>Il a, entre autres, été mandaté par Monrod pour retrouver la couronne des Ondrènes, dont les talendans ont entendu parlé par le passé.</ref>. Vighnu faisant le lien et comprenant l'implication de Rovisto s'emporte et s'exclame : "C'est bien gentil toutes ces histoires, mais vous vous rendez compte que ça coûte la vie à beaucoup de gens dans les Marches du Nord !!!"
 
Esébilio se prenant au jeu de l'enquête, soutenu par les conseils de Vighnu et l'aide discrète de Vera, arrive à se renseigner sur les autres activitées du prisonnier. Il apprend notamment qu'il a participé à la récupération de nombreux d'artefacts ondrènes<ref>Recherches relatées sur la page de [[Rovisto Celsine#Une carrière d'archéologue chargée|Rovisto]]</ref>, régulièrement pour le compte de Monrod de Kerheine. Artefacts servant à avancer la carrière politique de Monrod, espèrant obtenir le titre de Baron de Kerheine. En tous cas, cela lie "l'Antiquaire" via son employeur à l'Ondhor et indirectement, à la conspiration des ondrènes<ref>Il a, entre autres, été mandaté par Monrod pour retrouver la couronne des Ondrènes, dont les talendans ont entendu parlé par le passé.</ref>. Vighnu faisant le lien et comprenant l'implication de Rovisto s'emporte et s'exclame : "C'est bien gentil toutes ces histoires, mais vous vous rendez compte que ça coûte la vie à beaucoup de gens dans les Marches du Nord !!!"
  
Les enquêteurs talendans quittent les geôles pour faire une pause, et essayent d'ingérer toutes les informations qu'ils viennent d'obtenir. Pendant ce temps, Hivelin leur explique que comme tous les chevalier de Felriane, la duchesse lui a confié une quête. La sienne étant de '''débarrasser Felriane de l'influence de l'Ondhor'''. Il admet être dépassé, mais est un élève studieux et fait donc de son mieux avec les moyens à sa disposition. Toutefois, le problème est relativement sans précédent pour l'île et la culture felrianaise, peu préparée à ce genre d'organisation criminelle. Il a d'ailleurs déjà perdu un de ses aides qui semblerait en avait découvert un peu trop. Il recherche donc activement du soutien et des renseignements sur l'Ondhor. S'ils ne se proposent pas de passer l'hiver à l'aider, parce qu'ils ont bien d'autres choses à faire, les talendans se promettent de voir s'ils peuvent trouver dans leur connaissances quelqu'un qui pourrait l'aider. Vera croisera Olianne Celsine, la tante d'Althéa et Rovisto (qui ne semble guère émue par le sort de ce dernier), et lui proposera de parler de botanique un peu plus tard.
+
Les enquêteurs talendans quittent les geôles pour faire une pause, et essayent d'ingérer toutes les informations qu'ils viennent d'obtenir. Pendant ce temps, Hivelin leur explique que comme tous les chevalier de Felriane, la duchesse lui a confié une quête. La sienne étant de '''débarrasser Felriane de l'influence de l'Ondhor'''. Il admet être dépassé, mais est un élève studieux et fait donc de son mieux avec les moyens à sa disposition. Toutefois, le problème est relativement sans précédent pour l'île et la culture felrianaise, peu préparée à ce genre d'organisation criminelle. Il a d'ailleurs déjà perdu un de ses aides qui semblerait en avait découvert un peu trop. Il recherche donc activement du soutien et des renseignements sur l'Ondhor. S'ils ne se proposent pas de passer l'hiver à l'aider, parce qu'ils ont bien d'autres choses à faire, les talendans se promettent de voir s'ils peuvent trouver dans leur connaissances quelqu'un qui pourrait l'aider. Vera croisera Oliane Celsine, la tante d'Althéa et Rovisto (qui ne semble guère émue par le sort de ce dernier), et lui proposera de parler de botanique un peu plus tard.
  
 
Après ces discussions, Hivelin propose à Vighnu de vérifier s'il est possible de prendre discrètement une échelle dans la cabane où se trouvent les outils de jardinage et l'amener sous fameuse la fenêtre, sans se faire repérer par les gardes postés autour du jardin. L'assassin fehnri se met à la tâche sans non plus y mettre toute son énergie. Après avoir réussi dans sa tâche, il confirme que quelqu'un disposant de l'information regardant la fenêtre pouvait y arriver, sans être un spécialiste de l'infiltration. Les deux anciens camarades de l'Antiquaire aurait donc pu faire le coup... À moins que le chevalier ne pense-t à quelqu'un d'autre ? ''Encore un Mystère''
 
Après ces discussions, Hivelin propose à Vighnu de vérifier s'il est possible de prendre discrètement une échelle dans la cabane où se trouvent les outils de jardinage et l'amener sous fameuse la fenêtre, sans se faire repérer par les gardes postés autour du jardin. L'assassin fehnri se met à la tâche sans non plus y mettre toute son énergie. Après avoir réussi dans sa tâche, il confirme que quelqu'un disposant de l'information regardant la fenêtre pouvait y arriver, sans être un spécialiste de l'infiltration. Les deux anciens camarades de l'Antiquaire aurait donc pu faire le coup... À moins que le chevalier ne pense-t à quelqu'un d'autre ? ''Encore un Mystère''
Ligne 171 : Ligne 171 :
 
Les talendans se rendent ensuite, avec l'antiquaire, portant les fers, au dortoir de Jehol pour étudier la scène de crime. Là, ils y apprennent quelques détails supplémentaires. D'abord Jehol a été étranglé, surement pour le faire parler, pendant qu'une autre personne faisait le guet. Il a ensuite été poignardé, très certainement parce qu'il n'a pas voulu parler. Ils se décident donc à retourner la pièce, à la recherche d'indices que la garde n'aurait pas découvert. Ils trouvent une cache d'où un livre à disparu. Rovisto pense que c'est la copie intégrale de "[[Æryl_de_Sarde#Stratégies & Stratagèmes|Stratégies & Stratagèmes]]" dont disposait son mentor. Hivelin, confie se l'être procuré et l'avoir gardé, pour l'aider dans sa quête. En continuant leurs recherches, Esébilio et Rovisto découvrent un livre dont certains feuillets ont été ajoutés puis proprement recoupé pour ne pas paraître trop suspect. Et là c'est la surprise, ce sont des '''feuillets imprimés en vieux hornois'''. Les deux érudit vraiment intéressé par les feuillets sont vite déçu, Hivelin confisque l'ouvrage avant qu'ils n'ai pu l'étudier. Vighnu quant à lui, observant l'expression des deux érudits, secouera la tête, semblant se résigner de leur ignorance des techniques d'impression modernes !
 
Les talendans se rendent ensuite, avec l'antiquaire, portant les fers, au dortoir de Jehol pour étudier la scène de crime. Là, ils y apprennent quelques détails supplémentaires. D'abord Jehol a été étranglé, surement pour le faire parler, pendant qu'une autre personne faisait le guet. Il a ensuite été poignardé, très certainement parce qu'il n'a pas voulu parler. Ils se décident donc à retourner la pièce, à la recherche d'indices que la garde n'aurait pas découvert. Ils trouvent une cache d'où un livre à disparu. Rovisto pense que c'est la copie intégrale de "[[Æryl_de_Sarde#Stratégies & Stratagèmes|Stratégies & Stratagèmes]]" dont disposait son mentor. Hivelin, confie se l'être procuré et l'avoir gardé, pour l'aider dans sa quête. En continuant leurs recherches, Esébilio et Rovisto découvrent un livre dont certains feuillets ont été ajoutés puis proprement recoupé pour ne pas paraître trop suspect. Et là c'est la surprise, ce sont des '''feuillets imprimés en vieux hornois'''. Les deux érudit vraiment intéressé par les feuillets sont vite déçu, Hivelin confisque l'ouvrage avant qu'ils n'ai pu l'étudier. Vighnu quant à lui, observant l'expression des deux érudits, secouera la tête, semblant se résigner de leur ignorance des techniques d'impression modernes !
  
Les enquêteurs se dirigent ensuite vers la bibliothèque pour essayer de découvrir ce qui a bien pu y être subtilisé. Mais plus intéressée par ses questions initiales que d'aller fouiller de vieux documents, Vera décide d'aller finalement rendre visite à Olianne Celsine qui lui avait laissé entendre qu'elles pourraient discuter, un peu plus tôt. Le chevalier de Calonthe la fera accompagner d'un garde, armée d'une hallebarde, à la mode Felrianaise. Une fois en compagnie de la Maître du Chapitre de Botanique, elle lui présentera des restes des fameuses ronces noires de la forêt maudite, s'attachant à être suffisamment vague sur leur provenance exacte. Après de longues explications et échanges entre les deux botanistes, Olianne semble très intéressée par l'étude du spécimen et recommande à Vera de lui trouver un nom, après tout, c'est elle qui l'a découvert. Elle lui demande aussi si elle pourrait se procurer des spécimens vivants pour effectuer une analyse plus complète. Puis, Vera, s'aperçoit que la Celsine tergiverse, fait des allusions à une edelweiss, plante que l'on trouve surtout en hauteur, qui serait hors de vue... Et soudain, elle comprend que la botaniste fait référence à sa nièce Athéa ! Elle parle en jargon florale pour ne pas éveiller l'attention du garde, toujours posté devant la porte. À mot couvert, elle lui fait comprendre que '''la questora est responsable du vol des documents du Chapitre d'Histoire et se cache non loin !''' La tata propose à la kerdane de les faire se rencontrer le soir même après la fermeture de la serre du jardin ducal. Et si possible, l'aider à s'échapper ! ''Et deux mystères résolus d'un coup par Vera !''
+
Les enquêteurs se dirigent ensuite vers la bibliothèque pour essayer de découvrir ce qui a bien pu y être subtilisé. Mais plus intéressée par ses questions initiales que d'aller fouiller de vieux documents, Vera décide d'aller finalement rendre visite à Oliane Celsine qui lui avait laissé entendre qu'elles pourraient discuter, un peu plus tôt. Le chevalier de Calonthe la fera accompagner d'un garde, armée d'une hallebarde, à la mode Felrianaise. Une fois en compagnie de la Maître du Chapitre de Botanique, elle lui présentera des restes des fameuses ronces noires de la forêt maudite, s'attachant à être suffisamment vague sur leur provenance exacte. Après de longues explications et échanges entre les deux botanistes, Oliane semble très intéressée par l'étude du spécimen et recommande à Vera de lui trouver un nom, après tout, c'est elle qui l'a découvert. Elle lui demande aussi si elle pourrait se procurer des spécimens vivants pour effectuer une analyse plus complète. Puis, Vera, s'aperçoit que la Celsine tergiverse, fait des allusions à une edelweiss, plante que l'on trouve surtout en hauteur, qui serait hors de vue... Et soudain, elle comprend que la botaniste fait référence à sa nièce Athéa ! Elle parle en jargon florale pour ne pas éveiller l'attention du garde, toujours posté devant la porte. À mot couvert, elle lui fait comprendre que '''la questora est responsable du vol des documents du Chapitre d'Histoire et se cache non loin !''' La tata propose à la kerdane de les faire se rencontrer le soir même après la fermeture de la serre du jardin ducal. Et si possible, l'aider à s'échapper ! ''Et deux mystères résolus d'un coup par Vera !''
  
 
Retournons à la bibliothèque ! Esébilio et Rovisto découvrent tout un tas de documents qui n'intéressent que les deux archéologues, comme la thèse d'Eva Celsine<ref>Comparant les divergences grammaticales du Vieux Hornois, de la Langue Côtière et du Haut-Kerdan pour dater leur séparation de la "Primographie"</ref>, une version "expurgée" de Stratégies & Stratagèmes, annotée par Jehol et surtout qu'il manque tout un tas de documents concernant les ruines solaires ! Une fois les deux archéologues bien épuisés, Vighnu en profite pour faire cracher l'antiquaire, persuadé qu'il avait "omis" certaines de ses activitées... Et il n'est pas déçu, découvrant l'étendue de l'implication de l'antiquaire dans le trafic d'artefacts, faux documents et même recel de textes de sorcelleries pour l'Ondhor, pour qui il travaille en fait principalement. Les suspicions de l'apothicaire définitif concernant le kerdan étaient donc bien justifiées !
 
