Écume 4 : Différence entre versions

De Marches du Nord
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
D'après l'historien [[Demetrio Celsine]], la navigatrice kerdane '''[[Celsine#Felriane, Lycène et le Nord|Sequana Celsine]] fût la première à débarquer dans [[la Conque]] en -118''' avant l'[[Ère Impériale]], et pris contact avec les indigènes '''[[Otlalnan]]''', passant plusieurs mois parmi eux pour apprendre quelques rudiments de leur [[Langue des Vents]] : les autochtones lui parlèrent notamment « d'étrangers hirsutes et bruyants » qui commençaient à apparaître dans les vastes prairies baignées par le fleuve [[Dramguil]].  
 
D'après l'historien [[Demetrio Celsine]], la navigatrice kerdane '''[[Celsine#Felriane, Lycène et le Nord|Sequana Celsine]] fût la première à débarquer dans [[la Conque]] en -118''' avant l'[[Ère Impériale]], et pris contact avec les indigènes '''[[Otlalnan]]''', passant plusieurs mois parmi eux pour apprendre quelques rudiments de leur [[Langue des Vents]] : les autochtones lui parlèrent notamment « d'étrangers hirsutes et bruyants » qui commençaient à apparaître dans les vastes prairies baignées par le fleuve [[Dramguil]].  
  
Elle revînt en -107 pour découvrir qu''''une petite colonie [[ondrène]]''' avait poussé au pied des falaises et son équipage construisit un premier un quai de bois et une cabane, dans une crique protégée des courants à une demi-lieue en amont du [[Dramguil]] : l'endroit serviraient désormais d'escale à leur exploration du [[Pays des Vents]].<br>  
+
Elle revînt en -107 pour découvrir qu''''une petite colonie [[ondrène]]''' avait poussé au bas des falaises et son équipage construisit un premier un quai de bois et une cabane, dans une crique protégée des courants à une demi-lieue en amont du [[Dramguil]] : l'endroit serviraient désormais d'escale à leur exploration du [[Pays des Vents]].<br>  
 
Ce n'est qu'au tournant du siècle que des [[Torodine]] arrivèrent à leur tour pour y faire le '''négoce des fourrures de la [[Région des Lacs]] et des gemmes d'[[Orbrune]]''' : après avoir toutefois perdu plusieurs navires dans les eaux traitresses de la [[Mer d'Écume]], ils cédèrent finalement le comptoir aux ambitieux [[Melangoline]] en -79, alors que les Ondrènes s'étaient multipliés au point de constituer une petite ville appelée '''''[[Aroche|Ar-Rosh]]'''', soit littéralement "''sur les rochers''" dans leur patois.<br>
 
Ce n'est qu'au tournant du siècle que des [[Torodine]] arrivèrent à leur tour pour y faire le '''négoce des fourrures de la [[Région des Lacs]] et des gemmes d'[[Orbrune]]''' : après avoir toutefois perdu plusieurs navires dans les eaux traitresses de la [[Mer d'Écume]], ils cédèrent finalement le comptoir aux ambitieux [[Melangoline]] en -79, alors que les Ondrènes s'étaient multipliés au point de constituer une petite ville appelée '''''[[Aroche|Ar-Rosh]]'''', soit littéralement "''sur les rochers''" dans leur patois.<br>
Le commerce florissant, les Melangoline érigèrent bientôt '''une bâtisse fortifiée en bordure du bourg''' qui commençait à s'étendre, et l'immatriculèrent "[[Écume 4]]" quand le [[:catégorie:Les Kerdans#Le Concile kerdan|Concile kerdan]] commença à réglementer l'exploitation du Continent. Mais le pied des falaises manquait alors de fond pour les grandes [https://fr.wikipedia.org/wiki/Caraque caraques] que les Melangoline avaient développées pour vaincre les courants du Golfe Cinglant, et ils commencèrent à '''creuser une véritable rade à partir de -72''', qui s'avéra bientôt extrêmement utile quand le port dû ravitailler [[Orsane]] durant la [[Guerre des Lunes]].
+
Le commerce florissant, les Melangoline érigèrent bientôt '''une bâtisse fortifiée en bordure du bourg''' qui commençait à s'étendre, et immatriculèrent leur comptoir "[[Écume 4]]" quand le [[:catégorie:Les Kerdans#Le Concile kerdan|Concile kerdan]] commença à réglementer l'exploitation du Continent, puisque les Sartarellais avaient déjà enregistré [[Écume 3]] à l'embouchure du fleuve [[Ombreux]] et [[Écume 2]] dans l'anse du Quillon, à l'Est de la [[Montagnes des Épées|péninsule des Épées]]. Mais le pied des falaises manquait alors de fond pour les grandes [https://fr.wikipedia.org/wiki/Caraque caraques] que les Melangoline avaient développées pour vaincre les courants du Golfe Cinglant, et ils commencèrent à '''creuser une véritable rade à partir de -72''', qui s'avéra bientôt extrêmement utile quand le port dû ravitailler [[Orsane]] durant la [[Guerre des Lunes]].
  
