Le Coppavento (nef)

De Marches du Nord
(Redirigé depuis Coppavento)
Aller à : Navigation, rechercher
Sotorine.png
Le navire "amiral" des Sotorine "des Lacs" est un trois-mâts kerdan de conception révolutionnaire qu'il a fallu presque 5 ans pour assembler à partir d'arbres-ancêtres pour les membrures, les bas-mâts ou le gouvernail, et de bois souples de Fehn pour le bordé, les hauts-mats et les vergues : conçu par le vieux Ricardo Sotorine et réalisé par l'oncle Olivero au chantier naval de Bastelle, il a coûté les yeux de la tête à la famille (plus de 5000 £unes d'argent !), mais il faut bien ça pour naviguer dans le secteur (et, grâce à elle, l'exploitation d'Écume 5, Écume 6 et maintenant Écume 7) a probablement rapporté 5 fois plus en 11 ans de service du vaisseau.

Depuis quelques temps, grâce aux efforts de la Guilde Franche de Tal Endhil et ses accords avec la Haute-guilde arochaise, le Coppavento tâche également d'assurer des liaisons presque régulières vers la grande cité d'Aroche.
Diovire Sotorine en est le capitaine, et le cousin Hugo son nouveau quartier-maître, venu du comptoir de Tharguel en remplacement de Bartolome.

le "coutelas" de Bastelle

Ricardo Sotorine, orphelin du fameux explorateur Arenzio et Archonte de Bastelle (dans l'archipel impérial de Felriane) pendant près de 30 ans, était autant un tyran qu'un visionnaire : s'il a beaucoup fait pour l'expansion familiale, le chef-d’œuvre de ses vieilles années fut certainement l'invention d'une nouvelle sorte de trois-mâts, fin et très haut sur l'eau, porté par une multitude de focs et perroquets modulaires, des navires d'exploration conçu pour "trancher" les vagues et dont la vitesse même assurerait la stabilité, qu'il appelait "cutello" : un coutelas.
Persuadé que ce navire révolutionnaire ferait des Sotorine les maîtres de la Mer d'Écume, il y travailla d'arrache-pied pendant des décennies, produisant plusieurs prototypes plus ou moins viables (dont l'Eglefino, courrier rapide basé à Tharguel est sans doute le plus réussi) avant de recruter l'ingénieur Olivero (alors un jeune apprenti dont la vieille île de Corvado ne pouvait plus contenir les idées bouillonnantes) et d'engloutir de véritables fortunes pour réaliser le genre de navire qui eut, peut-être, permis à son défunt père de trouver le mythique "Passage du Nord-Ouest". Mais Ricardo s'éteignit en l'an 24 avant d'avoir pu assister au voyage inaugural du premier "coutelas" terminé : le Coppavento...

Grâce aux efforts d'Olivero et, à l'époque, malgré une certaine réticence de la famille, le Coppavento pris finalement la mer deux ans plus tard : commandé par Chesare, fils aîné du défunt Ricardo, il pulvérisa bientôt tous les records en ralliant Bastelle à Tharguel en 7 jours. Mais l'Arche de Bastelle ne pensait plus alors avoir l'usage d'un si formidable et onéreux vaisseau, et la crainte des risques maritimes confina pour plusieurs années le Coppavento aux rares transports urgents vers Aroche ou Altamire, ne donnant la pleine mesure de ses capacités que lors des Jeux Insulaires.
Pourtant, dans la lointaine Marche des Lacs, la branche rebelle de la famille avait des projets pour le "coutelas" : il fallut beaucoup d'insistance, de tractations et de contre-parties à Ranyella pour qu'on finisse par lui confier la perle de la flotte Sotorine mais, depuis bientôt 7 ans, le Coppavento participe grandement à rentabiliser le comptoir d'Écume 6.

Caraque.jpg

Comme c'est encore un corsaro (ou "coursier" : moyen-porteur rapide pour l'exploration ou la guerre), le navire est masculin (les grands quatre-mâts et les petits navires ont des noms féminins) et "il" a les caractéristiques suivantes (Échelle 3) :

ÉNERGIE : 10-24 Marins (1 pion par matelot)

  • Vitesse 15 (il n'y a sans doute pas plus rapide dans tout le secteur)
  • Maniabilité 12 (et en plus il est très agile)
  • Stabilité 6 (ok là, c'est moins ça)
  • Habitat 3 (par mer calme, on peut y être confortable)
  • Protection +2
  • Soute 4 (immobilisant d'autant plus de pions qu'elle se remplit).

Son équipage d'origine a été sévèrement réduit par les nombreux décès qui ont frappé la communauté Kerdane lors du siège de Tal Endhil, mais les rangs ont depuis été comblés pour donner sa pleine puissance au fringant navire. Bien manié, un tel vaisseau peut filer entre 3 et 10 nœuds, moyenne 5 (ça fait dans les 9km/h). (On mesure généralement les distances maritimes en "milles marins" (soit 1,852 km, ça fait une demi-lieues, en gros) et les vitesses en "nœuds", 1 nœud valant "1 mile à l'heure".)