Retournons à la bibliothèque ! Esébilio et Rovisto découvrent tout un tas de documents qui n'intéressent que les deux archéologues, comme la thèse d'Eva Celsine<ref>Comparant les divergences grammaticales du Vieux Hornois, de la Langue Côtière et du Haut-Kerdan pour dater leur séparation de la "Primographie"</ref>, une version "expurgée" de Stratégies & Stratagèmes, annotée par Jehol et surtout qu'il manque tout un tas de documents concernant les ruines solaires ! Une fois les deux archéologues bien épuisés, Vighnu en profite pour faire cracher l'antiquaire, persuadé qu'il avait "omis" certaines de ses activitées... Et il n'est pas déçu, découvrant l'étendue de l'implication de l'antiquaire dans le trafic d'artefacts, faux documents et même recel de textes de sorcelleries pour l'Ondhor, pour qui il travaille en fait principalement. Les suspicions de l'apothicaire définitif concernant le kerdan étaient donc bien justifiées !
  
C'est finalement en fin de journée, après toutes ces découvertes que les investigateurs en herbe se rendent à l'Alidade pour débriefer. Vera leur explique alors les échanges qu'elle a eu avec la Olianne Celsine. Le groupe se concerte et commence à planifier la façon de faire sortir Althéa de sa cachette et l'emmener hors du comté pour la mettre à l'abri du chevalier de Calonthe. Finalement, Vighnu propose de ne pas déjà partir sur des plans les mettant à défaut avec la garde, mais plutôt de proposer à Althéa de se rendre. Parce qu'il ne veut pas se mettre en porte-à-faux avec grand maman, qu'ils peuvent surement s'arranger autrement et finalement, qu'ils n'ont pas besoin de s'impliquer autant pour des gens à qui ils ne doivent rien. Et s'ils veulent obtenir des informations d'Althéa, ils peuvent bien le faire, même si elle se rend. De plus, ils savent qu'ils sont suivit par un garde felrianais rapportant leurs faits et gestes à Hivelin. Le petit groupe accepte finalement les arguments du Fehnri.
+
C'est finalement en fin de journée, après toutes ces découvertes que les investigateurs en herbe se rendent à l'Alidade pour débriefer. Vera leur explique alors les échanges qu'elle a eu avec Oliane Celsine. Le groupe se concerte et commence à planifier la façon de faire sortir Althéa de sa cachette et l'emmener hors du comté pour la mettre à l'abri du chevalier de Calonthe. Finalement, Vighnu propose de ne pas déjà partir sur des plans les mettant à défaut avec la garde, mais plutôt de proposer à Althéa de se rendre. Parce qu'il ne veut pas se mettre en porte-à-faux avec grand maman, qu'ils peuvent surement s'arranger autrement et finalement, qu'ils n'ont pas besoin de s'impliquer autant pour des gens à qui ils ne doivent rien. Et s'ils veulent obtenir des informations d'Althéa, ils peuvent bien le faire, même si elle se rend. De plus, ils savent qu'ils sont suivit par un garde felrianais rapportant leurs faits et gestes à Hivelin. Le petit groupe accepte finalement les arguments du Fehnri.
  
 
[[Fichier:Althea_serre.jpg|200px|thumb|right|[[Althéa Celsine|Althéa]] était cachée dans la serre du jardin ducal !]]  
 
[[Fichier:Althea_serre.jpg|200px|thumb|right|[[Althéa Celsine|Althéa]] était cachée dans la serre du jardin ducal !]]  
  
Voyant l'heure tardive, Vera se rend précipitamment au jardin avant la fermeture. Si les gardes grommellent en la voyant arriver, ils la laisse finalement passer, puisqu'elle va voir la Maître du Chapitre de Botanique. Pendant ce temps, Esébilio et Vighnu attendent en dehors, prêts à agir si leur aide devenait nécessaire. Une fois Olianne débarrassée des derniers étudiants, elle va chercher sa nièce au fond de la serre. Cette dernière à l'air dans un état aussi pitoyable que son frère et visiblement en train de faire une crise. Son état s'explique par la huitaine qu'elle vient de passer en n'ayant que des plantes pour compagnie et en étant recherchée par la garde et probablement les assassins de Monrod et Jehol. Si elle confirme qu'elle a bien volé les documents du Chapitre d'Histoire pour faire innocenter son frère. Elle n'a en revanche toujours pas la moindre idée de qui est responsable de la mort de Monrod de Kerheine ou de celle de Jehol. Il faudra la force de persuasion de Vera et de sa tante pour qu''''Althéa admette de se rendre''' à la garde, cette option étant finalement la plus raisonnable pour faire avancer les diverses enquêtes en cours.
+
Voyant l'heure tardive, Vera se rend précipitamment au jardin avant la fermeture. Si les gardes grommellent en la voyant arriver, ils la laisse finalement passer, puisqu'elle va voir la Maître du Chapitre de Botanique. Pendant ce temps, Esébilio et Vighnu attendent en dehors, prêts à agir si leur aide devenait nécessaire. Une fois Oliane débarrassée des derniers étudiants, elle va chercher sa nièce au fond de la serre. Cette dernière à l'air dans un état aussi pitoyable que son frère et visiblement en train de faire une crise. Son état s'explique par la huitaine qu'elle vient de passer en n'ayant que des plantes pour compagnie et en étant recherchée par la garde et probablement les assassins de Monrod et Jehol. Si elle confirme qu'elle a bien volé les documents du Chapitre d'Histoire pour faire innocenter son frère. Elle n'a en revanche toujours pas la moindre idée de qui est responsable de la mort de Monrod de Kerheine ou de celle de Jehol. Il faudra la force de persuasion de Vera et de sa tante pour qu''''Althéa admette de se rendre''' à la garde, cette option étant finalement la plus raisonnable pour faire avancer les diverses enquêtes en cours.
  
C'est donc en compagnie d'Althéa et d'Olianne que Vera sort des jardins et est accueillie par le chevalier de Calonthe. '''Hivelin, perspicace s'attendait à ce que les talendans retrouvent la questora !''' Après avoir débriefé, elle confirme donc que son frère est innocent du meurtre de Jehol dont les engueulades étaient surtout des remontrances du vieux maître envers son disciple indiscipliné. Elle discutera aussi avec Vighnu de la [[Conspiration des Ondrènes]], laissant entendre qu''''elle connaît l'identité du Roi des Ondrènes''' mais ne la révèlera pas, puisque sa connaissance signifie la mort. L'assassin fera remarquer que bon, elle, elle est encore en vie, alors lui devrait pouvoir se débrouiller, mais n'arrive pas à convaincre la questora.  
+
C'est donc en compagnie d'Althéa et d'Oliane que Vera sort des jardins et est accueillie par le chevalier de Calonthe. '''Hivelin, perspicace s'attendait à ce que les talendans retrouvent la questora !''' Après avoir débriefé, elle confirme donc que son frère est innocent du meurtre de Jehol dont les engueulades étaient surtout des remontrances du vieux maître envers son disciple indiscipliné. Elle discutera aussi avec Vighnu de la [[Conspiration des Ondrènes]], laissant entendre qu''''elle connaît l'identité du Roi des Ondrènes''' mais ne la révèlera pas, puisque sa connaissance signifie la mort. L'assassin fera remarquer que bon, elle, elle est encore en vie, alors lui devrait pouvoir se débrouiller, mais n'arrive pas à convaincre la questora.  
  
 
Finalement, le Chevalier de Calonthe acceptera de libérer Rovisto, emprisonnant sa soeur à la place. Il avouera s'être douté que l'Antiquaire était innocent, mais il lui fallait un coupable, et au vu de l'implication de Rovisto et de ses activités criminelles... Quant-à Althéa, il avait aussi deviné qu'elle était responsable du vol au Chapitre d'Histoire pour couvrir son frère, d'où la demande faite à Vighnu dans les jardins ducaux. Il promit toutefois de la libérer si son frère arrive, en premier lieu à prouver / infirmer l'implication de [[Valéria Torodine]] dans le meurtre de Monrod. Après tout, c'est une pirate et elle serait partie une demi journée après le Lorunois et revenue ensuite. Et surprise, c'est une ancienne associée de Monrod et Rovisto ! Finalement, l'Antiquaire doit lui fournir l'occasion d'arrêter Halbjorn "le Foën" ou Killhaig "l'Écailler". C'est donc suite à cela que Rovisto se joindra temporairement aux talendans.
 
Finalement, le Chevalier de Calonthe acceptera de libérer Rovisto, emprisonnant sa soeur à la place. Il avouera s'être douté que l'Antiquaire était innocent, mais il lui fallait un coupable, et au vu de l'implication de Rovisto et de ses activités criminelles... Quant-à Althéa, il avait aussi deviné qu'elle était responsable du vol au Chapitre d'Histoire pour couvrir son frère, d'où la demande faite à Vighnu dans les jardins ducaux. Il promit toutefois de la libérer si son frère arrive, en premier lieu à prouver / infirmer l'implication de [[Valéria Torodine]] dans le meurtre de Monrod. Après tout, c'est une pirate et elle serait partie une demi journée après le Lorunois et revenue ensuite. Et surprise, c'est une ancienne associée de Monrod et Rovisto ! Finalement, l'Antiquaire doit lui fournir l'occasion d'arrêter Halbjorn "le Foën" ou Killhaig "l'Écailler". C'est donc suite à cela que Rovisto se joindra temporairement aux talendans.

Version du 20 août 2020 à 22:54

À la huitaine "naissante des Charbons" de l'an 37, l'équipage de L'Orso est rentré juste à temps de sa grande expédition boréale pour se joindre au dernier convoi maritime quittant Aroche pour l'archipel de Felriane : avec Adira Pratesh, ils comptaient profiter de l'hivernage kerdan dans ce sympathique archipel (presque) méridional, négocier le mariage d'Islinna Sotorine au cousin Vighnu, consulter les érudits locaux et faire construire des navires pour leurs projets d'expansion commerciale...
Mais, même "en vacances", les Protagonistes ne pouvaivent s'empêcher de mettre leur nez dans les affaires familiales des Sotorine ni de remuer la vase de la Baie d'Émeraude, où « ceux du Dessous contemplent les reflets du Dessus dans le Miroir des Eaux Jumelles »...


PARTICIPANTS :


Escale Arochaise

Réunion à la légation

L’Orso arrive en fin d'après-midi directement du nord au port d’Aroche, l'équipage est ravi du climat plus clément où la température (bien que négative) est bien supérieure à celle qui a été leur quotidien durant l'expédition. L’Orso est attendue et à peine accosté l'équipage se rend à la légation sous l'égide de Mérane pour étre débriefé. L'aventure boréale est donc raconté par Bartolomé avec emphase, pendant qu’Esebilio étale ses cartes et divers relevés sur la grande table de la salle de réunion. Ensuite Adira discute en privé avec Merane et ressort contrarié de son entrevue….. une histoire de taxe ….. De leur coté Vighnu et Islinna rongent leur frein, la réunion est importante mais il leur tarde de retrouver Vasco afin de le convaincre de se rendre avec eux à Felriane afin qu'il puisse user de son influence pour soutenir leur projet de mariage. C’est au tour de Vighnu de transmettre à Merane un rapport à l’intention des autorités arochaise, le fenrhi est aussi un agent impérial et doit rendre des comptes sur ses découvertes. En l'occurrence son rapport porte sur l’écuyer du trône des ondrénes aujourd'hui identifié comme étant Sigrell d’Elorsame. Le rapport expédié Vighnu, Islinna avec Bartolomé et Vera se rendent à la Vigila pour parler à Vasco.

Esebilio de son côté s’isole afin d’enfin pouvoir travailler sur ses artefacts chéris. L'érudit armé de papier et d'une plume se plonge dans l'étude des trésors découverts dans les tunnels anciens, en une soirée de travail Esebilio a noirci de nombreuses pages et vu son sourire s'élargir.

Retrouvailles

Sur le chemin de l'Arche le reste de nos héros ne croise que peu de monde, l'enclave kerdane est presque déserte. La plupart des Kerdans sont partis pour rejoindre leur site d'hivernage, seul Severio Melangoline lorsqu'ils traversent le Hall des Ardoises les remarque et ne peu retenir une remarque acerbe ciblant Islinna et ses principes antiesclavagiste. Arrivé à la Caverne ou s’entraînent les vigilantes sous la direction de Vasco Sotorine, Islinna ne peu s’empêcher de pousser une exclamation avant de se jeter au cou de son padrino. Après les embrassades et les salutations Islinna entreprends de convaincre son parrain de les accompagner à Felriane, la conversation bonne enfant s'anime alors nettement !

Islinna: Parrain ça me ferai très plaisir que tu vienne avec nous ! tu vas pas rester dans le froid d'Aroche!
Vasco: Ah non je reste ici, l'alternative c'est grand maman tu sais !!
Islinna: Oui mais on a une nouvelle à t'annoncer moi et Vighnu.... On va ce marier !
Vasco: QUOI !!!! (se tournant vers Vighnu) MAIS MAIS tu sais combien ça va coûter !!
Vighnu: Rooh 3500 Lunes fourchette basse, plutôt 4000.
Eleve de Vasco: Tchik Tchak AAAIIEE!!! (ah ce moment les élèves de Vasco qui échangeaient quelque passe d'arme se loupent et l'un d'entre eux est légèrement blessé.)