 
L'exploitation de l'unique ligne maritime vers les colonies nordiques les ayants enrichis au point d'accéder bientôt au rang de ''[[:Catégorie:Les_Kerdans#Les_Familles|dynastie]]'', les Melangoline entamèrent en -19 les travaux de l'Arche actuelle, dont la [[Révolte des Ondrènes]] ferait peu après l'une des plus rentables au Nord de [[Felriane]] et, aujourd'hui, le '''port principal des Marches du Nord'''...
 
L'exploitation de l'unique ligne maritime vers les colonies nordiques les ayants enrichis au point d'accéder bientôt au rang de ''[[:Catégorie:Les_Kerdans#Les_Familles|dynastie]]'', les Melangoline entamèrent en -19 les travaux de l'Arche actuelle, dont la [[Révolte des Ondrènes]] ferait peu après l'une des plus rentables au Nord de [[Felriane]] et, aujourd'hui, le '''port principal des Marches du Nord'''...

Version du 11 septembre 2022 à 13:31

D'après l'historien Demetrio Celsine, la navigatrice kerdane Sequana Celsine fût la première à débarquer dans la Conque en -118 avant l'Ère Impériale, et pris contact avec les indigènes Otlalnan, passant plusieurs mois parmi eux pour apprendre quelques rudiments de leur Langue des Vents : les autochtones lui parlèrent notamment « d'étrangers hirsutes et bruyants » qui commençaient à apparaître dans les vastes prairies baignées par le fleuve Dramguil.

Elle revînt en -107 pour découvrir qu'une petite colonie ondrène avait poussé au bas des falaises et son équipage construisit un premier un quai de bois et une cabane, dans une crique protégée des courants à une demi-lieue en amont du Dramguil : l'endroit serviraient désormais d'escale à leur exploration du Pays des Vents.
Ce n'est qu'au tournant du siècle que des Torodine arrivèrent à leur tour pour y faire le négoce des fourrures de la Région des Lacs et des gemmes d'Orbrune : après avoir toutefois perdu plusieurs navires dans les eaux traitresses de la Mer d'Écume, ils cédèrent finalement le comptoir aux ambitieux Melangoline en -79, alors que les Ondrènes s'étaient multipliés au point de constituer une petite ville appelée Ar-Rosh', soit littéralement "sur les rochers" dans leur patois.
Le commerce florissant, les Melangoline érigèrent bientôt une bâtisse fortifiée en bordure du bourg qui commençait à s'étendre, et immatriculèrent leur comptoir "Écume 4" quand le Concile kerdan commença à réglementer l'exploitation du Continent, puisque les Sartarellais avaient déjà enregistré Écume 3 à l'embouchure du fleuve Ombreux et Écume 2 dans l'anse du Quillon, à l'Est de la péninsule des Épées. Mais le pied des falaises manquait alors de fond pour les grandes caraques que les Melangoline avaient développées pour vaincre les courants du Golfe Cinglant, et ils commencèrent à creuser une véritable rade à partir de -72, qui s'avéra bientôt extrêmement utile quand le port dû ravitailler Orsane durant la Guerre des Lunes.

L'exploitation de l'unique ligne maritime vers les colonies nordiques les ayants enrichis au point d'accéder bientôt au rang de dynastie, les Melangoline entamèrent en -19 les travaux de l'Arche actuelle, dont la Révolte des Ondrènes ferait peu après l'une des plus rentables au Nord de Felriane et, aujourd'hui, le port principal des Marches du Nord...