A partir de cette échange Islinna et Vasco s'éloigne de quelque pas et poursuive, mais Islinna malgré toute sa diplomatie n'arrive pas a persuader Vasco. Le ton Monte....

Vighnu, Bartolome et Vera quelques pas en arrière discutent entre eux d'une façon de venir en aide à Islinna, leur réflexion les orientent vers l’expérience personnelle de Vasco qui dans sa jeunesse a vécu une tragédie avec sa fiancée. Alors que Vighnu et Islinna pensent justement que les malheurs que Vasco a subi le motiveraient à soutenir les jeunes amoureux c'est peut-être bien de là que sa réticence à retourner à Felriane auprès des siens provient. Pendant que Bartolome fouille dans ses souvenirs, Vighnu évoque une anecdote de son ancienne vie Durianaise: Hey ça me rapelle l'histoire de Kishor! un ass.... un confrère qui pour séduire la file d'une matriarche a tenter les coups les plus rémunérés mais aussi dangereux....Il est mort en essayant le pauvre.... Bartolome a alors une illumination ! Et regarde Vighnu les yeux equarquillés, celui-ci du coup réalise juste avant que Vera ne s'exclame:
Vera: Vous n'y croyez pas tout de même, Vasco n'a quand même pas joué les assassins.....
Bartolome: Il a joué les spadassins à cette époque, il a loué sa lame en duel.
Vighnu: De là à accomplir des contrats.... murmure le fehnri.

Islinna et Vasco sont désormais en pleine dispute, la jeune femme semble frustrée ! C'est rare pour elle d'échouer à persuader quelqu’un, sous le coup de l'émotion elle décide donc d'utiliser son arme secrète ! Vighnu voit donc sa fiancée se reculer d'un pas, se raidir les bras le long du corps et prendre sa respiration... signes qu'elle va utiliser son Lilpan. Vighnu n'hésite pas et intervient sachant qu'Islinna s'en voudra a mort d'y avoir eu recours !
Vighnu: Mais enfin ma chérie, ne vois-tu pas que tu embarrasses ton parrain ? Ne le presse donc pas ainsi !

Surpris Vasco et Islinna s'interrompent, la tension a disparu. Vu que l'objectif est toujours d'obtenir le soutien de Vasco, le fehnri propose donc a Vasco de décider sa venue sur un duel à l’épée. Ce qui stupéfait encore plus Islinna et Vasco. Fort heureusement Bartolome pour une fois raisonnable propose à tout le monde de se rendre à l'Auberge Calamine boire un verre. Vera prudente, choisie de se retirer, il est déjà tard et à 5h du matin une réunion des capitaines et de leur second est prévue.

C'est donc autour d'un verre dans une auberge particulièrement calme que nous retrouvons les couche-tard. La conversation continue mais avec calme et courtoisie. L'alcool aidant les tensions finissent par disparaître et Vighnu perçoit une petite faille dans la détermination de Vasco, profitant d'un tête-à-tête lorsque Bart et Islinna vont chercher de nouvelles chopes le fenhri entreprend le maître d'armes. Vasco comprend qu'il est percé a jour, Islinna de retour et Vighnu qui pousse son avantage finissent par l'ébranler. Et c'est finalement dans un concert de cris de joie que Vasco annonce qu'il va y réfléchir.... La soirée se termine bien arrosée de liqueur de pomme et ça tape... Vighnu et Islinna gais à plus d'un titre rentre de bon train a leur chambre ! Quant à Bartolome, il va essayer de se reposer avant de se rendre à une importante réunion avec des cernes de compétition.

Le lendemain matin, Vighnu (la racine des cheveux sensible) et Islinna pas bien réveillée prennent leur baluchon et se dirige vers le quai où est amarré l'Orso. Devant la passerelle d'embarquement, ils aperçoivent un curieux empilement de malles et ... Vasco qui les attend ! Victoire !

Réunion des capitaines

Almerino Maletudine et Bartolome Sotorine sur le pont du Fulvio avant le départ.

Bartolome et Vera se rendent à l'aube avec Esebilio à la réunion des capitaines pour finaliser les derniers préparatifs. Bartolome doit résoudre au cours de cette réunion deux problèmes, l'Orso peu armé pour la haute mer doit éviter de s’éloigner des cotes et il lui faut pour compléter son maigre équipage deux matelots compétents. Bartolome fait pâle figure, sa réputation de fêtard ne semble pas usurpée au vu de son allure chancelante à son arrivée contrairement a Vera qui, reposée, entre conquérante dans la salle. Fort heureusement une bonne odeur de chiro règne, Vera se précipite pour préparer une tasse pendant que son capitaine prend place autour de la table où se trouvent Almerino Maletudine, Diovire Sotorine, Circé Melangoline et Natalia Sangrine, respectivement capitaines des Fulvio, Coppavento,Quiroga et Sagitario. Leurs seconds sont également présents.

Si Almerino est partisan de naviguer au plus près des îles tourmente puis plus loin des îles de grès afin de provoquer des affrontements avec les pirates, ce n'est évidemment pas l'avis des capitaines marchands, Diovire et Circé. Bartolomé à donc une opportunité pour emporter la décision. Mais notre talendan est pour l'instant incapable de monter un argumentaire avec son esprit embrumé par les vapeurs d'alcool de la veille, il lui faut du temps pour que sa généreuse tasse de chiro fasse effet. Vera et Esebilio prennent donc l'initiative et tiennent le pavé grâce notamment à un cours de géographie du cartographe de l'Orso. Néanmoins le temps presse, et les capitaines d'abord poliment intéressés s'impatientent.... C'est à ce moment que Bartolomé ragaillardi par son chiro prend la parole, convainquant dans son argumentaire (élaboré par Vera) le colosse appuie la proposition d'Almerino à la stupéfaction des autres participants. Trajet plus cours, danger des icebergs évité et facilités de navigation l'emportent donc sur le danger des pirates ...

Reste la question de l'équipage. Si Almerino est bien disposé envers Bartolomé son équipage est limité vu qu'il a été réorganisé et repartit entre le Fulvio et le Sagitario, c'est donc vers le Coppavento est la Quiroga que le capitaine de l'Orso doit se tourner. Malheureusement, les rapports entre Bartolome et ses homologues sont sont plutôt fraîche, les convaincre de se priver de deux matelots risque d'être problématique.... Bartolome approche son frère qui le gratifie d'un regard noir, pendant que Vera s'occupe de Circé. Habile négociateur chacun obtient le prêt d'un matelot, c'est inespéré ! Il est temps de prendre le large !

Le Voyage en mer

les Îles Tourmente

Après avoir récupéré Tamelin, un marin/guerrier au penchant d’invétéré séducteur et Elvisia une jeune matelote qui ne brille guère par sa conversation, l'Orso est prêt au départ. C'est donc au matin de Meled passant des Charbons, que la flottille a quitté Aroche, l'Orso traînant bientôt en queue de cortège. La flottille ne lui a guère donné l'occasion de la rejoindre, suivant la côte nord toutes voiles dehors pour profiter au mieux d'un vent plutôt maigre, dépassant le village portuaire de Grésil – razzié par les Arkonnelkan quelques huitaines plus tôt – et ne faisant halte qu'à la nuit noire, en jetant l'ancre bien au large du territoire des Oloden insurgés. La deuxième journée ressemblant beaucoup à la première et une petite neige fondante commençant à tomber, menaçant de masquer la silhouette déjà distante du Sagitario, Bartolome décida qu'il valait mieux qu'Esébilio et Ertond terminent urgemment leur "foc volant" pour gagner enfin un peu de vitesse. Mais au troisième jour de mer, en pleine traversée du Golfe, alors même que le foc et les efforts du capitaine commençaient à diminuer le retard, la neige s'est mise à tomber de plus en plus dru, couvrant le pont et bouchant l'horizon : au coucher du soleil, L'Orso avait complètement perdu le convoi de vue. Ne pouvant guère supposer qu'à l'estime s'être approché des Îles Tourmente et jugeant bien trop risqué de continuer en aveugle une fois la nuit tombée, Bartolome dû se résoudre à jeter l'ancre. C'est donc au matin du quatrième jour que l'alerte fût donnée, quand des navires Larindeln surgirent soudain du rideau neigeux qui n'en finissait plus...

Six navires Larindeln manœuvrent pour encercler l'Orso, Bartolome et son équipage déploient des trésors de navigation pour échapper au piège mais rien à faire le brigantino n'est pas assez rapide. Alors qu'un catamaran Larindeln se rapproche, Vasco Sotorine et Enguerrand de Dunegarne fourbissent avec entrain leurs armes mais lorsque Bartolome interpelle le navire, leur chef fais un signe à son barreur et la flottille s'éloigne. Interdit, l'équipage de l'Orso observe les larindeln disparaître derrière le rideau de neige, mais pourquoi ont-ils renoncé à attaquer l'Orso ? Vera, Esebilio et Bartolome y réfléchissent et concluent que les Larindeln ne s'attaquent pas aux Talendans !! Ce qui signifie que la flotte pirate recherche le reste du convoi kerdan. Esebilio s'isole à fond de cale et utilise sa lanterne pour localiser le convoi et tous les navires alentour, non seulement l'érudit localise les navires kerdans et leur poursuivant mais aussi une tempête qui arrive du sud. Plus rapide le convoi va s'échapper sans dommage, la tempête est bien plus inquiétante. L'Orso doit trouver un mouillage abrité, pas d'autre choix que de le rechercher dans l'archipel des Îles Tourmente. Vera et Esebilio travaillent à découvrir un mouillage rapidement alors que Bartolome à la manœuvre motive ses marins pour affronter la mer démontée. Alors que la tempête s'abat sur l'Orso et que la visibilité devient nul, Bartolome guidé par Vera parvient à rentrer dans une crique. Le navire est sauvé !! Mais rapidement l'inquiétude revient, nos héros se sont abrité prés d'un camp Larindeln... Inquiet mais sans option l'équipage débarque.

Les diplomates Talendan s'avancent, Vighnu avec une bouteille de liqueur sur leur talon. Les Larindeln et des Arkonnelkan leur font de grand geste les invitant à s'abriter prestement dans une grande hutte. Bien accueillis l'équipage se détend même si une part de leur cargaison va être saisie... En effet si les larindeln se sont mis a la piraterie c'est sous l'impulsion de leurs cousins arkonnelkans, de fait la situation est critique dans les îles, pour passer l'hiver les emishems ont besoin de vivre car leur stock sont au plus bas. L'attaque du convoi n'a donc pas d'autre but que de fournir aux pirates de la nourriture. L'Orso est un petit navire mais sa cargaison est principalement constitué de vivres pour sustenter les 11 membres d’équipages durant le voyage jusqu’à Felriane, les Arkonnelkan conseillent donc de prélever une part... Néanmoins c'est sous une grande tente communautaire que les marins se voit offrir un bol de soupe chaude et commence a faire connaissance.

Bien décidé à repartir de leur involontaire escale avec leur cargaison, les Talendans conspirent entre eux et mettent au point un plan infaillible !! Bartolome se dirige donc vers des larindelns terminant leur soupe pour leur demander si des nouvelles de leurs camarades pirates les intéresseraient. De fait les villageois sont inquiets, le plan c'est donc de troquer des informations contre un départ sans rapine ! Mais il faut d'abord éloigner le naïf Enguerrand puisque qu'Esebilio doit user de magie pour situer les navires. Bartolome décide alors d'emmener d'Enguerrand vérifier que la cargaison est bien arrimer ! C'est sans compter sur les Arkonnelkan qui à la sortie de la tente leur interdisent de se rendre sur leur navire. Le capitaine Kerdan prend la mouche, on lui interdit l’accès à son navire s'en est trop !

"Mais qui commande ici ! Les Arkonnelkan ou les larindeln ?" tempête-t-il au milieu de la tente.

Le tapage alerte une veille dame, la bardesse du village qui intervient pour croit-on calmer les esprits... Après avoir pris connaissance des griefs de Bartolome la bardesse s'adresse alors au reste des larindeln (ils sont plusieurs centaines) pour leur demander leur avis. S'ensuit un débat emishem typique qui fait bien sourire la chef des Arkonnelkan. On se croirait bien plus dans un village elloran que dans un repaire de dangereux pirate. Les talendans changent alors de fusil d'épaule. Ayant identifié en la bardesse un interlocuteur fiable, Islinna (soutenue par Vighnu et Bartolome) entame une négociation diplomatique...

Talendans : "Mais pourquoi saisir notre cargaison ? Nous sommes vos amis !
Larindeln : Mais parce qu’on crève de faim ma pauvre dame.
Talendans : Mais comment est-ce possible ? Vous avez aussi d'habiles pêcheurs !
Larindeln : Mais parce que votre Bessal a gâché la saison de pêche au hareng.
Talendans : Ah heu... gloups ! Mais vous n'avez pas d'autres ressources ?
Larindeln : Bah on pêche bien une baleine de temps en temps et on produit un peu de sel et des perles...
Vighnu : Attendez, vous avez dit baleines ?
Talendans : Attendez, vous avez dit du sel et perles ?"

Après une courte négociation commerciale, les Talendans se voient offrir 10 kg d'ambre gris, quelque perle et un peu de sel contre une part généreuse leur vivres. Ravie les commerçants offrent en prime une représentation de la bataille du lac sanglant à leurs hôtes. C'est un succès, en sympathisant plus avant les Talendans découvrent que les Larindelns que l'on croyait isolationnistes sont en fait avides de nouvelles !! Et même intéressés par une liaison commerciale régulière. Esebilio profite de la représentation pour transmettre un message à la légation arochaise via la Dame Blanche : "nos allié larindeln ont besoin de vivre pour passer l'hiver"

L'équipage finit donc par faire la fête avec de nouveaux amis... voire un peu plus pour Bartolome qui finalement se réconcilie sur l'oreiller avec la cheffe Arkonnelkan. C'est donc la cale pleine de nouvelles denrées et par beau temps que se fait le départ le lendemain matin. De bonne augure pour la suite du voyage !

Mer-d'Ecume-02.png

Au large des Îles de Grès

Grace à une navigation plus proche de la côte, l'Orso est légèrement en avance sur le convoi, le navire utilise néanmoins toute sa vitesse et notamment son tout nouveau clinfoc pour gagner au maximum sur le reste du voyage. C'est après une journée de navigation que l'Orso est rejoint, le Coppavento prend immédiatement de l'avance sur le reste du convoi pour venir aux nouvelles. Le corsaro s'approche presque à accoster afin de permettre à Bartolome et Islinna de passer sur le Coppavento. Diovire est surpris de retrouver son frère en avance sur lui, Bartolome et Vera lui explique leurs péripéties mais sont plutôt fiers d'avoir réussi à devancer leurs camarades kerdans. Diovire et tout d'abord sceptique quand Bartolome lui apprend qu'un nouveau comptoir est ouvert dans les Îles Tourmente, territoire des Larindeln mais semble favorable a l'idée quand il comprend que 10 kg d'ambre gris on été troqués contre quelques jours de vivres. De bonne humeur le capitaine du Coppavento propose à Bartolome de remorquer son navire, ce qui est objectivement la meilleure solution pour poursuivre le voyage. L'Orso est donc remorqué, cela offre aux marins du temps libre. Si Vighnu et Islinna réfléchissent à la meilleure façon de convaincre le conseil de famille Sotorine du bien fondé de leur mariage d'autre en profite pour se reposer ou étudier les cartes maritimes....

À l'approche des îles de grès la course du convoi s'éloigne des côtes, inutile de provoquer inutilement les pirates grésans. C'est donc à près de 100 miles nautiques que croisent les navires kerdans, la journée est belle, le vent favorable, l'équipage est confiant. La nuit venue Bartolome, Vera, Vighnu et Islinna sont en pleine discussion familio-politico-commerciale lorsque qu'Elvesia descend dans le carré et leur signale que de magnifiques lumières s'animent au fond de l'eau et que c'est trop joli...

L'équipage curieux monte sur le pont et observe avec intérêt le magnifique spectacle, presque un ballet que proposent de curieuses formes au fond de la mer. Seul Vighnu méfiant prend le temps de s'armer avant de monter vigilant. C'est d’ailleurs le fehnri le premier qui aperçoit une forme monter sur le bastingage.

ALERTE !!! crie-t-il.

Néanmoins concentré par l'adversaire qui s'approche, le fehnri ne se rend pas compte de l'agitation qui anime ses camarades, Bartolome cherche l'adversaire ! Islinna descend en catastrophe récupère sa rapière et Elvesia pousse un cri en apercevant deux formes qui s'avancent sur le pont ! Bartolome a à peine le temps de dégainer son sabre qu'un assaillant se jette sur son dos pour le poignarder. Fort heureusement l'ours kerdan échappe d'une bourrade à la lame dentelée du pirate au prix d'une estafilade, Elvesia saisit un sceau et fait de grands moulinets. Vighnu tranche le bras d'une pâle créature aux grands yeux qui ne peut rien devant le coup implacable qui lui est asséné. Esebilio lui se fait discret sur le gaillard d'avant. Vighnu enchaîne alors immédiatement avec l'adversaire de Bartolome à qui il demande de soutenir Elvesia qui tient tête à deux adversaires. Bientôt Elvesia s’effondre gravement blessée, Bartolome est alors en difficulté. Fort heureusement, une créature est éjectée de l’écoutille de pont, sur lequel elle s’effondre. Vasco surgit alors en chemise de nuit et prend à partie l'ennemi le plus proche. Si sur le pont le combat est féroce, il en est de même dans la cale. Islinna se rue sur son coffre pour en tirer son arme devant une Vera interdite. Le second de l'orso n'a pas le temps de demander ce qui provoque toute cette agitation qu'elle aperçoit les sabords (pourtant fermés !) s'ouvrir pour laisser entrer deux créatures pâles et râblées, la kerdane se précipite donc pour charger son arbalète ! Islinna fait face à l'agression du pirate parant tant bien que mal des coups de longues dagues, Vera tire un premier carreau mal ajusté qui n'a pour mérite que de distraire un instant le second ennemi dans la cale. Sur le pont Vighnu achève son adversaire mais aperçoit Bartolome qui s'effondre, Vasco de son côté élimine un nouveau pirate et disparaît dans la cale en criant au fehnri: "J'te le laisse !"

Vighnu ajuste la silhouette qui s'approche de Bartolome pour l'achever avec une dague de jet hornoise, le pirate s’effondre agonisant, foudroyé par 25 centimètres d'acier. Sur le pont seul Esebilio est indemne, Vighnu est légèrement blessé au bras alors que Bartolome et Elvesia sont gravement touchés et tous les adversaires mort ou agonisant. Vighnu toujours vigilant entend alors du bruit venant du gaillard d'avant et se dirige donc vers ce nouveau combat .... Dans la cale Vera se débat pour charger suffisamment vite son arbalète afin d’éviter à Islinna d’être attaquée par deux adversaires, en effet après avoir jaugé la situation la deuxième créature décide d'attaquer Islinna dans son dos ! Vera pousse un cri d'alarme lorsque Vasco armé de ses deux rapières se rue sur l'ennemi et le cloue à la coque. Islinna est alors libre de liquider son pirate d'une habile botte. Vighnu après avoir confié le pont et les blessés à Esebilio pénètre avec prudence dans le gaillard d'avant et découvre une scène de cirque, si deux pirates sont bien présents Enguerrand, Tamelin et Ertond leur font face avec des armes improvisées. Coussin, bouteille, outils tout y passe et volent au travers de la pièce pour s'abattre sur deux pirates quelque peu déconcertés.... L’assassin fehnri décide d'imiter ses camarades et lance en pleine tête d'un pirate sa seconde dague lourde. L'assaillant s’effondre mort avant toucher le sol, Erton profite de la diversion pour frapper le dernier ennemi avec .... un chandelier.... l'attaque est efficace. L'Orso est sauvé ! Malheureusement ce n'est pas le cas de Bartolome et surtout d'Elvesia la plus gravement atteinte.

Les médecins de bord se regroupent autour des blessés, Vighnu, Vera et Esebilio sont fort heureusement compétents. À eux trois ils arrivent à stabiliser Elvesia et Bart puis à soigner toutes les blessures de l'équipage. Vigilants, les marins indemnes aperçoivent la silhouette d'un grand navire s'approcher de l'Orso, déterminés ils dressent leur lames lorsqu'ils entendent un kerdan les interpeller.

"Comment ça va ? vous avez été attaqués ?" leur demande Almerino Maletudine
"Ouais c'est bon, mais on a eu deux blessés quand même!" répondent en cœur les marins
"Ah... vous êtes sûrs que vous n'avez pas besoin d'aide ?" demande un Almerino déçu avant de poursuivre en queue de convoi en quête d'adversaires.

C'est ensuite Diovire dans une chaloupe qui vient aux nouvelles, la plupart des navires du convoi on été attaqués mais l'assaut a été repoussé sans grands dommages et le voyage peut se poursuivre. Vera et Esebilio prendront le temps de faire une autopsie des créatures identifiées comme des Grésans avant que les corps soient rendus à la mer.

L'archipel de Felriane

La forteresse d'Efferdame

Après l’affrontement nocturne le voyage se poursuit sans encombre jusqu’à la forteresse d’Efferdame. Située sur l’île la plus septentrionale de l'archipel de Felriane, c'est un passage obligé pour les convois en provenance d'Aroche. De fait les équipages kerdans connaissent bien le lieu, les marins descendent donc joyeusement se dégourdir les jambes, tous comptent profiter d'une journée de relâche bien méritée... Mais une surprise les attend ! Dès leur arrivée la garde ducale leur signale que les équipages sont en quarantaine. Un jeune noble habillé de vêtements chatoyants et d'un béret à plume se présente comme le chef de la capitainerie. Celui-ci confirme au capitaine du convoi qu'une quarantaine est imposée pour toutes les marchandises et les équipages des navires en provenance des Marches du Nord. D'ailleurs le nobliau demande les manifestes de bord de tous les navires, c'est la stupeur chez les kerdans. C'est bien la première fois qu'on leur demande de présenter un tel document. Bartolome est lui encore plus embêté, il n'a tout simplement pas de manifeste !

Islinna prend les choses en main et devance tous les autres représentants kerdans, prenant par le bras le nobliau elle lui fait son numéro de charme et le guide jusqu’au bureau de la capitainerie en lui comptant les moult aventures qui on conduit à la disparition du manifeste de l'Orso... Fort heureusement le jeune homme hypnotisé par Islinna ne remarque pas le regard assassin que lui jette Vighnu, finalement c'est avec un manifeste tout neuf pour l'Orso que Bartolome quitte la capitainerie. La quarantaine est en revanche très sérieusement appliquée, d’après la garde elle a été mise en place suite à une infestation de puces, des puces qui auraient été amenées par les marins Orsani. Sceptiques les médecins de bord du convoi se demandent comment une quarantaine peut être efficace contre des puces....

Les marins kerdans sont confinés à la forteresse, seule possibilité pour pouvoir sortir de quarantaine se soumettre a un bain d'huile ! le bain est alors censé tuer toute les puces. Peu motivé à subir un tel traitement, Bartolome et ses hommes se contenteront d'acheter quelques fruits pour améliorer l'ordinaire.... les marins en ont marre du poisson séché et de la venaison. Ce sera donc une escale éclair, après une petite journée le convoi repart.

Bastelle

À l'approche de Felriane le convoi se sépare, les Sotorine voguent vers Bastelle tandis que les Maletudine et les Torodine prennent la route de Cassarenne et Farlane. Le temps est sublime, le ciel bleu et l'air doux (12 degrés) un paradis pour les nordistes ! Dès que les navires sont en vue du port de Bastelle, les kerdans à terre interpellent gaiement les marins, il semblerait qu'une petite surprise les attende...

Au débarquement l'équipage réalise que la quarantaine est appliquée à Bastelle, des tentes sont montées sur le quai afin de permettre à tous ceux qui désirent entrer dans les terres de prendre le fameux bain d'huile. Bien qu'à contrecœur tout le monde se soumet au traitement et traverse les tentes pour quitter le port. Revêtu d'habits d'emprunts, l’équipage de l'Orso est accueilli à l'Arche Sotorine par une véritable foule. Vighnu a le tournis devant tant de parents d'Islinna, la jeune femme ne se prive pas de le présenter comme son fiancé ce qui provoque la stupeur de certains de ses parents. Sequino essaye d'organiser l'arrivée de la dernière fournée mais n'est pas préparé a recevoir tant de personnes, Vighnu et Vasco mais aussi Elvisia n’étaient pas prévus. Il faut donc qu'Islinna manœuvre habillement afin d'obtenir une chambre pour le couple. Adira est lui aussi scruté sous toutes les coutures mais présenté par Bartolome comme l'honorable Sénéchal des mines Adira Pratesh, le fehnri est rapidement courtisé par Dominire Sotorine. Dominire flairant la bonne affaire sert de poisson pilote à Adira tandis que tous se séparent le temps de s'installer dans leurs quartiers d'hiver. C'est ensuite bientôt l'heure du repas, c'est un festin qui célèbre l'arrivée des derniers Sotorine attendus, la famille est enfin réunie. Et si les cousins fehnris surprennent, Vasco n'est pas en reste ! Cela fait 20 ans que le maître d'armes n'est pas revenu à Bastelle et le moins qu'on puisse dire c'est que son retour ne provoque pas la liesse imaginée...

Le plan de table est révélateur de la situation. Si Bartolome et Vasco sont placés à la grande table, tous deux s’assoient le plus loin possible de Grand-maman. Quant à Islinna, elle enrage ! La jeune prodige est placée avec son fiancé loin de la grande table avec les Sotorine de la branche mineure de Paremine. Vighnu fait l'effort de la calmer et la rassure en lui disant qu'il ne se sent pas insulté mais Islinna ne peut s’empêcher de remarquer que Dominire a réussi à installer Adira à la grande table entre lui et Ordano l'armateur de la famille, elle fulmine donc. Mais bientôt Grand-maman est conduite à sa place la grande table en chaise roulante, la salle fait silence c'est le moment du traditionnel discours... qui sera exceptionnellement court cette année. Le repas commence dans une joyeuse cacophonie, Vighnu essaye bien de retenir les noms de tout le monde sans y parvenir, Vera raconte ses exploits contre le bessal, Adira discute économie... Bartolome lui est appelé par Grand-maman pour une discussion privée que le géant a bien du mal à aborder sans transpirer abondamment.... Les conversations de table apprennent aux Talendans qu’une épidémie de fièvre Sylvaine sévit dans les duchés côtiers d'où les précautions de quarantaine.

Le jeune couple peut observer depuis sa position en contrebas que Grand-maman s'entretient tour à tour avec plusieurs membres du conseil de famille (dont Ranyella) avant de s'adresser à Sequino et de les fixer... Sequino se rendra alors à leur table pour les convier à un entretien avec la chef de famille. Même Vighnu ne peut empêcher un gloups ! involontaire, légèrement tendus Vighnu et Islinna se lèvent donc pour se rendre à la grande table. Prévoyant une éventuelle joute oratoire, Vighnu et Islinna on élaboré une stratégie. La jeune femme a prévu des cadeaux, le fehnri c'est cuirassé contre les insultes possibles et tous les deux ont convenue de subir les attaques de Grand-maman sans s'attaquer à elle afin de susciter la compassion des autres membres du conseil. Désireux de récupérer du renfort, Islinna et Vighnu battent le rappel en se rendant à la grande table : Vera, Bartolome et Adira les accompagnent. Et devant un tel rassemblement Grand-maman envoie Sequino chercher des alliés, le groupe des Talendans fait donc face à Viola Negrine, Garcian, Santina et Grand-maman. Ranyella est semble-t-il neutre bien que présente à cette introduction.

C'est finalement Grand-maman qui ouvre le bal en s'en prenant à Islinna sous entendant que "l'exotisme" de Vighnu dépassait les bornes. Si le fehnri habitué aux remarques concernant sa couleur de peau laisse facilement glisser, Islinna prend immédiatement la mouche et répond vertement à Grand-maman. Garcian intervient alors pour défendre la doyenne des Sotorine, la discussion tourne au vinaigre rapidement avec la stratégie des fiancés. Adira tentera bien de rallier Ranyella a leur cause grâce à d'habiles insinuations concernant le commerce fluvial talendan mais Grand-maman à bien préparé son affaire et Ranyella ne se mêle pas des démêlés de sa fille. La discussion empire et ce malgré le soutien de Bartolome et Vera... Vighnu et Islinna se font publiquement étriller et quittent le réfectoire la tête basse. Choqués, déçus et humiliés Vighnu et Islinna doivent trouver une nouvelle solution pour que leur demande soit prise en compte. En effet il semble évident que Ranyella ne remettra pas la demande officielle de mariage d'Islinna qui déclencherai la pesée de Vighnu au chef de famille, il faut donc convaincre un autre membre du conseil.

Après ce dîner riche en émotions, toute la troupe décide de quitter l'Arche - ne serait-ce que pour s'éloigner de Grand-maman qui semble désormais inspirer une terreur presque religieuse à nos protagonistes.

Double meurtre, forbans et sentiments

Ainsi, le lendemain tout le monde rembarque sur l'Orso : Bartolome, Vasco, Islinna, Adira et ses deux gardes du corps sont débarqués dans la petite ville de Sainte Maïse pour y visiter les chantiers navals, tandis que le reste du groupe file jusqu'à Farlane, Esébilio voulant consulter les archives du Collège Ducal. Et qu'est-ce qui pourrait mal se passer ? Après tout, les Talendans sont en vacances ! Et pourtant, ils vont tomber non pas sur une, mais deux affaires louches [1] et semblant liées.

Meurtre au collège ducal

La victime : Jehol de Mélanque.

Mais qui a tué Jehol de Mélanque ?

Vera, Esébilio, Vighnu et Enguerrand se rendent au collège ducal où la première souhaite consulter la botaniste Oliane Celsine au sujet de ses découvertes lors de l'épisode de la malédiction de l’écorce et le second, l’historien Jehol de Mélanque pour en apprendre plus sur les ruines solaires. Manque de chance pour le moine, ils apprennent à leur arrivée que le chapitre d’histoire est bouclé suite à l'assassinat du Maître du Chapitre d'Histoire, le fameux Jehol. Le coupable serait un certain Rovisto Celsine, dit l'Antiquaire, réside actuellement dans les geôles du palais. À la demande du Chevalier Hivelin de Calonthe, en charge de l'enquête, Esébilio est promu enquêteur officiel, assistés par ses camarades talendans. Enguerrand quand à lui servira de caution, permettant de garder l'inquisition à l'écart des affaires de la garde[2]. Le chevalier leur explique que Rovisto est un truand notoire, revendant des antiquités solaires, parfois montées de toutes pièces, qu'il est lié à l'ondhor et avait une relation mouvementée avec son Mentor, dû à ses activités. Ils se rendent donc dans les geôles où ils y rencontrent l'Antiquaire qui clame son innocence. Mais peuvent-ils lui faire confiance au vu de sa réputation ? Vighnu, habitué aux malfrats, pense clairement qu'il faut s'en méfier. Toutefois, au vu de l'état du prisonnier, baignant à moitié dans l'eau des geôles souterraines, offre de s'occuper de son état et de lui fait quelques bandages. Reconnaissant, le kerdan explique qu'il enquêtait avec sa soeur et Jehol sur le meurtre de Monrod de Kerheine.

Rovisto Celsine : Le coupable ?

Sa soeur Althéa Celsine, en charge des douanes d'Enssyane fût prévenue d'un règlement de compte entre contrebandiers, ayant laissé une demi-douzaine de cadavres sur plusieurs plages de la baie d'Harel, au sud de Mélanque. L'affaire était assez inhabituelle pour qu'Althéa réclame qu'on lui garde les corps dans une cave bien fraîche et se déplace pour y jeter un œil : parmi eux, elle eut la surprise de reconnaître cette crapule de Monrod de Kerheine, percé de plusieurs coups de lame.

De fils en aiguille, elle se rend à Farlane, persuadée que son frère est lié à l'histoire, sachant que les deux escrocs ont travaillé ensemble par le passé. Elle l'accuse même du vol de cartes à Paremine, qui pourrait être lié aux recherches de Monrod. Après l'avoir convaincue de son innocence et voulant se racheter de ses erreurs du passé[3], il se propose de l'aider et enrôlent l'aide de Jehol de Mélanque. Monrod ayant quitté Felriane précipitamment après s'être fait prendre à fouiller une ruine solaire à Cassarenne, le trio se réparti les tâches.

Rovisto se rendrait à la bibliothèque de Sielle pour y récupérer des cartes marines, Jehol tenterait de rassembler la documentation disponible au collège ducal sur d'éventuelles antiquités ondrènes ou le site "solaire" désormais interdit, et Althéa jouerait de ses contacts à la capitainerie de Farlane pour retrouver la date exacte du départ de l'esneque et des navires "suspects" ayant pris la mer peu après.

Quand l'archéologue regagna Farlane près de 4 jours plus tard avec toutes les cartes qu'il avait pu trouver, il fût aussitôt arrêté par la garde ducale : en son absence, le malheureux Jehol avait été tué lors du cambriolage de son logement, Althéa avait disparue et Rovisto était le seul suspect ! [4]

Ayant enfin une oreille attentive, Rovisto leur suggère d'aller se renseigner auprès de l'équipage de L'Infante, par lequel il est rentré de Sielle et dont l'équipage pourrait témoigner qu'il était à bord quand Jehol a été assassiné. Le chevalier de Calonthe informe qu'il a vérifié à la capitainerie et L'Infante était déjà repartie pour Lycène. Mais elle devrait être arrivée depuis le temps, et les ports de la côte communiquent par pigeons-voyageurs. Alors pourquoi le chevalier n'en a pas envoyé de pigeon ? Premier Mystère !

Il est ensuite fait état d'un vol au Chapitre d'Histoire, qui serait arrivé pendant la captivité de l'Antiquaire. Hivelin suppose que s'il n'est pas directement responsable, il est en cahot avec le coupable. L'Antiquaire explique donc aux talendans, qu'il n'a pas idée de qui à pu commettre le vol, mais se rappelle d'une partie de jeu de paume lors de ses études contre les étudiants du Chapitre de Lettres ayant mal tourné. La fenêtre, par laquelle est passé le ou les voleurs, a été endommagée à l'époque et les étudiants y avait opéré une réparation de fortune, pour cacher les dégâts. Sachant cela et disposant d'un accès à la sous-pente du deuxième étage, il est possible d'extraire, du quadrillage de plombs, les carreaux de vitrail et ouvrir cette dernière. Les seuls dont l'antiquaire se souvient qui étaient présent et ne se sont pas enterrés quelque part sont ses deux anciens camarades Raynald de Véruse et Séléne Negrine. Le premier faisant maintenant parti de l'inquisition et la seconde travaillait à Varangue au dernière nouvelles, ou elle était allée après s'être fait renvoyée du Collège, s'étant faîte pincée à consulter des livres interdits par l'inquisition. Mais comment Hivelin est-il au courant d'une telle histoire ayant eu lieu il y a de ça plusieurs années ? Encore un mystère

Esébilio se prenant au jeu de l'enquête, soutenu par les conseils de Vighnu et l'aide discrète de Vera, arrive à se renseigner sur les autres activitées du prisonnier. Il apprend notamment qu'il a participé à la récupération de nombreux d'artefacts ondrènes[5], régulièrement pour le compte de Monrod de Kerheine. Artefacts servant à avancer la carrière politique de Monrod, espèrant obtenir le titre de Baron de Kerheine. En tous cas, cela lie "l'Antiquaire" via son employeur à l'Ondhor et indirectement, à la conspiration des ondrènes[6]. Vighnu faisant le lien et comprenant l'implication de Rovisto s'emporte et s'exclame : "C'est bien gentil toutes ces histoires, mais vous vous rendez compte que ça coûte la vie à beaucoup de gens dans les Marches du Nord !!!"

Les enquêteurs talendans quittent les geôles pour faire une pause, et essayent d'ingérer toutes les informations qu'ils viennent d'obtenir. Pendant ce temps, Hivelin leur explique que comme tous les chevalier de Felriane, la duchesse lui a confié une quête. La sienne étant de débarrasser Felriane de l'influence de l'Ondhor. Il admet être dépassé, mais est un élève studieux et fait donc de son mieux avec les moyens à sa disposition. Toutefois, le problème est relativement sans précédent pour l'île et la culture felrianaise, peu préparée à ce genre d'organisation criminelle. Il a d'ailleurs déjà perdu un de ses aides qui semblerait en avait découvert un peu trop. Il recherche donc activement du soutien et des renseignements sur l'Ondhor. S'ils ne se proposent pas de passer l'hiver à l'aider, parce qu'ils ont bien d'autres choses à faire, les talendans se promettent de voir s'ils peuvent trouver dans leur connaissances quelqu'un qui pourrait l'aider. Vera croisera Oliane Celsine, la tante d'Althéa et Rovisto (qui ne semble guère émue par le sort de ce dernier), et lui proposera de parler de botanique un peu plus tard.

Après ces discussions, Hivelin propose à Vighnu de vérifier s'il est possible de prendre discrètement une échelle dans la cabane où se trouvent les outils de jardinage et l'amener sous fameuse la fenêtre, sans se faire repérer par les gardes postés autour du jardin. L'assassin fehnri se met à la tâche sans non plus y mettre toute son énergie. Après avoir réussi dans sa tâche, il confirme que quelqu'un disposant de l'information regardant la fenêtre pouvait y arriver, sans être un spécialiste de l'infiltration. Les deux anciens camarades de l'Antiquaire aurait donc pu faire le coup... À moins que le chevalier ne pense-t à quelqu'un d'autre ? Encore un Mystère

Les talendans se rendent ensuite, avec l'antiquaire, portant les fers, au dortoir de Jehol pour étudier la scène de crime. Là, ils y apprennent quelques détails supplémentaires. D'abord Jehol a été étranglé, surement pour le faire parler, pendant qu'une autre personne faisait le guet. Il a ensuite été poignardé, très certainement parce qu'il n'a pas voulu parler. Ils se décident donc à retourner la pièce, à la recherche d'indices que la garde n'aurait pas découvert. Ils trouvent une cache d'où un livre à disparu. Rovisto pense que c'est la copie intégrale de "Stratégies & Stratagèmes" dont disposait son mentor. Hivelin, confie se l'être procuré et l'avoir gardé, pour l'aider dans sa quête. En continuant leurs recherches, Esébilio et Rovisto découvrent un livre dont certains feuillets ont été ajoutés puis proprement recoupé pour ne pas paraître trop suspect. Et là c'est la surprise, ce sont des feuillets imprimés en vieux hornois. Les deux érudit vraiment intéressé par les feuillets sont vite déçu, Hivelin confisque l'ouvrage avant qu'ils n'ai pu l'étudier. Vighnu quant à lui, observant l'expression des deux érudits, secouera la tête, semblant se résigner de leur ignorance des techniques d'impression modernes !

Les enquêteurs se dirigent ensuite vers la bibliothèque pour essayer de découvrir ce qui a bien pu y être subtilisé. Mais plus intéressée par ses questions initiales que d'aller fouiller de vieux documents, Vera décide d'aller finalement rendre visite à Oliane Celsine qui lui avait laissé entendre qu'elles pourraient discuter, un peu plus tôt. Le chevalier de Calonthe la fera accompagner d'un garde, armée d'une hallebarde, à la mode Felrianaise. Une fois en compagnie de la Maître du Chapitre de Botanique, elle lui présentera des restes des fameuses ronces noires de la forêt maudite, s'attachant à être suffisamment vague sur leur provenance exacte. Après de longues explications et échanges entre les deux botanistes, Oliane semble très intéressée par l'étude du spécimen et recommande à Vera de lui trouver un nom, après tout, c'est elle qui l'a découvert. Elle lui demande aussi si elle pourrait se procurer des spécimens vivants pour effectuer une analyse plus complète. Puis, Vera, s'aperçoit que la Celsine tergiverse, fait des allusions à une edelweiss, plante que l'on trouve surtout en hauteur, qui serait hors de vue... Et soudain, elle comprend que la botaniste fait référence à sa nièce Athéa ! Elle parle en jargon florale pour ne pas éveiller l'attention du garde, toujours posté devant la porte. À mot couvert, elle lui fait comprendre que la questora est responsable du vol des documents du Chapitre d'Histoire et se cache non loin ! La tata propose à la kerdane de les faire se rencontrer le soir même après la fermeture de la serre du jardin ducal. Et si possible, l'aider à s'échapper ! Et deux mystères résolus d'un coup par Vera !

Retournons à la bibliothèque ! Esébilio et Rovisto découvrent tout un tas de documents qui n'intéressent que les deux archéologues, comme la thèse d'Eva Celsine[7], une version "expurgée" de Stratégies & Stratagèmes, annotée par Jehol et surtout qu'il manque tout un tas de documents concernant les ruines solaires ! Une fois les deux archéologues bien épuisés, Vighnu en profite pour faire cracher l'antiquaire, persuadé qu'il avait "omis" certaines de ses activitées... Et il n'est pas déçu, découvrant l'étendue de l'implication de l'antiquaire dans le trafic d'artefacts, faux documents et même recel de textes de sorcelleries pour l'Ondhor, pour qui il travaille en fait principalement. Les suspicions de l'apothicaire définitif concernant le kerdan étaient donc bien justifiées !

C'est finalement en fin de journée, après toutes ces découvertes que les investigateurs en herbe se rendent à l'Alidade pour débriefer. Vera leur explique alors les échanges qu'elle a eu avec Oliane Celsine. Le groupe se concerte et commence à planifier la façon de faire sortir Althéa de sa cachette et l'emmener hors du comté pour la mettre à l'abri du chevalier de Calonthe. Finalement, Vighnu propose de ne pas déjà partir sur des plans les mettant à défaut avec la garde, mais plutôt de proposer à Althéa de se rendre. Parce qu'il ne veut pas se mettre en porte-à-faux avec grand maman, qu'ils peuvent surement s'arranger autrement et finalement, qu'ils n'ont pas besoin de s'impliquer autant pour des gens à qui ils ne doivent rien. Et s'ils veulent obtenir des informations d'Althéa, ils peuvent bien le faire, même si elle se rend. De plus, ils savent qu'ils sont suivit par un garde felrianais rapportant leurs faits et gestes à Hivelin. Le petit groupe accepte finalement les arguments du Fehnri.

Althéa était cachée dans la serre du jardin ducal !

Voyant l'heure tardive, Vera se rend précipitamment au jardin avant la fermeture. Si les gardes grommellent en la voyant arriver, ils la laisse finalement passer, puisqu'elle va voir la Maître du Chapitre de Botanique. Pendant ce temps, Esébilio et Vighnu attendent en dehors, prêts à agir si leur aide devenait nécessaire. Une fois Oliane débarrassée des derniers étudiants, elle va chercher sa nièce au fond de la serre. Cette dernière à l'air dans un état aussi pitoyable que son frère et visiblement en train de faire une crise. Son état s'explique par la huitaine qu'elle vient de passer en n'ayant que des plantes pour compagnie et en étant recherchée par la garde et probablement les assassins de Monrod et Jehol. Si elle confirme qu'elle a bien volé les documents du Chapitre d'Histoire pour faire innocenter son frère. Elle n'a en revanche toujours pas la moindre idée de qui est responsable de la mort de Monrod de Kerheine ou de celle de Jehol. Il faudra la force de persuasion de Vera et de sa tante pour qu'Althéa admette de se rendre à la garde, cette option étant finalement la plus raisonnable pour faire avancer les diverses enquêtes en cours.

C'est donc en compagnie d'Althéa et d'Oliane que Vera sort des jardins et est accueillie par le chevalier de Calonthe. Hivelin, perspicace s'attendait à ce que les talendans retrouvent la questora ! Après avoir débriefé, elle confirme donc que son frère est innocent du meurtre de Jehol dont les engueulades étaient surtout des remontrances du vieux maître envers son disciple indiscipliné. Elle discutera aussi avec Vighnu de la Conspiration des Ondrènes, laissant entendre qu'elle connaît l'identité du Roi des Ondrènes mais ne la révèlera pas, puisque sa connaissance signifie la mort. L'assassin fera remarquer que bon, elle, elle est encore en vie, alors lui devrait pouvoir se débrouiller, mais n'arrive pas à convaincre la questora.

Finalement, le Chevalier de Calonthe acceptera de libérer Rovisto, emprisonnant sa soeur à la place. Il avouera s'être douté que l'Antiquaire était innocent, mais il lui fallait un coupable, et au vu de l'implication de Rovisto et de ses activités criminelles... Quant-à Althéa, il avait aussi deviné qu'elle était responsable du vol au Chapitre d'Histoire pour couvrir son frère, d'où la demande faite à Vighnu dans les jardins ducaux. Il promit toutefois de la libérer si son frère arrive, en premier lieu à prouver / infirmer l'implication de Valéria Torodine dans le meurtre de Monrod. Après tout, c'est une pirate et elle serait partie une demi journée après le Lorunois et revenue ensuite. Et surprise, c'est une ancienne associée de Monrod et Rovisto ! Finalement, l'Antiquaire doit lui fournir l'occasion d'arrêter Halbjorn "le Foën" ou Killhaig "l'Écailler". C'est donc suite à cela que Rovisto se joindra temporairement aux talendans.

À Sainte-Maïse

Farlane-01.jpg

À peine débarqué de l'Orso, Vasco quitte ses compagnons pour aller se balader dans la charmante bourgade, peu désireux d’aller trainer sur un chantier naval tenu par des Melangoline. Le reste du groupe fonce vers les quais, mais - surprise ! - ils sont fermés ! Visiblement, sans rendez-vous, impossible d’aller voir les bateaux, apparemment à cause d'une sombre histoire de quai qui aurait été endommagé par un navire. Pour obtenir plus de renseignemnts, le groupe se rend au comptoir des Melangoline où Islinna demande directement à parler à Salomé Melangoline. Cette dernière recoit les Talendans sans tarder et Islinna et elle se livrent à un échange d’aimables hypocrisies (Islinna offrant même à Salomé un panier en osier moche fabriqué par un artisan Liam’Lon). Salomé interroge également Bart' sur son expédition boréale. Bartolome raconte alors le périple, les dangers du Grand Nord, les distances… et Islinna commence à en rajouter des tonnes sur les horribles Semi, le terrible froid polaire, les affreuses étendues glacées... dans une tentative de dévaluer le comptoir d’Écume 7 sur lequel lorgne Salomé ! Pendant cette discussion, Lutvik - le discret garde du corps d'Adira - était resté debout. Et il se demandait pourquoi les rideaux du bureau de Salomé étaient tirés en plein jour. Peut-être pour cacher la vue sur les quais ? Il se débrouilla pour jeter un œil discrètement. Et il ne fut pas déçu : point de “travaux sur les quais”, mais une nef en train de se faire caréner. Une nef avec des marques maousses sous la coque... comme des marques de griffes géantes !

Malgré l'insistance d’Adira auprès de Salomé, pas moyen d’obtenir un rendez-vous sur le chantier naval avant trois jours. Ayant du temps à tuer et cherchant un endroit où manger, les Talendans tombent sur ce cher Almerino Maletudine. Il cherchait justement Bartolome, parce qu’il souhaite attaquer une taverne ! Et plus spécifiquement la Cambuse : un repaire de pirates de l’Ondhor situé non loin sur la côte. Comme personne ne veut l’aider, et que c’est dangereux et idiot, il a naturellement pensé à Bart'...
“Allez, aidez-moi ! Là-dedans, il y a tous les chefs pirates qui attaquent les routes commerciales que je suis censé protéger ! On attaque, on les tue, ils seront désorganisés pendant des mois !
- Mais tu n’as pas tes hommes ?
- Nan... mon équipage veut pas. Et les Maletudine ne veulent pas me donner des hommes ! Même Vasco s’est débiné : je l’ai croisé, il m’a dit qu’il est en vacances ! Alors je m’suis dit : c’est un travail pour les Talendans !
- Mais ils sont combien là-dedans, tes pirates ?
- Oh... Pas plus d’une centaine !”

Considérant le rapport de force, même Bartolomé a trouvé prudent d’aller d’abord manger un morceau avant de charger sabre au clair. Usant de tous les arguments possible, Almerino a même dit à Bart' qu’en ce moment, à la cambuse, il y avait Valeria Torodine... l'ex de Bartolome, qu'il n'a pas revue depuis six longues années. Autour d’un plateau de fruits de mer, les Taledans convennient d’aller d’abord se renseigner là-bas, avant d’envisager une attaque. Almerino leur apprend également que le mystérieux navire en réparation serait un navire Torodine parti de Loralne (dans le comté de Lorune) qui aurait eu des "ennuis" dans le golfe de Meren.

Intrigués par cette affaire, les Talendans décident de d’abord se renseigner sur ce mystérieux bateau en carénage. Bert' et Adira vont poser des questions dans les rades à marins, cherchant des hommes d’équipage ou des passagers. Mais ils font chou blanc : personne ne sait rien. Heureusement Islinna est allée à la capitainerie et a tiré les vers du nez à une espèce de chevalier felrianiais. Il faut dire que selon le chevalier, cette histoire était pleine d’irrégularités et d’entorses au règlement. Le navire serait l’Antonella, une nef appartenant aux Torodine. Le navire a accosté directement au chantier naval sans passer par le port de Farlane (première irrégularité !). C'est un émissaire de l'Arche Torodine qui est venu faire enregistrer le navire, pas le capitaine du navire (deuxième irrégularité !). Sa cargaison était bien légère (et ils sont pas passés par les douanes, troisième irrégularité !), mais il y aurait eu à bord 250 passagers ! Et comme Adira et Bart' n'ont croisé aucun de ces nombreux passagers dans les auberges, cela doit signifier que les passagers de l’Antonella ne sont encore en quarantaine et n’ont jamais quitté le chantier naval. Justement, il y a sur les quais un navire à l'ancre précisément placé de sorte à bloquer les regards trop curieux : les passagers de l'Antonella seraient-ils à son bord ?

Après ce repas, le groupe est rejoint par les "universitaires" de retour du collège ducal. Un échange d'informations s'ensuit... ainsi qu'un échange de regards noirs lorsque Rovisto et Bart' comprennent qu'ils sont tous les deux les ex de Valeria Torodine ! Bartolome n'a pas trop l'air de croire que son ancienne compagne puisse être mêlée à une aussi sombre affaire de meurtre, mais il convient que le plus simple est d'aller lui demander. Rovisto, Adira et ses gardes Lutvik & Brengarn sont prêts à l'accompagner. N'ayant que peu d'espoir d'y trouver du monde avant le soir, il reste l'après-midi à tuer. Cela tombe bien : Adira a été averti par Vighnu qu'en tant que Fehnri il doit impérativement aller se présenter au Khujayan, l'équivalent d'une ambassade de l'empire de Fehn. C'est donc vêtu de ses plus beaux atours de Sénéchal des Mines que l'entreprenant Adira se rend au Khujayan. Les lieux sont luxueusement décorés et Adira est reçu par une assistante de la Matriarche. Cette dernière semble vouloir s'assurer que la bonne réputation des Fehnri à Felriane ne sera pas entachée par cet exilé, mais visiblement le statut d'Adira semble la rassurer... au point qu'elle lui propose même de participer à son achat de navire !

Rovisto, Bart' et Lutvik n'ayant pas été admis dans les locaux, ils en profitent pour essayer d'en savoir plus sur ce qui se trame sur les quais du chantier naval. Cherchant un bon point de vue, Lutvik avise le clocher du Temple des Pères. Et pendant que Bart' et Rovisto occupent le prêtre avec des questions religieuse, Lutvik se glisse dans le clocher avec la longue-vue de l'Orso - prêtée par Bartolomé. Depuis son clocher, Lutvik a une bonne vue sur l'Antonella et remarque que la coque est décolorée par endroits, comme par une substance alchimique corrosive. Sur le pont du bateau qui "cache" la vue sur le port depuis l'extérieur, il peut confirmer la présence de passagers et de gardes Torodine qui sont visiblement là pour les empêcher de sortir. Un accès par chaloupe ou même à la nage est possible.

À la Cambuse

Le soir venu, Bartolome, Adira, Rovisto, Lutvik et Brengarn partent à pied vers l'auberge de la Cambuse. Ils sont rejoints en route par Almerino, qui s'est "déguisé en pirate". Son costume étant peu crédible (il ne lui manque guère que la jambe de bois), Lutvik lui donne quelques conseils pour améliorer cela. La Cambuse est un assez vaste corps de ferme pas très bien entretenu et entouré d'un petit mur. De nuit, c'est très animé : il y a tellement de monde que les clients se déversent à l'extérieur. La clientèle est majoritairement ondrène (à 60%), le reste se répartissant entre kerdans (beaucoup de Maletudine) et felrianais. Il y a là une grande salle avec un comptoir, une mezzanine et un étage, une cour intérieure remplie de clients, et de l'autre côté de celle-ci une dépendance avec des chambres (où exercent des filles de joie). Rovisto demande immédiatement au barman où il peut trouver Valeria, et on lui répond que "Madame Valeria" est en réunion à l'étage et qu'il n'est pas question de la déranger. Diable : cette grande réunion de capitaines pirates dont Almerino a entendu parler, ce serait donc Valeria qui en serait l'organisatrice ? Mais Adira a attiré l'attention : il faut dire qu'il est le seul "noir" de l'endroit, alors on lui pose des questions. Il lui faut toute sa faconde pour échapper aux ennuis en expliquant qu'il est là pour recruter un équipage.

C'est alors que la porte de l'étage s'ouvre, et que plusieurs personnes ressemblant à des capitaines pirates descendent l'escalier, accompagné de Valeria - vêtue d'une armure de cuir noir du plus bel effet. Rovisto s'écrie "Hé Valeria !" en lui faisant des grands signes. Cette dernière tourne la tête, manque de rater une marche en apercevant "l'antiquaire", puis des hommes au teint bistre, des Hornois, se jettent sur Rovisto qui est embarqué manu militari. Valeria remarque alors Bartolome, manque à nouveau de rater une marche et a un mince sourire. Et lorsque les hommes de Valeria s'avancent menaçants vers Bart, Valeria dit simplement "non, celui-là est avec moi."

Valeria Torodine : une proposition qu'on ne peut pas refuser...

C'est ainsi que Rovisto, Bart, Valeria et les peu amènes Hornois se retrouvent à l'étage pour une petite conversation. Valeria mène rapidement les débats et apparaît très sûre d'elle-même. Elle est pressée de savoir comment Rovisto a réussi à sortir de prison ("ah tu étais au courant de mon arrestation ?") et les tentatives de Rovisto pour retrouver un peu de leur complicité passée échouent lamentablement (à la grande satisfaction de Bart' qui assiste à la scène sans rien dire). Mais bon, Rovisto est là, alors autant qu'il serve à quelque chose. Valeria explique alors qu'elle discute avec des capitaines pirates d'une "proposition" qu'elle a à leur faire de la part d'un groupe "d'investisseurs" (les Hornois). Au début, certains capitaines qui ont pris à la légère sa proposition. Ils sont morts et depuis on l'écoute avec bien plus d'attention. Valeria indique alors une grande carte étalée sur la table. La carte semble représenter approximativement le golfe de Meren est des positions sont repérées grossièrement par des couteaux plantés sur la carte. Les points indiquent l'emplacement de "trésors" que ses "investisseurs" souhaitent récupérer, en échange d'or. De beaucoup d'or (au point que Valeria a pu s'offrir rien de moins qu'une nef). Pour Rovisto, il ne fait aucun doute que les points sur la carte sont d'anciens temples des Eaux Jumelles. Rovisto demande alors à Valeria ce qu'elle compte bricoler avec des Artefacts Premiers qui ont pour fonction de protéger la navigation dans le Golfe de Meren.
"Et bien justement, mes associés souhaitent rétablir la protection, parce qu'elle ne marche plus très bien, au point que des navires commencent à être attaqués, explique Valeria.
- Comme l'Antonella ? intervient alors Bartolome.
- Oui, il semblerait qu'il ait été attaqué par une sorte de méduse géante. Si on remet les trésors en place, on règle le problème et en plus on y gagne de l'or !
- En somme, tes investisseurs sont des philanthropes ?
- Exac-te-ment ! D'ailleurs, il parait que tu as un navire à toi, maintenant ?
- Euh... disons qu'il reste des problèmes de parts à régler, parce que j'ai un associé, qui est en bas d'ailleurs, mais en gros oui...
- Et bien, n'as-tu pas envie de devenir riche en travaillant avec moi ? Cela réglera tes problèmes de parts...
- Hum, je ne sais pas, je trouve cela louche ton histoire. Les artefacts anciens, ça a tendance à te péter à la figure et cela ne m'incite guère à la confiance.
- Rhoo... Mais tu sais, il y a un problème : c'est que mes investisseurs tiennent à la discrétion, et que tu en sais désormais beaucoup trop.
- Gloups..."

Puis Valeria confirme à Bart' et Rovisto que c'est bien elle qui a arraisonné le navire de Monrod de Kerheine : elle n'allait pas le laisser se tirer avec l'artefact qu'il venait d'exhumer à la Pointe de la Lyre (à l'ouest de Cassarenne) alors même que ses investisseurs et elle s'échinent à remplacer ceux qui manquent à Felriane. L'engin est actuellement stocké à la Cambuse, tant que l'Inquisition occupe le site en empêchant les troupes de Valeria de l'y remettre. Les Hornois montrent même l'objet : il est enfermé dans un cube de métal anormalement lourd.

Valeria fait alors enfermer Rovisto dans une malle ("parce qu'il ne m'a toujours pas expliqué comment il est sorti de prison") et redescend au bras de Bartolome vers la salle, pour y rencontrer son fameux associé. Et lorsque Valeria aborde Adira, ce dernier a la nette impression que la Capitana est en train de se demander avec quelles épices elle va l'assaisonner... L'escorte Hornoise de Valeria fait dégager une table et Adira, Bart' et Val se retrouvent tous les trois à discuter, isolé du reste de la Cambuse par un rideau hornois. Val présente son offre au Fehnri : elle est prête à payer 1000£ pour chaque "trésor" qu'on lui ramène et il en resterait au moins 5 à retrouver. Adira parait réceptif à la proposition. Quant à Valeria, elle a l'air plus qu'intéressée par l'idée d'avoir un équipage comme celui des Talendans, comportant un archéologue compétent. Bart' intervient pour demander à Valeria si elle ne craint pas que le souci de discrétion de ses "investisseurs" ne s'étende à elle-même : une fois le travail fait, pourquoi les Hornois ne se débarrasserait-ils pas d'elle ? Val écarte l'idée d'un revers de la main, affirmant que les Hornois ne vont pas tuer la centaine de pirates qui sont sur l'affaire. Alors que l'on commence à discuter d'un potentiel contrat, le son d'un violon résonne dans la cour, des cris saluent les premiers danseurs et Valeria entraîne Bartolome sur la piste improvisée. Tout en serrant Bart de beaucoup plus près que nécessaire, Val entreprend de l'interroger sur Tal Endhil. Quelles sont les opportunités là-bas ? Y a-t-il des Hornois ? Un peu interloqué, Bart' répond que c'est effectivement un endroit où l'on peut refaire sa vie et qu'il y a quelques Hornois en effet.

Pendant ce temps, Lutvik essaie de voir s'il peut trouver une fille pour son frère Brengarn et en profite pour prendre le pouls de la Cambuse. Il lui apparait rapidement qu'il y a deux clans parmi la clientièle : une moitié semble plutôt favorable à Valeria et l'autre plutôt hostile. Une bagarre a même manqué de démarrer, et c'est l'opportune arrivée de la musique qui a désarmocé la situation. Il semble de plus à Lutvik que ce sont les gars du Graf Halbjorn "Le Foëne", qui dirige théoriquement l'Ondhor de Felriane, qui cherchaient l'embrouille aux nouveaux amis de Valeria...

De retour à la table d'Adira, les discussions reprennent lorsqu'un Hornois intervient soudain dans la conversation pour demander à Adira (en se faisant traduire par Valeria) s'il connaîtrait un certain Dharomjarn. Adira répondant par l'affirmative, les Hornois lui confient un étrange message à son attention : la Resplendissance est en route vers le nord. Les Hornois imaginaient sûrement que le Fehnri ne comprendrait rien à ce message, mais c’était sous-estimer l’intérêt de l’honorable Sénéchal des Mines pour les vieilles pierres. En effet, Adira fait immédiatement le lien avec les Resplendissantes, les femmes nobles Hornoises qui auraient été mises à l'abri de l'envahisseur Réman lors de la Chute de Horne. Ces mystérieux investisseurs Hornois chercheraient-ils en fait à envoyer vers le nord les dernières femmes nobles Hornoises, sur lesquelles repose l'avenir de leur peuple ? On comprendrait qu'ils soient prêts à tout pour assurer la sécurité d'un tel équipage ! Le plan Hornois est donc de récupérer des "balises marines" situées majoritairement sur les côtes ondrènes pour rétablir les protections autour de Felriane, de nombreux artefacts de l'île ayant été pillés.

Troublés par cette déduction et par la curiosité de Valeria quant à Tal Endhil, Adira et Bart' commencent à questionner la Capitana. Ils finissent par comprendre que malgré ses dénégations, elle est inquiète du sort que lui réservent les Hornois... et qu'elle irait bien se planquer à Tal Endhil. En fait, Valeria est tombée sur les Hornois un peu par hasard à une époque où elle était un peu désargentée (c'était après qu'elle a volé un artefact connu comme le bouclier d'Horbram avec Rovisto). L'or hornois est donc tombé à pic, mais en réalité elle n'est même plus maîtresse de son propre navire, la Prenumbra : une douzaine de Hornois y ont établi leur quartier général, dont leur chef, un "Inflexible" qui n'a pas l'air de plaisanter. Quand Valeria a aperçu Bart' à la Cambuse, elle l'a donc probablement un vu comme une planche de salut. Pour finir, Valeria explique que ce sont d'ailleurs les Hornois qui ont éliminé le malheureux Jehol de Mélanque : leur objectif était "seulement" de récupérer les documents pointant vers les anciens temples des Eaux Jumelles où devraient se trouver la plupart des artefacts, mais l'opération aurait "un peu dérapé".

Les Talendans se disent alors qu'il va falloir faire part de leurs découvertes à leurs compagnons, notamment Esébilio. Valeria ne semble pas décidée à libérer Rovisto : visiblement elle se méfie surtout de sa sœur Althéa. Quant à Bart, l'esprit probablement échauffé par sa danse, il entreprend de renouer avec son ancienne compagne et finit la soirée dans le lit de Valeria. Commence alors pour Rovisto une nuit éprouvante : il est enfermé dans une malle, dans une pièce qui sert de dortoir à cinq Hornois ronflant lourdement, tandis qu'il entend en provenance de la chambre voisine grincer le lit de son ancienne amante. Par rapport à son ancienne geôle, au moins est-il désormais au sec...

Confidences sur l'oreiller

De l'autre côté du mur, dans la chambrette qu'elle occupe sous les toits de la Cambuse, Valeria scelle en effet bruyamment ses retrouvailles avec Bartolome. Puis, ruisselante de sueur, elle s'effondre satisfaite sur la confortable bedaine de Bartolome et, tout en faisant courir ses doigts sur cette nouvelle cicatrice, lui dit en Kerdan : "Ça te dirait de voler 5000 £unes et de filer au bout du monde ? On m'a laissé entendre que c'était le phare de l'Humanité..." Bartolome se rappelle alors à quel point cette femme et son audace folle lui ont manqué. Il prend un air intéressé et tout en lui carassant les cheveux lui demande :
"Voler tes chers investisseurs ? Voilà qui me plaît beaucoup plus. Je n’ai aucune confiance en ces types et leur plan avec les artefacts sent pas bon. Mais 5000 lunes, c’est juste ce qu’il leur faut pour payer les artefacts, non ? Ils doivent avoir beaucoup plus d’or. Où ont-ils planqué cela, sur ton navire ?
- Malheureusement, s'ils ne demandent que cinq de ces engins, c'est parce qu'ils n'ont pas de quoi en racheter d'avantage et qu'il a déjà fallu que je négocie longuement pour que les pirates acceptent ce prix. Néanmoins, il n'y a guère plus de 2000 £unes à la Cambuse : le reste est sur la Penumbra, avec la plupart des Hornois, et il faudrait déjà se débarrasser d'eux. Leur putain d'Inflexible a l'air de croire que mon navire lui appartient...
- À mon avis, dans sa tête d’inflexible, ton navire lui appartient effectivement, puisque sitôt ta mission terminée, il te fera embrocher. Il prend juste un peu d’avance. Mais comment tu vois les choses, alors ?
- Moi, mon gros chéri, ma priorité c'est de me débarrasser d'une bande de Hornois franchement coriaces, et il faut que je le fasse avant qu'ils décident de se débarrasser de moi, mais sans y laisser ma nef et sans que leurs copains – d'Aroche ou d'ailleurs – ne sachent jamais que j'ai participé à les éliminer. Parce que si ces connards de fanatiques apprennent que j'ai ruiné leurs espoirs d'avoir enfin un peu de chatte et de perpétuer leur caste à la con, ils ne me lâcheront plus jamais. Mais, heureusement, j'ai un plan..."

Valeria se redresse à genoux dans le lit dévasté, chasse derrière elle les mèches noires qui lui chatouillaient les seins et prend un air mutin pour s'expliquer : "On n'a pas besoin qu'ils crèvent tous : juste que l'inflexible et assez de Hotars y restent pour qu'ils doivent abandonner leur projet, et donc qu'ils me lâchent les basques. Et le meilleur moyen qu'ils acceptent que la plupart de leurs gars ont disparu corps et bien sans que ce soit de ma faute, c'est qu'ils soient bouffés par un monstre marin ! Un sacrifice héroïque contre une bête démoniaque, c'est vraiment ce qui les excite le plus, une grosse saloperie a déjà attaqué l'Antonella et il faudrait que quelques-uns survivent pour raconter cette épopée tragique pour que les autres la croient. Si l'attaque du monstre pouvait être notoire ce serait encore mieux mais, attention, c'est là qu'est le problème : il ne faut pas que ça se passe sur ma nef, évidemment. J'aimerais bien récupérer la moitié de leurs 5000 £unes pour mes frais et tout le boulot qu'il a fallu fournir depuis que j'ai accepté de les embarquer mais, si tu m'aides, en plus du privilège de ma compagnie, l'autre moitié est pour toi !"

S'il a un peu fait la moue au “gros chéri”, Bart a fini par regarder Valeria avec admiration. “Quelle classe, cette nana, quand même” se dit-il pour lui-même. Puis un déclic se fait en lui et il pense : “Mon vieux Bart, tu es encore amoureux d’elle, tu n’es pas dans la merde...”

Et pourtant, il s'entend répondre à Valeria : "J'adore ton plan."

Négociations

Carte montrant la position des "balises marines" (triangles blancs) selon les informations connues de nos protagonistes.

Deux nuits plus tard, les Talendans retournent à la Cambuse. Ils ont pris le temps de mettre en commun leurs découvertes. Ni Vighnu ni Adira ne semblent convaincus par l'offre de Valeria, qu'ils soupçonnent de vouloir leur faire un coup en traître. Nos protagonistes décident pourtant d'accepter son offre d'aller chercher une "balise marine" à Lycène en échange de 1000 £unes, afin d'avoir accès à un artefact pour qu'Esébilio puisse l'étudier. Ils conviennent également d'aller demander conseil à Grand-maman, dont la vision "géopolitique" des implications du plan Hornois risque de leur être utile. Adira aimerait également soustraire Rovisto à Valeria, on a toujours besoin d'un "archéologue" dans les Marches du Nord (même si Bart' a l'air de penser l'antiquaire est très bien dans sa malle).

Tout le monde, y compris Rovisto, se retrouve donc dans la "salle des cartes", à l'étage de la Cambuse. Sous prétexte de négocier les conditions financières et l'assistance de Rovisto, les Talendans essaient de tirer les vers du nez aux Hornois. Ils identifient ainsi que les Hornois de la Cambuse ont un "chef", un certain Hardhrash qui comprend suffisamment de Kerdan pour tenir une conversation. Ils apprennent ainsi que les Hornois sont originaires du Bastion d'Aroche et que c'est là qu'ils entendent convoyer "la Resplendissance". Leur point de départ, là où se trouve la Prenumbra (la nef de Valeria), est Felriane, plus précisément une île située au sud-est de l'archipel. Valeria et les Hornois admettent également avoir déjà envoyé deux autres équipages en quête des balises marines : un équipage Orsani a pour un objectif une crypte située à Orsigile (mais Valeria doute franchement que des pirates soient capables d'accéder à une crypte) et l'autre a été envoyé vers les îles Triton. Adira essaie également de négocier l'aide de Rovisto pour les recherches : si les Hornois n'entendent pas le libérer maintenant, ils sont d'accord pour le libérer une fois la mission achevée - à condition qu'il suive Adira dans le lointain Bailliage de Tal Endhil.

Esébilio et Rovisto examinent du coin de l'œil la carte étalée sur la table. Rovisto peut constater qu'il s'agit de la carte qui avait été volée à l'université de Paremine par Monrod de Kerheine. Si les couteaux qui marquaient des positions ont été retirés, il reste des marques permettant de deviner la position d'autres artefacts : un à Élorsame, un à Léandre, un à Delarane. Sachant que l'artefact que Valeria les envoie chercher se trouve au large de Lycène, plus précisément dans les îles Lucanes, et que les Talendans savent que deux autres artefacts se trouvent pour l'un à Cassarenne (à la pointe de la Lyre, c'est celui volé par Monrod) et pour l'autre à Efferdame, ils commencent à avoir une assez bonne idée de ce qu'ils recherchent. Et d'ailleurs, c'est assez bizarre : avec tous ces artefacts encore en place, comment se fait-il que le dispositif de protection ne fonctionne plus ?

Retour à Bastelle

Après cet entretien, nos Protagonistes (ainsi que Vasco et Ordano) reprennent la mer pour aller présenter l'affaire auprès de Grand-maman. Sur l'Orso, Bartolome essaie encore de convaincre Adira de l'intérêt de recruter Valeria pour leurs affaires. De fil en aiguille, Bartolome finit par confesser certains des éléments les moins glorieux de son association passée avec Valeria : son passé de contrebandier et de trafiquant d'Herbe-Nuage, leur affrontement avec l'Ondhor de Darverane, et comment Ranyella a résolu l'affaire en jetant Valeria aux loups. Voilà pourquoi Bartolome souhaiterait impliquer Valeria au minimum dans les explications qu'ils serviront à Grand-maman, d'autant plus qu'il ne sait pas si cette dernière a été mise au courant de l'affaire par Ranyella... L'idée serait de présenter Valeria comme contrainte par les Hornois et donc une potentielle "alliée de l'intérieur" dans cette histoire.

Les Talendans décident alors d'expliquer leur plan à Ordano Sotorine, pour voir si leur histoire est crédible. Le vieux cartographe se révèle étonnament enthousiaste ! Il semble avoir envie d'aventure et plutôt que de moisir à Bastelle avec toute sa famille qui lui demande des nouvelles de sa santé fragile, il irait bien chercher des artefacts anciens dans les Îles Lucanes. Il suggère même que Valeria pourrait être embauchée pour tailler des croupières aux pirates du Golfe de Meren : cela pourrait faire de l'ombre aux Maletudine qui sont censés sécuriser la zone contre les pirates, aidant ainsi les Sotorine à récupérer la traite du sel. Adira souhaite également mettre en avant ses très bons contacts avec le Khujayan, qui lui offrent la possibilité d'importer du bois de Fehn. Ajouté à la commande de navires par Adira et Bart', il y aurait de quoi relancer les chantiers navals de Bastelle.

Mais il faut d'abord vérifier auprès de Ranyella ce que Grand-maman sait de Valeria. Arrivés à l'Arche, les Talendans apprennent que cette dernière est en ville avec Diovire pour recruter des équipages. Partant à leur recherche, ils les retrouvent tous deux dans une taverne, joyeusement éméchés alors qu'il n'est même pas midi. Il faut dire qu'ils viennent de découvrir la valeur de la part d'ivoire que le duo Adira-Bartolome leur a versé en échange de l'utilisation du comptoir Sotorine d'Écume 7. Ranyella vient de réaliser qu'elle n'aura pas besoin de l'argent de Grand-maman pour recruter, et surtout que pour la première fois depuis bien longtemps, les Sotorine "des Lacs" vont rapporter de l'argent à la famille ! Ça se fête, non ? Profitant de cette bonne humeur et d'un plateau de fruits de mer, les Talendans lui présentent leur plan. Si Ranyella fait une mine particulièrement sombre à l'évocation du nom de Valeria, elle confirme que Grand-maman n'a jamais été mise au courant de l'histoire. À vrai dire, même Diovire découvre une partie de l'histoire de son frère...

Il est temps de proposer l'affaire à Grand-maman. Une sorte de mini conseil de famille est réuni, avec face aux Talendans principalement les Sotorine de Bastelle. Les Talendans ont beau avoir bien préparé leur affaire, et profiter du soutien d'Ordano, des cris de "mais c'est de la folie !" s'élèvent assez vite. Islinna, qui parle au nom du groupe, a beaucoup de mal à convaincre Theresa, l'intendant Sequino, l'avoué Thadéo et Chesare du bien fondé de leur aventure. Mais la chance [8] est avec eux : Grand-maman est prise d'une quinte de toux et on doit l'évacuer. C'est une sorte de victoire par forfait : les Talendans n'ont pas gagné le soutien de Grand-maman et ses conseils, mais tout au moins elle ne s'y oppose pas.
C'est mieux que rien...

Bartolome, Islinna, Vighnu et Esébilio décident alors d'embarquer en direction des Îles Lucanes sur l'Orso pour en apprendre plus sur l'artefact situé sur place. Ils seront accompagnés pour l'occasion d'Ordano et de Vasco. En route vers l'Épisode 36) "Profondeurs" !



Notes

  1. On pourrait même parler de deux affaires à la Hornois le noeud.
  2. L'autorité des malnides étant déjà affaiblie entre autre les kerdans et le culte des pères, ne pas les impliquer évite de leur donner des munitions pour leurs différentes manoeuvres politiques
  3. Voir le dénouement de l'expédition du Bouclier de Horbram
  4. Plus de détails sur l'enquête d'Althéa peuvent être trouvés sur les pages respectives d'Althéa, Rovisto et Jehol de Mélanque
  5. Recherches relatées sur la page de Rovisto
  6. Il a, entre autres, été mandaté par Monrod pour retrouver la couronne des Ondrènes, dont les talendans ont entendu parlé par le passé.
  7. Comparant les divergences grammaticales du Vieux Hornois, de la Langue Côtière et du Haut-Kerdan pour dater leur séparation de la "Primographie"
  8. Et une dépense conséquente de points d'Histoire...



Épisode Précédent ← | → Épisode Suivant
<< retour à la LISTE des ÉPISODES